Des efforts locaux en France s’attaquent à la question des déchets plastiques

Euronews « Pour la Green Week, nos équipes de presse et d’information explorent des histoires et des solutions pour une planète meilleure à travers l’Europe.

Chaque année, 600 000 tonnes de plastique finissent en Méditerranée. La France est le premier producteur de déchets plastiques de la région Et a un taux de recyclage inférieur à celui de ses voisins européens. Il ne recycle que 24%. Il est inférieur de 16 % en moyenne à celui de l’Espagne, de l’Italie et du Royaume-Uni.

La loi sur le contrôle des déchets a été votée en début d’année. Les grandes villes de la côte sud ont également promis plus d’efforts, mais certains locaux et entreprises de la région marseillaise n’attendent plus que les pouvoirs publics trouvent des solutions et agissent.

Un enjeu méditerranéen

Les déchets plastiques sont partout. On le trouve à Marseille, dans les parcs, sur la plage et dans le port. Lorsque ce plastique finira en Méditerranée, il mettra plus de quatre siècles à se décomposer et il contaminera toute la chaîne alimentaire.

Bryce et Govin sont deux plongeurs expérimentés. A l’instar des associations caritatives et autres, elles collectent les déchets plastiques. En trente minutes, ils nous montrent que les toiles sont pleines de déchets plastiques. Il s’agit principalement « d’emballages en plastique, de canettes, de bouteilles en verre, de briquets et de gobelets », précise Cowin.

Application de la surveillance de la pollution plastique

Mais reste Prix ​​Masi, Biologiste et entrepreneur, veut faire plus. Il développe une application pour surveiller les déchets plastiques pour tous les utilisateurs marins. Il nous dit que son objectif ultime est de « cartographier et collecter des informations sur l’environnement marin et d’obtenir une image fidèle de la formation de nos océans et de nos mers ».

READ  Bilan du Jour 5 : Titres en titre en France et à Chypre, la grande victoire du Portugal à Riga, - FIBA ​​​​U18 Women's European Challengers 2021

La France vise à recycler 100 % de ses déchets plastiques d’ici 2025. Mais une certaine capacité de recyclage dans le pays ne suffit pas.

Efforts de recyclage et de tri

Lemon Dry à Marseille trie des kilos de déchets plastiques des entreprises et des universités. Cependant, cette entreprise privée fait plus que collecter. Cela aide les gens à « s’approvisionner et à séparer » avant de jeter les choses. Pour ce faire, il utilise des poubelles transparentes et des incitations telles qu’une machine de recyclage de bouteilles en plastique, qui vous donne un bon pour une bouteille.

L’entreprise vise à essayer de réduire autant que possible la quantité de plastique car le recyclage ne restreint pas son utilisation.

Limites pour le recyclage

Le directeur de Lemon Dry Guillome Bellegrin nous en dit plus sur leur process.

« L’approche traditionnelle est que plus vous collectez de déchets, plus vous gagnez d’argent. Ici, notre approche vise à réduire les déchets à la source. Avant de les collecter, nous allons essayer de réduire nos déchets.

La solution est de consommer moins de plastique. La propriétaire du restaurant à emporter Kathidja a essayé. Bien que des alternatives telles que le verre lui coûtent plus cher, elle a réduit son utilisation de plastique. Malgré cela, il explique qu’il ne veut pas oublier son rôle de citoyen au nom de l’entreprise.

Stéphanie, une militante zéro plastique, a aidé Kaditja dans sa décision de réduire l’utilisation du plastique.

Stéphanie essaie activement d’économiser de l’argent en empêchant les acheteurs d’utiliser du plastique. Cependant, pour elle, le recyclage a ses limites. « Même à travers le recyclage, nous continuons à polluer, il y a des pertes de matières, nous exploitons les ressources, ce n’est pas une solution à long terme, nous devons donc réduire notre consommation de plastique et remplacer les matériaux qui peuvent être remplacés par des matériaux recyclables », dit-il.

READ  Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin lit une réunion bilatérale avec la ministre des Forces armées françaises Florence Barley

La France veut supprimer les plastiques à usage unique d’ici 2040. Les fabricants de plastique considèrent que cela n’est pas fiable. Ils sont également préoccupés par l’impact sur le développement. En 2019, les fabricants européens de plastique ont réalisé un chiffre d’affaires de 350 350 milliards. Les groupes environnementaux disent que l’objectif du gouvernement n’est pas juridiquement contraignant et qu’il est trop tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *