Comment une réinvention bruyante d’un mythe grec a stupéfié Paris et a déclenché ce qui aurait pu être

Avec le coup d’envoi de la Coupe du monde ce week-end, je me souviens du dernier grand tournoi de football impliquant l’Irlande. C’était le Championnat d’Europe 2016, lorsque la République et l’Irlande du Nord se sont qualifiées pour la finale en France.

Pendant la majeure partie de ce mois d’été, nous séjournâmes dans un hôtel près de l’Opéra, à proximité d’un autre lieu célèbre, le Théâtre des Bouffes-Parisiens, le music-hall que Jacques Offenbach avait créé en 1855 pour présenter ses créations comiques.

Bien qu’il n’ait été responsable que pendant sept saisons, son nom est étroitement associé au lieu. C’est là qu’il a joué son opérette la plus célèbre – Orphée aux encourage (Orphée aux enfers).

C’était vraiment une satire de l’un des incontournables du répertoire lyrique régulier, le récit par Christoph Willibald Gluck du mythe grec du chanteur-poète Orphée et de sa malheureuse épouse Eurydice.

glock Orphée et Eurydice Il présente l’histoire de l’amour inconditionnel du protagoniste masculin pour sa femme qui meurt après avoir été mordue par un serpent venimeux. Il demande l’aide divine pour la récupérer.

Dans la version d’Offenbach, où Eurydice subit un sort similaire, Orphée est heureux de la revoir, car elle a eu une liaison avec l’un des dieux. Mais le personnage mezzo-soprano de l’opinion publique insiste sur le fait qu’il doit essayer de sauver.

Cependant, il y a une condition, et elle s’applique également aux opéras de Gluck. Lors du retour des Enfers, Orphée ne doit pas regarder son épouse, sinon elle retournera directement en Enfer.

Comme l’a dit Gluck, Eurydice ne comprend pas pourquoi Orphée ne lui prend pas la main ou ne la regarde pas. Elle lui a dit de sortir. Il ne peut pas le prendre et à tour de rôle. Jeu terminé.

READ  L'Algérie ne parvient pas à mettre fin au boycott des élections en Kabylie

Offenbach vient d’un autre angle. Une autre divinité s’intéresse à Eurydice. C’est Jupiter. Tirez un boulon. L’inévitable se produit. Orphée se retourne pour voir ce qui se passe. Elle recule. Jupiter attrape la fille.

Pour le couple Gluck, l’amour finit par triompher. Eurydice y est ramenée à la vie et y est toujours heureuse.

La vidéo d’aujourd’hui

Ce n’était pas une histoire qu’Offenbach voulait raconter. Il creusait dans les puissances – Napoléon III, premier président de la France, et son gouvernement – dont les dieux lubriques avaient fait un substitut utile.

Mais il a aigri la boisson avec la musique grandiose qui remplit la partition et, bien sûr, la musique inoubliable Galop infernal – La Galop de l’enfer Connu et aimé dans le monde entier peut peut.

Ce burlesque, caractéristique d’une fête organisée par les dieux dépravés, est en partie parodique, mais Offenbach s’en est tiré. Les critiques n’aimaient pas ça – personne n’avait jamais traité le matériel classique avec autant de légèreté – mais son public l’aimait.

Parmi eux se trouvait le président lui-même, qui a déclaré que c’était une splendide soirée de divertissement. A une autre époque, dans un autre lieu, le compositeur aurait peut-être eu besoin d’une grâce présidentielle. Au lieu de cela, Jacques Offenbach – qui est né en Allemagne – a reçu la nationalité française et la Légion d’Honneur.

George Hamilton présente ‘Hamilton Scores’ sur RTÉ à partir de 10h tous les samedis et dimanches

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.