Des émeutes ont éclaté dans le centre de l’Algérie, frappé par la sécheresse, après des mois de pénurie d’eau.

De violentes émeutes ont éclaté le week-end dernier dans cette ville du désert algérien frappée par la sécheresse.

TIARET, Algérie — De violentes émeutes ont éclaté le week-end dernier dans une ville du désert algérien frappée par la sécheresse, après des mois de pénurie d’eau qui ont laissé les robinets secs et forcé les habitants à faire la queue pour avoir de l’eau jusqu’à leurs maisons.

À Tiaret, une ville du centre de l’Algérie de moins de 200 000 habitants – à 250 kilomètres au sud-ouest d’Alger – des manifestants portant des cagoules ont brûlé des pneus, bloqué des routes et érigé des barricades de fortune, avec des images et des vidéos circulant. Sur les réseaux sociaux.

Des troubles ont suivi la demande de réparation des souffrances du président Abdelmadjid Deboun. Lors d’un conseil des ministres la semaine dernière, il a demandé à son cabinet de mettre en œuvre des « mesures urgentes » à Tiaret. Plusieurs ministres du gouvernement ont ensuite été envoyés pour « présenter leurs excuses à la population » et ont promis que l’accès à l’eau potable serait rétabli.

Les émeutes arrivent alors que Debon Il devrait briguer un second mandat Président d’un pays riche en pétrole, le plus grand d’Afrique en termes de superficie. L’Afrique du Nord est l’une des régions du monde les plus touchées par le changement climatique. Des années de sécheresse ont asséché d’importants réservoirs et réduit la quantité de pluie qui les remplissait historiquement.

READ  Sonatrac et Eni vont construire plus de fermes solaires pour décarboner la production de pétrole en Algérie

La région touchée par la chaleur, située sur le haut plateau désertique semi-aride, reçoit l’eau de trois barrages-réservoirs qui rétrécissent en raison de la hausse des températures et de la diminution des précipitations. L’ingénieur agronome Said Orad a déclaré que les réservoirs sont devenus moins fonctionnels en raison de la « mort de la population » et ont été réduits à 20 % de leur capacité.

Les eaux souterraines de la région n’ont pas pu être réapprovisionnées pendant de nombreuses années en raison du manque de pluie, a-t-il expliqué.

La solution à long terme de l’Algérie consiste à détourner l’eau courante des grands barrages de Tiaret, au nord et au sud, vers d’autres sources d’approvisionnement, notamment des usines de dessalement dans lesquelles le pays a investi massivement.

Mais en attendant, les autorités tentent d’importer de l’eau provenant de sources proches. Cosider, l’entreprise publique responsable des infrastructures hydrauliques de la région, espère achever d’ici juillet de nouveaux pipelines pour amener l’eau souterraine à Tiaret à partir de puits situés à 32 kilomètres. Jusque-là, l’entreprise transportait par camion de grands réservoirs d’eau dans la ville, a déclaré à l’Associated Press un responsable de l’entreprise qui n’était pas autorisé à parler.

« Tiaret et trois communes environnantes souffrent de cette pénurie d’eau depuis des mois », a-t-il déclaré. « Le calme est revenu, mais la situation reste tendue ».

La nouvelle des tensions s’est répandue sur les réseaux sociaux, mais a reçu peu de couverture médiatique en Algérie, où de nombreux journaux et chaînes de télévision dépendent des revenus publicitaires de l’État. La liberté de la presse dans le pays a été considérablement restreinte et récemment, les journalistes ont Il a été emprisonné.

READ  Un voleur de bijoux s'enfuit après un «vol époustouflant» à Paris | La France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *