Des filles afghanes organisent une manifestation et demandent aux talibans de rouvrir les écoles | Nouvelles des talibans

Plus d’une vingtaine de filles et de femmes ont manifesté devant le ministère de l’Éducation contre la décision des talibans de fermer les écoles.

Plus de deux douzaines de filles et de femmes ont organisé des manifestations devant le ministère de l’Éducation dans la capitale, Kaboul, quelques jours après que l’administration talibane a fermé les écoles secondaires pour filles jusqu’à nouvel ordre, après quoi le groupe afghan a été accusé d’avoir renié sa promesse. sur l’enseignement supérieur pour les filles.

Des milliers de filles joyeuses à travers l’Afghanistan ont afflué mercredi dans les établissements d’enseignement – la date fixée par le ministère de l’Éducation pour reprendre les cours pour les filles de tous âges. Mais quelques heures seulement après le premier jour, le ministère a annoncé un changement soudain de politique qui a laissé les jeunes dire qu’ils se sentaient trahis et les gouvernements étrangers exprimer leur colère.

Vendredi, les États-Unis ont annulé les pourparlers prévus avec les talibans au Qatar qui devaient aborder des questions économiques clés après la décision du groupe de fermer les écoles.

La décision, qui n’a pas encore été expliquée par les deux élèves, signifie que les filles au-delà de la sixième année ne pourront pas aller à l’école.

« Ouvrez les écoles ! Justice et justice ! Les manifestants ont scandé des slogans samedi, certains portant des manuels scolaires, alors qu’ils se rassemblaient sur une place de Kaboul.

Ils ont brandi des banderoles indiquant « L’éducation est notre droit fondamental, pas un plan politique », alors qu’ils marchaient sur une courte distance et se sont ensuite dispersés lorsque les combattants talibans sont arrivés sur les lieux.

READ  La reine Elizabeth II a ordonné un repos d'au moins deux semaines

Réouverture de l’école suspendue

La manifestation est la première organisée par des femmes depuis des semaines après que les talibans ont arrêté les dirigeants des premières manifestations organisées après leur retour au pouvoir en août après l’effondrement du gouvernement soutenu par l’Occident d’Ashraf Ghani à la suite d’une offensive militaire de plusieurs mois par les talibans.

Les forces de l’OTAN dirigées par les États-Unis se sont retirées du pays en août, 20 ans après l’invasion militaire qui a chassé les talibans du pouvoir. Les six années de règne des talibans (1996-2001) ont été marquées par des violations des droits humains et des interdictions d’éducation et d’emploi pour les femmes.

Le groupe a promis de protéger les droits des femmes et la liberté de la presse lors de sa première conférence de presse après sa prise de contrôle fulgurante de l’Afghanistan en août de l’année dernière.

Nous permettrons aux femmes de travailler et d’étudier. Nous avons des cadres bien sûr. « Les femmes seront très actives dans la société mais dans le cadre de l’islam », a déclaré Zabihullah Mujahid, porte-parole du groupe, lors d’une conférence de presse le 16 août 2021.

Des femmes et des filles afghanes participent à une manifestation devant le ministère de l’Éducation à Kaboul [Ahmad Sahel Arman/AFP]

Mais depuis, le lycée des filles a cessé d’ouvrir et la liberté de la presse s’est détériorée, forçant des centaines de journalistes à fuir le pays en quête de sécurité.

La décision de fermer les écoles mercredi est intervenue après une réunion tard mardi soir de hauts responsables dans la ville méridionale de Kandahar, la centrale de facto et le bastion spirituel des talibans.

Cela est intervenu après des mois de travail par certains pays étrangers sur un plan de soutien au paiement des salaires des enseignants.

READ  Le chef de la police métropolitaine refuse de démissionner après de violents affrontements lors de la veillée de Sarah Everard

Les lycéennes afghanes ne sont plus scolarisées depuis plus de sept mois.

Même le prophète [Muhammad] « Elle a dit que tout le monde a droit à l’éducation, mais les talibans nous ont pris ce droit », a déclaré la jeune femme, Nuwaisah, lors de la manifestation organisée par deux groupes de défense des droits des femmes.

« Les talibans ne peuvent pas opprimer les femmes afghanes », a déclaré une autre manifestante, Laila Bassem.

Depuis leur retour au pouvoir le 15 août, les talibans ont annulé 20 ans de gains pour les femmes du pays, qui ont été licenciées de nombreux emplois gouvernementaux, interdites de voyager seules et sommées de dicter les robes des femmes.

Certaines femmes afghanes ont d’abord résisté aux restrictions imposées par les talibans, organisant de petites manifestations réclamant le droit à l’éducation et au travail.

Mais les talibans ont rapidement arrêté les leaders de la manifestation, les détenant au secret tout en niant qu’ils étaient détenus.

Depuis leur libération, la plupart d’entre eux sont restés silencieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.