En Algérie, c’est encore Teja Wu

Les décideurs en Algérie ont créé un buzz lors de chaque crise ou baisse des prix du pétrole de temps en temps. Depuis les années 1980, les gouvernements successifs parlent d’un système économique alternatif qui mettrait fin à la dépendance pétrolière. Mais le tollé s’est calmé lorsque les prix ont suffisamment augmenté pour permettre au gouvernement d’acheter la tranquillité sociale et d’apaiser la colère de la rue.

Aujourd’hui, la même situation s’est à nouveau développée. La hausse des prix du pétrole a remis l’ancienne situation au premier plan, les revenus pétroliers diminuant après près de six ans, les responsables perdant l’espoir de revenir à des niveaux plus élevés et devant recourir aux réserves de devises pour compenser les dépenses publiques. Malgré les défis, il est peu probable que le gouvernement revienne à la normale.

Avec le déséquilibre, le gouvernement vise à éteindre les flammes de la colère populaire avec les revenus supplémentaires disponibles grâce à la hausse des prix du pétrole et du gaz sur les marchés internationaux. S’il existe une expérience antérieure dans l’utilisation des revenus pétroliers importants, le premier défi auquel le gouvernement est confronté est de convaincre les Algériens que les nouveaux revenus seront entre de bonnes mains et que les doigts collants ne les toucheront pas.

Mais la profonde méfiance entre les autorités et le peuple est plus grande que jamais. Les responsables qui n’ont pas réussi à persuader leur peuple de s’engager dans le processus politique et électoral et d’organiser les récents scrutins se contentent désormais d’une participation modeste, malgré l’impact négatif sur la légitimité des organes nouvellement élus.

READ  L'Allemagne bat l'Arménie en éliminatoires de la Coupe du monde

L’échec du gouvernement à persuader la population de la nécessité d’arrêter les subventions globales sur les biens de consommation est le reflet d’une crise de confiance généralisée, car il n’y a aucun espoir que le même gouvernement réussisse à redistribuer les subventions sociales. .

Les autorités ont réussi à ignorer les demandes de changement politique et à remettre le pouvoir au peuple. Cependant, en échappant à la colère de la rue, ils ont échoué dans tous les autres efforts, y compris les compétitions électorales, les efforts de développement national et les défis régionaux et diplomatiques. Les tentatives de créer de nouveaux problèmes et de résoudre les anciens sont à nouveau poussées au bord de l’échec.

Ils visent à réguler et rationaliser le système de subventions sociales, qui gaspille plus de 15 milliards de dollars par an sur le trésor public, réduisant le profond déséquilibre dans divers comptes et soulignant le risque d’allumer un fusible en situation inflammable. Déménagement avec des conséquences imprévisibles. La raison en est que les autorités se concentrent sur les économies potentielles, sans penser à des alternatives prometteuses et prometteuses.

Bien qu’ils disent avoir l’intention de réduire les tarifs d’importation d’environ 50 milliards de dollars à environ 30 milliards de dollars, ils ne présentent pas d’alternatives économiques ou de formules possibles. Les économies proposées se feraient au détriment des besoins sociaux. Les patients ne trouveront pas leurs médicaments, les matières premières dont les fabricants ont besoin pour les usines et les graines dont les agriculteurs ont besoin pour semer. Les troubles économiques et sociaux sont donc encore pires.

READ  Ben Yedder dit que la France fait partie de "l'escadron de la mort" pour l'euro

Le gouvernement s’attend à environ 30 milliards de dollars de revenus pétroliers et gaziers après la hausse des prix, mais le sort des gains estimés est entouré d’incertitude.

Un économiste m’a dit que l’Algérie a deux options pour surmonter la crise actuelle. L’un est mauvais et l’autre est mauvais. Il devrait soit dévaluer la monnaie locale (le dinar algérien) soit imprimer plus de billets. Dans les deux cas, c’est le pouvoir d’achat de la population qui est en jeu. En plus de l’inflation, de l’augmentation de la pauvreté et de la hausse des prix, cette situation ne peut être résolue que par la population et par le gouvernement en qui la population a confiance.

Les experts ont déclaré lors de la récente marée noire qu’il s’agissait de la dernière chance pour les pays producteurs de pétrole dirigés par le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Ils peuvent profiter du boom et atteindre une prospérité partagée ou échouer et perdre complètement le bateau. L’échec s’est produit en Algérie, qui a perdu plus de mille milliards de dollars de revenus. Les revenus accidentels ne peuvent pas le compenser maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *