Des manifestants du gouvernement algérien descendent dans la rue après une pause d’un an

Des milliers de manifestants anti-gouvernementaux sont descendus dans les rues à travers l’Algérie vendredi alors que le mouvement pro-démocratie “Hirak” se rassemblait pour reprendre son élan après une interruption d’un an de l’épidémie de virus corona.

Malgré l’interdiction des réunions au Govt-19, des foules se sont rassemblées dans plusieurs quartiers de la capitale, Alger, après la prière du vendredi et ont marché vers le centre-ville.

“C’est génial. C’est comme la manifestation du Big Friday Hirac”, a déclaré un manifestant.

Des manifestations de Hirak ont ​​éclaté en février 2019 suite à la candidature du président Aptelogis Bouteflika pour la cinquième fois, le dirigeant de longue date étant évincé du pouvoir en avril de la même année.

Les manifestants organisent des manifestations hebdomadaires depuis la démission de Bouteflika, exigeant un changement de régime depuis que l’Algérie a obtenu son indépendance de la France en 1962.

Ils n’ont arrêté les manifestations qu’en mars dernier en raison des restrictions du virus corona, mais des appels au retour dans la rue ont été récemment diffusés sur les réseaux sociaux.

Jeudi, des milliers de personnes ont été impressionnées par l’absence de nombreuses personnes à la manifestation de lundi, marquant le deuxième anniversaire des manifestations du Hirak, qui comprenait des cris en ligne et appelant tout le monde à la manifestation à porter un masque.

Beaucoup d’autres se sont déchaînés vendredi.

– Slogans familiers –

La clé d’Alger, où les manifestations de la police hirak anivak ont ​​interdit une réunion du Grand Bureau de poste réalisée grâce à la visite, a rencontré des manifestants de l’opposition ont tiré des gaz lacrymogènes et à l’aide de tirankcankalaip, intarlekne news a montré des images publiées sur le site.

READ  Surveillance saisonnière Moyen-Orient et Afrique du Nord - Fin de saison (septembre 2020 - mai 2021) - Algérie

Depuis le matin, des fourgons de police ont pris position à proximité des principales places du centre-ville, mettant en place des barrages routiers sur plusieurs routes principales menant à la capitale.

Comme si aucun temps ne s’était écoulé depuis la dernière manifestation de vendredi de 2020, les réunions étaient remplies des mêmes drapeaux et slogans.

Il y avait des cris de “les gens veulent la chute du régime”, “l’Algérie indépendante et démocratique” et “un État civil, pas un État militaire” – faisant référence à l’establishment militaire qui contrôle la politique algérienne.

Les manifestants portaient des banderoles indiquant “Pas islamiste ou laïc, mais hiérarchique”, tandis que d’autres criaient “Paix” et soulignaient la non-violence du mouvement.

«Nous ne reculerons pas», a crié un groupe de femmes en marge de la marche à Alger, et les manifestations de l’après-midi se sont tues.

Le président algérien Abdelmadzi Deb ன் n – élu en décembre 2019 par un glissement de terrain lors d’un vote boycotté par l’opposition – a fait plusieurs tentatives pour diriger les rassemblements renouvelés.

À la veille de l’anniversaire de Hirak, lundi, il a annoncé un remaniement limité du gouvernement et signé un décret de dissolution du Parlement, ouvrant la voie à des élections anticipées, mais aucune date n’a encore été fixée.

Dans un autre geste de conciliation la semaine dernière, il a annoncé les excuses qui ont jusqu’à présent conduit à la libération de dizaines d’activistes pro-démocratie, dont le journaliste Khalid Traini, qui est devenu un symbole de la lutte pour une presse libre.

– ‘Engagement et engagement’ –

Les partisans du Hirak n’ont pas été impressionnés par son appel à un référendum et à une restructuration anticipés, ce qui était légèrement différent d’un bootleg qui a dirigé le nouveau gouvernement pendant deux décennies.

READ  L'Algérie devrait commencer la production du vaccin russe Spoutnik V en septembre

Les manifestants ont scandé “Vous avez déclenché dans nos cœurs une révolution qui ne peut s’éteindre qu’une fois que vous êtes parti.”

Selon le vice-président algérien aux droits de l’homme Saeed Salhi, la nouvelle marche “confirme des retours irréversibles et la volonté de poursuivre le Hirak, avec la même détermination et engagement envers les revendications, dans lesquelles … un réel changement dans l’organisation”.

En dehors de la capitale, des rassemblements ont eu lieu dans les villes de Begia et D’Souza dans la région du nord-est de Kabili, ainsi que dans le conseil d’administration est d’Ar Arridge et du nord-ouest d’Aaron, où le militant des droits humains et éducateur Kadur Saucha a été arrêté, selon le prisonnier. droits. Équipe CNLT Il a ensuite été libéré.

Salhi a déclaré dans un message sur Facebook que plus d’une centaine de personnes avaient été arrêtées lors de rassemblements à travers le pays.

Amnesty International a accusé cette semaine les autorités algériennes d’avoir conspiré pour faire taire les détracteurs, ce qui a conduit à une enquête sur le cas de 73 volontaires qui ont été «arrêtés arbitrairement».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *