Économie: l’EAG souligne la nécessité de réformes

ISLAMABAD : Le Groupe consultatif économique (EAG) a appelé aux réformes nécessaires pour transformer le Pakistan en une économie compétitive à l’échelle mondiale. Dans un communiqué publié ici vendredi, l’EAG a exprimé l’espoir que « les décideurs politiques entreprendront des réformes radicales pour stimuler l’économie du pays et apprendront de ces temps difficiles ».

Si le Pakistan veut honorer sa dette extérieure à un moment où les marchés financiers internationaux ne sont pas disposés à prêter, les décideurs doivent autoriser l’ajustement du taux de change et prendre des mesures efficaces qui réduiront la consommation et généreront les économies nécessaires au service de la dette extérieure. Ce processus entraînera de grandes difficultés économiques et se traduira par une faible croissance économique dans un avenir prévisible.

Alternativement, les décideurs pourraient choisir d’approcher les créanciers et de commencer le processus de restructuration de la dette. Cela se fera à nouveau au détriment du respect des conditions supplémentaires convenues avec les créanciers, qui supporteront le coût de la restructuration.

« Aucune de ces options n’est sans douleur économique, mais un processus de restructuration bien géré peut permettre à l’économie de se redresser le plus tôt possible », indique le communiqué.

Économie : L’équipe de la PBC rencontre le Premier ministre et fait des suggestions

EAG a également suggéré que les politiques devraient être poursuivies pour restaurer la confiance des investisseurs nationaux et étrangers. « D’un autre côté, la paralysie des politiques peut avoir des conséquences dévastatrices », a noté EAG.

Malheureusement, les groupes d’intérêts au Pakistan ont continué à profiter des crises passées pour faire avancer leurs intérêts aux dépens de la nation.

READ  Google ouvre la voie au progrès de l'initiative d'accélération des entreprises africaines | Porte de la Paix

Le Pakistan Business Council a également exercé des pressions historiques pour importer des politiques alternatives, même lorsque les secteurs bénéficiant de ces politiques n’ont pas réussi à être compétitifs au niveau international malgré des décennies de protection.

Les économies d’Asie de l’Est qui ont adopté des politiques similaires dans les années 1950 et 1960 ont rapidement pris conscience des limites de la substitution des importations et du changement d’orientation : elles ont ouvert leurs économies et réduit, voire complètement éliminé, la protection des entreprises nationales contre la concurrence internationale.

« La meilleure estimation de cela est de noter que le ratio des importations et des exportations au PIB pour l’Asie de l’Est et le Pacifique est passé de 10% au début des années 1970 à 35% », indique le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.