Caritas Algérie ferme sur ordre du gouvernement

Wesco a déclaré à l’agence de presse française que les autorités publiques avaient qualifié Caritas Algérie d' »organisation non reconnue ».

Dans leur lettre, Desfarges et Vesco écrivent que « naturellement, l’Église catholique reste fidèle à sa mission de charité, au service de la fraternité, en association avec toutes les personnes de bonne volonté ».

Ils ont cité un document de 2019 sur la fraternité humaine signé par le pape François et le grand imam Ahmad El-Tayeb d’Al-Azhar, qui dit : « Les fidèles sont appelés à exprimer cette fraternité humaine en protégeant la création et l’univers tout entier. les plus nécessiteux. »

Les évêques ont conclu leur lettre : « L’Église catholique tient à remercier tous ceux qui, au fil des années et de diverses manières, ont contribué à la réalisation de cette œuvre au service des plus vulnérables et du peuple algérien ».

L’Agenzia Fides, le service d’information des Œuvres pontificales missionnaires, a signalé que « Caritas pourrait être soumise à ces mesures restrictives parce qu’elle est considérée comme une organisation non gouvernementale étrangère ».

« Les représentants de la communauté catholique locale nient que les mesures imposées par les autorités algériennes soient motivées par des sentiments d’hostilité envers l’Église catholique et sa présence dans le pays. Ils voient plutôt un lien avec l’ordre public des restrictions récemment imposées aux étrangers et les ONG multinationales.

READ  La France prépare une législation pour réglementer les programmes des centrales nucléaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.