Deux ans plus tard, le mouvement algérien se prépare à une renaissance

Mardi 16 février 2021

Deux ans plus tard, le mouvement algérien se prépare à une renaissance

MENASource
par
Andrew J. Varane

Des manifestants arborent des drapeaux nationaux alors qu’ils se rassemblent dans la ville de Kharata, marquant le deuxième anniversaire du début d’un mouvement de protestation de masse appelant à un changement politique, Algérie, 16 février 2021 (Reuters) / Ramzi Boudina

Après le dixième anniversaire du début des soulèvements du printemps arabe, les Algériens reviendront sur leur mouvement populaire de protestation qui a débuté il y a deux ans – Mobilité.

Des observateurs peu familiers avec l’histoire de l’Algérie pourraient supposer qu’après avoir connu des manifestations plus limitées que ses voisins en 2011, l’Algérie a simplement été plus lente à atteindre le point d’ébullition. Mais ce serait une mauvaise lecture de l’histoire de ce pays étrange. L’Algérie a longtemps suivi un rythme différent et il semble qu’elle est sur le point d’entrer dans un nouveau chapitre aujourd’hui.

À la recherche de la dignité

Certaines dynamiques de travail en Algérie en février 2019 étaient familières aux observateurs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Les Algériens étaient frustrés par le capitalisme de plus en plus effronté, le déclin des services publics, le chômage généralisé et une élite politique loin de la réalité. En poste depuis 1999, le président Abdelaziz Bouteflika incarne les vétérans de la guerre de libération de l’Algérie contre la France qui dirigent le pays depuis plus de cinq décennies – et qui n’ont jamais semblé plus faibles. Après avoir été victime d’un accident vasculaire cérébral en 2013, Bouteflika s’est largement retiré des yeux du public, Éveiller les soupçons À propos de qui dirigeait vraiment le pays.

Sous le règne de Bouteflika, c’était l’Algérie Collecté Un billion de dollars de ses exportations primaires: pétrole et gaz. Les autorités ont utilisé cette richesse pour bandage Leurs comptes bancaires suisses couvrent un peu plus les besoins fondamentaux des citoyens et rejettent les appels à la diversification de l’économie. Ils parient que les Algériens souffrent encore du choc de la «décennie noire» de la terreur qui s’est produite revendiqué Deux cent mille personnes dans les années 1990 avaient peu d’appétit pour la révolution. Bien que cela puisse être vrai en 2011, la Terre a changé en 2019. Une nouvelle génération a atteint l’âge adulte, plus connectée au monde extérieur, moins de traumatismes que la décennie noire et des rêves ambitieux pour son avenir.

Ces jeunes hommes – ainsi que nombre de leurs cheikhs – ont réagi avec colère à l’annonce que Bouteflika chercherait à être réélu malgré sa mauvaise santé et sa mauvaise gestion croissante dans le pays. Quelques jours plus tard, le 22 février 2019, les Algériens sont descendus dans la rue pour des manifestations de masse auxquelles une génération entière n’avait pas assisté. Bientôt, un rythme hebdomadaire régulier est apparu, les étudiants manifestant tous les mardis et les résidents se rassemblant tous les vendredis. Ils ont tiré une leçon des révolutions ratées ailleurs, les Algériens se gardant strictement les uns les autres pour s’assurer que les manifestations restent pacifiques.

READ  L'économie est sur la voie d'une lente reprise: le Fonds monétaire international

Même la démission de Bouteflika, en avril 2019, n’a pas pu calmer la marée car les Algériens de tous bords voulaient remplacer le régime, pas seulement son président. Unissez-vous derrière Un slogan: “Sortez-les tous.” Mais un terrain d’entente était encore loin. Le siège après des années de «diviser pour régner» de la part de l’État, des partis d’opposition, de la société civile et d’autres institutions qui auraient pu aider à guider le dialogue et à forger un consensus n’était pas préparé pour cette tâche. Les personnalités à la recherche de leadership étaient méfiantes et hurlaient. En l’absence de revendications partagées, d’un leadership clair ou d’une vision cohérente de l’avenir, le mouvement en est venu à être correctement défini comme étant simplement Mobilité-“le mouvement.”

‘Nouvelle Algérie’

Après la démission de Bouteflika, les autorités civiles, lorsqu’elles étaient officiellement responsables, se sont soumises à la puissante armée algérienne qui tentait d’étrangler Mobilité Par un mélange d’apaisement et d’intimidation. Une campagne anti-corruption sans précédent a piégé des hommes d’affaires et des politiciens largement méprisés, y compris de nombreux anciens ministres. L’armée a également cherché à diviser Mobilité. Par exemple, ils sont prison Les manifestants «sapent l’unité nationale» s’ils sont vus portant le drapeau berbère. Mais pour beaucoup, régler des comptes politiques par des accusations de corruption arbitraire, ainsi que l’emprisonnement de manifestants pacifiques, étaient davantage des appels à la protestation, pas des raisons de retrait, après plusieurs retards face aux manifestations en cours, les chefs militaires ont commencé avec impatience à rétablir l’ordre. Élections présidentielles de décembre 2019. De nombreuses personnalités populaires étaient en prison ou ont été jugées inéligibles à se présenter, ce qui a laissé les Algériens choisir parmi une liste de cinq personnes familières avec le système. Aux élections Marbré Avec un faible taux de participation, l’ancien ministre du Logement Abdelmadjid Tebboune est sorti vainqueur et a cherché à tourner la page en annonçant l’aube de la «Nouvelle Algérie». Les Algériens, peu convaincus, ont continué à protester alors que le nouveau gouvernement de Tebboune se transformait lentement pour faire face à la liste croissante des crises du pays.

Ni le gouvernement ni les manifestants n’ont pu anticiper l’arrivée de la pandémie de coronavirus au printemps dernier. D’abord, Mobilité Les manifestations se sont poursuivies pendant plusieurs semaines, avant que les manifestants n’appellent à y mettre fin fin mars. Le gouvernement a saisi l’épidémie comme excuse pour réimposer sa version du système et fermer les frontières du pays, la prison Journalistes et militants, et empêchant l’accès aux sites Web de médias indépendants. Pendant ce temps, la tâche de contenir le COVID-19 a été laissée au système de santé sous-financé et surchargé du pays.

READ  L'Égypte produit 60 millions de doses de vaccin Sinovac par an - Ministre

Sondage vide

Soucieux de consolider sa légitimité et de faire une rupture décisive avec les troubles de l’année précédente, Tebboune a tenu sa promesse de rédiger une nouvelle constitution. Malheureusement, le document publié par son gouvernement, quelques jours à peine avant le référendum prévu le 1er novembre, n’a pas répondu aux demandes des manifestants de transférer le pouvoir présidentiel, de garantir l’indépendance de la justice, de renforcer la protection de la liberté d’expression et de la liberté de la presse, et plus. Au lieu de cela, les autorités ont tenté de polariser le mouvement louer Dans le préambule révisé.

Dans l’espoir de priver Tebboune du mandat populaire qu’il avait recherché, beaucoup d’entre eux dormaient à l’époque Mobilité Les Algériens ont appelé au boycott du référendum. Beaucoup ont répondu à leur appel. Chiffres officiels arriver Seulement 23 pour cent du taux de participation. Bien que la constitution ait été adoptée à une majorité des deux tiers, le taux de participation est un record – et une réprimande claire au gouvernement.

Mais les résultats ont non seulement embarrassé le gouvernement, mais les ont également mis en évidence MobilitéLa plus grande faiblesse. Si son manque de leadership a empêché le gouvernement d’arrêter le mouvement en le décapitant, ce manque de leadership l’a rendu incapable d’effectuer des changements stratégiques aux moments critiques. Le référendum a été un moment comme celui-ci: étant donné que moins de 14% des électeurs inscrits Été voté Quant à la constitution, même une modeste tentative de rallier les 86% restants de l’électorat à la rejeter aurait réussi, infligeant une perte symbolique encore plus grande au système.

Crise familiale

Tebboune n’était pas en Algérie pour assister de justesse à sa victoire ou signer la constitution dans la loi. Le 28 octobre, il a eu un Par avion En Allemagne pour des raisons de santé non précisées, suscitant des spéculations généralisées. Lors d’une émission de télévision d’État préenregistrée Discours De lui, les Algériens ont vu une ressemblance inquiétante: une fois de plus, leur président s’est assis dans un hôpital européen, incapable de diriger le pays alors que les défis montent.

Deux jours plus tard, la présidence est enfin terminée A été confirmé Tebboune, un gros fumeur de 74 ans, a contracté le coronavirus, accentuant les craintes d’une autre crise de leadership. Pendant deux mois, les Algériens n’avaient eu que peu de nouvelles des attentes du président, même après que son absence ait causé des problèmes croissants chez eux. L’Algérie enlisée dans une double crise économique et de santé publique Étudiant Les décisions. Cependant, dans le cadre de son système hautement centralisé – une caractéristique à la fois de l’ancienne et de la nouvelle constitution – l’absence du président a effectivement paralysé l’État. Alors que le système brisé de l’Algérie était renouvelé par un référendum sur une légitimité douteuse, l’absence de Tebboune a mis en évidence la profonde fragilité du régime.

READ  L'indicateur avancé américain laisse présager une poursuite de la reprise économique en juin

Le vide de leadership a été vivement ressenti en décembre 2020, lorsque la nouvelle est arrivée de la normalisation des relations diplomatiques entre Israël et le Maroc, accompagnée de la reconnaissance américaine de l’autorité du Maroc sur le Sahara occidental (l’Algérie accueillait des réfugiés Prise en charge Le droit de l’ancienne colonie espagnole à l’autodétermination pendant plus de 40 ans). Les Algériens à qui j’ai parlé l’ont décrit comme une nouvelle humiliation. Les Algériens, absents de la scène internationale et sans président parlant en leur nom, n’ont pas pu façonner les événements même dans le quartier. Il n’y a pas de pays dans la région Rapports Les taux de soutien à la cause palestinienne sont plus élevés que l’Algérie.

Pour de nombreux Algériens, les insultes semblent se multiplier à nouveau. Au milieu de la propagation généralisée du virus COVID-19, l’Algérie a eu du mal à organiser des contre-mesures efficaces, y compris la vaccination. L’économie était fortement dépendante des hydrocarbures avant la pandémie et la diversification est inimaginable dans les circonstances actuelles. Dans le même temps, les Algériens craignent que les problèmes économiques n’obligent le pays à demander des renflouements aux institutions financières internationales – une mesure que l’Algérie a profondément regrettée dans les années 1990, ce qui en fait aujourd’hui une ligne rouge politique.

Partisans Mobilité Ils signalent rapidement qu’ils ont arrêté le mouvement volontairement et peuvent le redémarrer à tout moment. Deux ans après MobilitéCette possibilité semble probable. Les appels augmentent de jour en jour pour un retour à la protestation publique et une nouvelle impulsion pour un changement fondamental.

Andrew J. Varane Il a vécu en Algérie de 2013 à 2020, gérant des programmes de développement des jeunes. Il est le traducteur de Zahra Al-Zarif À l’intérieur de la bataille d’Algérie (2017) et auteur Le rêve algérien (Sortie en avril). Il est blogué dans Ibn Ibn Battuta.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *