Conflit autour de l'expulsion des migrants vers les frontières de l'Algérie et du Niger

Au premier trimestre 2024, l'Algérie a expulsé plus de 17 000 migrants vers le « Point Zéro », à sa frontière saharienne avec le Niger.

Des migrants se rassemblent à Assama, au Niger, le 29 mars 2023. [Getty]

Le Niger veut mettre fin à la politique d'« occupation » de l'Algérie, qui arrête, expulse et abandonne les migrants subsahariens le long de ses frontières sahariennes.

« Le Niger condamne les récentes descentes de police à grande échelle visant les Africains subsahariens, dont de nombreux Nigérians vivant à Tamanrasset (sud de l'Algérie), sans égard à leur intégrité physique et à la protection de leurs biens. » a écrit Ministère des Affaires étrangères du Niger dans un communiqué du 3 avril.

La page Facebook du ministère a partagé des vidéos montrant des dizaines de Nigérians en Algérie chargés dans des camions en direction de la frontière ou abandonnés à pied dans le désert, certains avec des chaînes. Il y a aussi des responsables nigérians Invoqué Des représentants de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour faire face à « l'escalade de la situation ».

En réponse, le ministère algérien des Affaires étrangères a déclaré que la déclaration de Niamey « contient des dispositions sans fondement », ce qui l'a incité à convoquer l'ambassadeur du Nigeria en Algérie, Aminou Malam Manso.

Dans son communiqué, Alger « a rappelé » à Niamey que ces questions « doivent être discutées dans un cadre bilatéral et coopératif ».

« Nous confirmons l'attachement de l'Algérie aux principes fondamentaux de bon voisinage et sa volonté de continuer à se coordonner avec le Niger sur cette question migratoire », ajoute le communiqué d'Alger.

READ  Deux dates en France en 2024

Le communiqué n’a pas évoqué ni clarifié la situation des migrants dans les vidéos partagées par Niami.

Au premier trimestre 2024, l’Algérie Il a été déporté Plus de 17 000 migrants vivent dans le désert frontalier du Niger, selon l'association Alarm Phone Sahara.

Ce n’est pas la première fois que l’Algérie fait face à de telles accusations. Ce pays d'Afrique du Nord est connu pour abandonner ses migrants livrés à eux-mêmes dans le désert du Sahara.

Chaque année, l'Algérie expulse Des milliers d'Africains subsahariens ont quitté le Niger au Point Zéro, un poste frontière au milieu du Sahara, à quelques heures au sud du village nigérian d'Assamaga.

L'Algérie a expulsé 26 000 migrants vers la région l'année dernière. Entre janvier et mars 2023, 4 677 migrants sont arrivés à pied à Assamaka après avoir été expulsés d’Algérie et bloqués dans le désert. Moins de 15 pour cent d’entre eux peuvent accéder à un abri ou à une protection à leur arrivée.

Depuis 2020, une trentaine de corps ont été retrouvés au nord d'Assamaka Les migrants de l'information.

Ces dernières années, des équipes de l'OIM et de Médecins sans frontières (MSF) ont été lancées Fonctions du peigne Chaque fois qu'un « convoi de piétons » est annoncé pour éviter que les migrants ne s'égarent et ne s'épuisent dans le désert.

De nombreuses sources déclaration Les deux pays ont conclu un accord de « réadmission » depuis 2014, qui n'a jamais été rendu public.

Toutefois, les relations entre Alger et Niamey se sont détériorées depuis le coup d'État militaire de juin dernier au Niger.

READ  L'Afrique du Sud, la Namibie et l'Algérie rejettent le statut d'observateur israélien auprès de l'Union africaine

En octobre dernier, elle a catégoriquement rejeté la médiation proposée par l'Algérie, peu après avoir annoncé la fin de l'accord intérimaire de six mois entre l'Algérie et la junte militaire nigériane.

Ces dernières années, l'Algérie a cherché à renforcer ses liens avec l'État du Sahel dans le cadre de sa tentative de construire un gazoduc transsaharien reliant le Nigeria à la côte méditerranéenne de l'Algérie via le Niger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *