Des Algériens désespérés sont prêts à mourir en mer pour rejoindre l’Espagne

Un immigré algérien, Ahmed, se tient à Almeria, dans le sud-est de l’Espagne, le 14 octobre 2021. AFP

Almeria – Un bateau transportant des migrants algériens traverse les eaux noires de la Méditerranée, se précipitant vers l’Espagne, tous prêts à risquer la mort si cela signifie échapper au désespoir de leur patrie.

« Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie », a déclaré Khaled Deh, les yeux assombris, ses baskets Nike trempées et pleines de sable, après avoir débarqué sur une plage d’Almeria après une traversée de six heures depuis Oran.

Des responsables et des ONG ont déclaré que le bateau faisait partie d’une cinquantaine de bateaux ce jour-là qui ont traversé dangereusement la côte algérienne, à 200 kilomètres (120 miles) au sud.

« Il n’y a rien là-bas, pas d’affaire de saignement », a déclaré Dee, utilisant un mot nord-africain pour « vieux pays », alors qu’il tirait une cigarette tout en redressant sa queue de cheval.

Dee a choisi son 21e anniversaire pour partir, suivant les traces de milliers de personnes prêtes à tout risquer, puis mettant le feu à leurs papiers d’identité à leur arrivée pour éviter d’être renvoyé.

En arabe, on les appelle « harraqa » – ou « ceux qui brûlent ».

Au moins 309 migrants, dont 13 mineurs, sont morts en Méditerranée occidentale depuis le début de l’année, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Dee dit que le bateau voyageait à grande vitesse, rebondissant sur l’eau, le laissant raide et meurtri après avoir traversé la nuit dans un froid glacial.

« Tu ne peux rien faire… alors j’ai pensé à mes parents et à mes amis », a déclaré le boxeur amateur et fan des rappeurs français PNL.

READ  La France rend hommage à l'acteur de la Nouvelle Vague Belmondo

Blessé, épuisé, mais vivant

Il était assis devant la gare routière, détruit. Il n’a pas dormi depuis trois nuits depuis son départ d’Annaba, sa ville natale sur la côte algérienne près de la frontière tunisienne.

De là, il a parcouru 900 kilomètres (560 miles) vers l’ouest jusqu’au port d’Oran et a payé 4 500 euros (5 200 dollars) pour se rendre en Espagne, l’équivalent de plusieurs mois de salaire.

Maintenant, il attend un bus pour Barcelone où il tentera d’entrer en France, comme la plupart des Harragas.

« Je ne parle pas espagnol… J’ai de la famille et des amis en France donc je ne peux pas rester seul ici », explique-t-il.

Le nombre d’Algériens arrivant sur la côte sud-est de l’Espagne ou aux Baléares a augmenté ces derniers mois.

Un document confidentiel établi par les autorités espagnoles et consulté par l’AFP a montré que 9 664 Algériens étaient entrés illégalement en Espagne depuis le début de l’année, soit une augmentation de 20% par rapport à l’année dernière.

Selon Frontex, l’agence qui protège les frontières extérieures de l’Union européenne, les Algériens sont le plus grand groupe d’étrangers entrant illégalement en Espagne – et le troisième en Europe.

Côté algérien, 4 704 migrants ont stoppé leur tentative de départ en 2021, dont plus de la moitié en septembre, selon le ministère algérien de la Défense.

Et dans un nouveau développement, de plus en plus de femmes et d’enfants risquent leur vie pour traverser.

« Les familles Harraga sont un phénomène nouveau », a déclaré Saïd Salihi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme.

READ  Nikki Beach Saint-Tropez a eu 19 ans ce mois-ci

Parmi les nouveaux voyageurs, a-t-il dit, se trouvaient « des mères, des nourrissons, des femmes enceintes, des personnes handicapées… ce qui nous montre quelque chose sur le désespoir » en Algérie.

Save the Children a déclaré avoir reçu plus de 100 mineurs arrivés en septembre sur la côte andalouse dans la région sud autour d’Almeria.

angoisse familiale

De retour en Algérie, les familles restées en mer souffrent, explique Francisco Jose Clemente Martin, 24 ans, qui travaille pour CIPIMD, une ONG qui tente de retrouver les migrants décédés ou portés disparus en mer.

Chaque jour, il est en contact avec ses proches, et parfois il doit leur envoyer des photos des morts afin qu’ils puissent être identifiés.

« Les familles ont désespérément besoin de nouvelles », a-t-il déclaré à l’AFP, ajoutant que les appels sont souvent accompagnés de « cris, larmes et désespoir. Beaucoup de mères se retrouvent à l’hôpital à cause du stress. C’est trop pour elles à prendre ».

Ahmed Ben Safiya, 28 ans, arrivé à Almeria il y a un an en provenance d’une ville proche d’Alger, a déclaré qu’il n’avait pas dit à sa famille qu’il partait « pour ne pas les inquiéter ».

Il a dit qu’il n’avait pas d’autre choix que de partir parce que « les salaires sont si bas » que même après avoir travaillé toute la journée, « vous ne pouvez pas être sûr de pouvoir dîner ».

Mais avec le recul, il a admis qu’il conseillerait aux autres enfants « de ne pas risquer leur vie » comme il l’a fait.

Même s’ils parviennent à éviter la police espagnole, les migrants font encore face à un voyage long et difficile avant de rejoindre famille et amis en France.

READ  Le parti au pouvoir en Algérie remporte les élections législatives avec une faible participation

Début octobre, trois ont été tués et un grièvement blessé lorsqu’ils ont été écrasés par un train près de Saint-Jean-de-Luz, dans le sud-ouest de la France.

Les responsables locaux ont déclaré qu’ils se reposaient sur les voies pour éviter la police lorsqu’ils ont pris le premier train ce jour-là.

Deux jours après avoir débarqué sur la plage d’Almeria, Khaled de a pu atteindre la frontière nord de l’Espagne et passer en France.

« Je suis satisfait », a-t-il déclaré à l’AFP.

Abonnez-vous à notre newsletter quotidienne

Lisez ce qui suit

Ne manquez pas les dernières nouvelles et informations.

participation à en savoir plus Pour accéder au Philippine Daily Inquirer et à plus de 70 titres, partagez jusqu’à 5 widgets, écoutez les actualités, téléchargez dès 4h du matin et partagez des articles sur les réseaux sociaux. Appelez le 896 6000.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.