Dans le foyer spirituel du judo, les pèlerins affluent pendant les jeux

TOKYO – Edson Madeira avait du mal à se souvenir des mots justes. Rien de ce à quoi il pensait ne pouvait rendre justice aux sentiments qu’il ressentait.

Au bout d’un moment, après une petite invite, il hocha la tête.

“Oui, c’est ça”, dit-il. « C’est comme La Mecque. C’est comme une Mecque du judo.”

Madère, un entraîneur mozambicain, venait de terminer une séance d’entraînement au cinquième étage de l’institut de judo Kodokan. Pour les judokas, l’institut est prisé comme quelque chose qui s’apparente à un site sacré : l’endroit où le sport a commencé il y a plus d’un siècle.

Madère a souri en pensant à la première fois qu’il est venu ici, il y a 11 ans. Il a dit que c’est un pèlerinage que tout athlète qui est sérieux au sujet du sport devrait faire. Il a dit qu’il y avait quelque chose dans l’air dans cet immeuble de sept étages du centre de Tokyo, quelque chose de différent de tout autre endroit où elle avait pratiqué le judo depuis que le fondateur du sport, Kano Jigoro, l’un des joueurs les plus respectés au monde, l’a envoyé au monde. Personnages dans les sports japonais.

Ainsi, participer aux Jeux olympiques dans le foyer spirituel du judo ajoute une autre couche d’excitation – en plus du sérieux – pour les judokas et leurs entraîneurs réunis ce mois-ci du monde entier.

Alors que les préparatifs se poursuivaient pour le début de la compétition olympique de judo, mercredi, des bus sont arrivés à intervalles réguliers pour inonder des groupes de coureurs devant un ensemble de portes banal. Dès qu’ils ont enlevé leurs chaussures et fait quelques pas à l’intérieur, il est rapidement devenu évident qu’ils entraient dans un endroit spécial.

READ  L'ancien parti remporte le plus de sièges dans le vote pour la "Nouvelle Algérie"

Ils se sont rapidement répandus sur plusieurs étages et se sont répandus dans les doggos spartiates imprégnés du parfum émanant des murs en pin.

Ferdinand Karapetyan a travaillé sous l’image de Jigoro, ancien champion d’Europe dans la catégorie des 73 kilogrammes (environ 160 livres), et a pratiqué une série d’éliminations avec son entraîneur Hovhannes Davtyan. Chaque tentative provoquait un faible bruit et le sol tremblait alors que le dos de Daftian heurtait un tapis bleu palpitant.

Karapetian a déclaré qu’il pensait que l’opportunité de se préparer à Kodokan, dans un pays avec un riche héritage de judo, pourrait pousser les athlètes à faire mieux qu’ils ne le pourraient dans une autre ville, ailleurs.

Même sans spectateurs encourageant les athlètes, le Japon devrait dominer le tableau des médailles lorsque la compétition de huit jours commencera à Nippon Budokan, le site construit pour accueillir des événements de judo lorsque les jeux ont eu lieu pour la dernière fois à Tokyo en 1964.

“Nous sommes venus ici pour montrer au monde que ce ne sont pas seulement les Japonais qui peuvent se battre”, a déclaré Karapetyan.

La distribution internationale la mieux assemblée est vue à l’intérieur du plus grand dojo de Kodokan, un rectangle tentaculaire qui couvre la quasi-totalité du septième étage. Là, dans un coin, un groupe d’entraînement comprenant des athlètes d’Algérie et de Jordanie s’est arrêté pour la prière de l’après-midi. Juste de l’autre côté d’eux, deux coéquipiers croates ont pratiqué des techniques de suspension et de blocage. À côté d’eux se trouvait un concurrent léger essayant de maîtriser un processus d’élimination impliquant un balayage de la cheville.

Toute la scène – bavardage avec des instructions décalées en arabe, russe et anglais jamaïcain, et divers drapeaux nationaux au dos des uniformes – témoigne de la croissance du sport depuis que Jigoro a créé pour la première fois une école de formation sur place en 1882.

Alors que le centre a changé au cours du siècle dernier, avec de nouvelles installations – y compris des dortoirs et un restaurant – ajoutées au fur et à mesure que l’intérêt grandissait, la présence du fondateur est toujours fortement ressentie. Avec des images encadrées de Jigoro soigneusement placées dans chaque pièce et des peintures décrivant ses proverbes ou son étiquette que chaque apprenti Kodokan doit suivre, le passé fait partie intégrante du présent.

« Chaque judoka devrait venir s’entraîner ici et ressentir cette culture », a déclaré Madère, qui visite régulièrement le Kodokan. Francis Mulla, l’entraîneur zambien, a hoché la tête avec force en signe d’approbation. Il a fait son premier pèlerinage sur le site en 1997, et a déclaré qu’il existe toujours un endroit comme lui.

Au moment où les athlètes franchissent les portes du centre et placent leurs chaussures sur les étagères qui bordent son entrée, a-t-il déclaré, ils savent qu’ils pénètrent dans un espace sacré : “Maintenant, nous sommes dans le monde du judo.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *