Des milliers de personnes déplacées par les inondations dans les camps de Rohingyas au Bangladesh

Une vue générale d’une zone inondée après de fortes pluies de mousson à Cox’s Bazar, au Bangladesh, le 27 juillet 2021 sur cette photo prise le 27 juillet 2021. Arakan Times/Via Reuters

30 juillet (Reuters) – De fortes pluies de mousson ont provoqué des glissements de terrain et des crues soudaines dans les camps de réfugiés qui ont déplacé des milliers de musulmans rohingyas dans le sud-est du Bangladesh cette semaine, ont annoncé vendredi les Nations Unies et d’autres responsables, avec des pluies plus abondantes attendues.

Au moins Six RohingyasMamunur Rashid, directeur de district, a déclaré que, dont trois enfants, sont morts dans des glissements de terrain et des inondations, tandis que 15 Bangladais ont été tués et plus de 200 000 bloqués en raison des inondations à Cox’s Bazar.

Près d’un million de Rohingyas vivent dans des camps surpeuplés dans la région frontalière de Cox’s Bazar, le plus grand camp de réfugiés au monde, après avoir fui une répression militaire au Myanmar voisin en 2017.

Les réfugiés vivent pour la plupart dans des huttes faites de bambou et de bâches en plastique qui s’accrochent aux collines escarpées. Des images télévisées montraient des maisons inondées et de l’eau boueuse ruisselant sur les marches et les collines. Les enfants jouent dans l’eau au niveau de la poitrine.

“C’est comme un cauchemar”, a déclaré Rohingya Rukia Begum. « Je n’avais jamais vu de telles inondations dans les camps en quatre ans. Quand l’eau est arrivée, personne dans ma famille n’était à la maison pour m’aider. J’étais seul mais je pouvais emporter mes affaires dans un endroit plus sûr. Maintenant, je suis chez quelqu’un la famille d’un autre.”

READ  Un « équipage de serpents » vieux de 4 400 ans découvert en Finlande

Plus de 21 000 réfugiés ont été « touchés » par les inondations, tandis que près de 4 000 abris ont été endommagés ou détruits, a indiqué le HCR.

Elle a déclaré que plus de 13 000 personnes ont été forcées de se déplacer vers les camps, tandis que des milliers d’installations, notamment des dispensaires et des latrines, ont été endommagées. L’accès a été entravé par les dommages causés aux routes, aux passerelles et aux ponts.

Les inondations risquent de s’aggraver.

“De fortes pluies sont attendues au cours des prochains jours, donc les défis sont susceptibles d’augmenter”, a déclaré Manuel Marx Pereira, chef de mission adjoint au Bangladesh pour l’Organisation internationale des Nations Unies pour les migrations.

Les réfugiés, dont beaucoup se remettent encore des incendies de forêt qui ont ravagé les camps en mars, ont déclaré que les glissements de terrain et les inondations avaient laissé les maisons “complètement couvertes de boue”.

« D’une manière ou d’une autre, ma famille peut évacuer », a déclaré Abu Siddiq, qui vit dans le camp de réfugiés de Balukhali. “La boue qui est descendue de la colline est entrée dans ma maison… Tous nos biens à l’intérieur sont couverts de boue.”

(Rapports de Romy Paul). Montage par Nick McPhee

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *