Dodge dévoile sa première voiture électrique en 2022

Trois sources ont déclaré que l’Égypte devrait finaliser un prêt de 3 milliards de dollars qui sera utilisé en partie pour financer des projets durables, alors que l’Égypte tente de se remettre d’une baisse du tourisme pendant la pandémie de COVID-19.


L’une des sources a déclaré que le financement, organisé par Emirates NBD et First Abu Dhabi Bank, fait suite au remboursement d’une facilité de 2 milliards de dollars plus tôt cette année, que l’Égypte a empruntée l’année dernière.


Les sources, qui ont requis l’anonymat car l’accord n’a pas été annoncé publiquement, ont déclaré qu’une partie du prêt sera « verte », ce qui signifie que le produit sera utilisé pour financer des projets durables et qu’une partie sera conforme à la loi islamique.


Ils ont déclaré qu’un groupe de banques conventionnelles et islamiques participait à l’offre conjointe.


Il n’a pas été possible de contacter les autorités égyptiennes pour commenter le nouveau prêt. Emirates NBD et First Abu Dhabi Bank ont ​​refusé de commenter.


Deux sources ont déclaré que le nouvel accord avait été initialement commercialisé auprès des banques pour un volume de deux milliards de dollars, mais qu’il avait été augmenté en raison de l’augmentation des souscriptions.


L’une des sources a déclaré qu’il aurait besoin d’une approbation parlementaire pour être finalisé.


En août de l’année dernière, l’Égypte a levé un prêt de 2 milliards de dollars organisé par Emirates NBD et First Abu Dhabi Bank pour financer le budget de l’État et soutenir l’économie.


Deux des sources ont indiqué que cette facilité, qui est divisée en tranches conventionnelles et islamiques, a une durée d’un an, tandis que le nouveau prêt aura une durée de trois ans.

READ  L'indice saoudien augmente au premier trimestre, alors qu'il s'approche de la barrière de 10000 points


L’agence de notation Fitch a confirmé le mois dernier la note à long terme du pays en devises étrangères à B+ avec une perspective stable, affirmant qu’il avait fait preuve de stabilité et de résilience pendant la pandémie, mais qu’il avait un déficit budgétaire d’environ 7,5% du produit intérieur brut.


La perte de tourisme pendant la pandémie a réduit l’une des principales sources de devises étrangères de l’Égypte.


L’année prochaine, il accueillera les pourparlers des Nations Unies sur le climat qui tenteront de progresser davantage lors de la conférence de Glasgow de ce mois-ci sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *