Le haut conseiller d’Emmanuel Macron accusé de conflit d’intérêts | France

Un haut responsable du bureau d’Emmanuel Macron a été accusé de conflit d’intérêts.

L’action contre Alexis Kohler, qui occupe l’un des postes les plus puissants de France en tant que secrétaire général de l’Élysée, est intervenue quelques heures après que le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti a ordonné à un autre allié du président français d’être jugé dans une affaire distincte. Un conflit d’intérêts.

Le procureur Jean-François Bonnert a déclaré dans un communiqué que Kohler était accusé d’avoir des liens professionnels et familiaux avec la Mediterranean Shipping Company (MSC), une compagnie maritime italo-suisse dirigée par des proches de sa mère.

Lundi, Koehler « a catégoriquement nié tout acte répréhensible », a déclaré son avocat, tandis qu’un responsable du bureau de Macron a déclaré que Koehler était resté à son poste.

L’ONG anti-corruption Anticor a porté plainte contre Kohler pour des contrats attribués à MSC en 2010 et 2011.

Kohler aurait omis de divulguer ses liens familiaux avec MSC à la société française d’investissement public où il travaillait à l’époque. La poursuite a été rejetée l’année suivante, mais en 2020, Antigore a déposé une plainte au civil, qui déclenche généralement une audience de magistrat.

Kohler, dont le bureau à l’Elysée est voisin de celui du président, est souvent décrit comme le bras droit de Macron. Son travail consiste à traiter des urgences, des grands enjeux économiques et sociaux et de certaines décisions politiques.

Son avocat, Eric Diezus, a déclaré que trouver des preuves liées à l’accusation permettrait à Koehler de « prouver son innocence ».

Mais l’avocat d’Anticor, Jean-Baptiste Soufron, a déclaré que « la question de sa démission est désormais sur la table ».

READ  Visite du président de Sonatrach Dood et élaboration d'un code éthique

Ajoutant à la pression sur l’administration Macron, Dupond-Moretti a été condamné à être jugé lundi, accusé d’avoir abusé de sa position pour régler des comptes avec des opposants de sa carrière juridique. L’ancien avocat vedette est le premier ministre français de la Justice en exercice à être inculpé dans un procès judiciaire.

Les allégations liées aux enquêtes administratives ordonnées contre trois juges pendant le mandat de Dupont-Moretti en tant que ministre ont été dénoncées par les critiques comme une chasse aux sorcières.

En 2014, trois juges ont ordonné à la police d’examiner les relevés téléphoniques de dizaines d’avocats et de juges, dont DuPont-Moretti, dans le cadre d’une enquête sur l’ancien président Nicolas Sarkozy.

L’ordre de comparaître a été émis par la commission d’enquête du tribunal de la République de Paris, qui connaît des affaires de fautes présumées des ministres.

Ses avocats, Christophe Ingrain et Rémi Lorrain, ont indiqué avoir déjà fait appel et la procédure a été temporairement suspendue. Lorraine a déclaré que la plus haute cour d’appel de France poursuivrait l’affaire.

Une source proche du dossier a déclaré qu’il n’était pas certain que la cour d’appel se prononce sur l’affaire. Lorraine a déclaré qu’il y avait « de nombreuses irrégularités » dans l’affaire et que le procureur principal François Molins était « injuste et partial ».

L’affaire contre DuPont-Moretti court jusqu’en janvier 2021, date à laquelle Anticor et l’Association des juges ont déposé une plainte en justice, l’accusant d’utiliser ses pouvoirs ministériels pour exercer des représailles contre ses adversaires dans le système judiciaire. Il est inculpé en juillet suivant.

Macron l’a réintégré au poste de ministre de la Justice lors d’un remaniement ministériel plus tôt cette année, malgré les appels de l’opposition à sa destitution.

READ  Preview: Tunisie vs Algérie - Prévisions, actualités du groupe, classements

Deux des principaux syndicats de juges français ont déclaré que les accusations plaçaient Dupont-Moretti dans une position « sans précédent ». Dans un communiqué, DuPont-Moretti, en tant que ministre de la Justice, a déclaré qu’il pourrait y avoir d’autres conflits d’intérêts lors du choix d’un successeur à Molins, qui doit prendre sa retraite en juin.

« Il nommera ses propres charges », ont déclaré les syndicats.

L’ONG anti-corruption Transparency International a appelé à la démission de DuPont-Moretti.

Contacté par l’AFP, le bureau du Premier ministre Elizabeth Bourne a refusé de commenter si l’emploi de Dupond-Moretti était en danger.

Une porte-parole du Premier ministre a noté que « la pratique est en cours » et qu’elle a été organisée pour ne pas affecter les affaires de Dupond-Moretti, qui est ministre de la Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.