Des manifestants descendent dans les rues à travers l’Algérie – Journal

ALGER: Des milliers de manifestants anti-gouvernementaux sont descendus dans les rues de l’Algérie vendredi, appelant à un pouvoir judiciaire indépendant alors que plusieurs dirigeants de l’opposition risquent l’emprisonnement.

Dans le centre de la capitale, Alger, des drapeaux nationaux ont été hissés par des manifestants, indiquant une opposition à ce que le mouvement Hirak considérait comme illégal pour le gouvernement et ses dirigeants.

Une bannière disait: “J’ai un rêve – la démocratie, la primauté du droit, la liberté.” Des photos de prisonniers d’opinion détenus ont été présentées avec des messages sur plusieurs panneaux d’affichage apportés au rassemblement par des manifestants.

Une trentaine de personnes ayant appartenu ou rejoint le mouvement de résistance sont actuellement derrière les barreaux.

“Nous avons besoin d’un pouvoir judiciaire indépendant. L’injustice doit cesser!” Mohammed, un retraité de 59 ans.

Au milieu des critiques du ministère algérien de la Justice sur la sympathie pour Hirak, une autre bannière disait: «Nous sommes tous le juge Merzuk», se référant à un magistrat qui a été suspendu de ses fonctions.

Il est l’un des deux juges faisant face à une action en justice pour ses liens avec l’opposition.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes, dont Annaba à l’est et Aaron à l’ouest.

Hirak s’est rassemblé pour la première fois en février 2019, deux mois plus tard, forçant le président de l’époque, Apologize Bouteflika, à abandonner une cinquième fois une tentative, puis à démissionner.

Le mouvement considère que le gouvernement a peu changé depuis sa démission et réclame un nouveau système politique qui reflète la volonté du peuple.

READ  Air France serait sur le point de passer un contrat pour un plan de redressement de l'État

Au milieu d’un boycott important organisé par Hirak, le président Abdelmatzi Deboun, ancien Premier ministre sous Bouteflika, a remporté une élection présidentielle à la fin de 2019, dans un sondage dans lequel même les chiffres officiels ne montraient que 40% des voix.

L’immense foule qui remplissait les rues d’Alger a marché vers l’imposante Poste centrale, lieu de marche traditionnel du mouvement.

De nombreux participants ont chanté, marqué le drapeau algérien et scandé des slogans contre le gouvernement militaire, et sous l’œil vigilant des hélicoptères de la police “Nous ne nous arrêterons pas tant que Hirak ne gagnera pas”. Des marches similaires ont été organisées dans d’autres villes du pays.

Sorti à l’aube le 3 avril 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *