Envoi : Après le drame sur la Manche, la France peut-elle abandonner l’accord frontalier britannique ?

Calais – Cette petite ville du nord de la France est devenue une partie intégrante du paysage local, avec ses immigrés, ses cafés et ses soutiens-gorge.

Des milliers de personnes sont venues ici de pays comme l’Érythrée, la Syrie et l’Afghanistan, via la Méditerranée, les Balkans ou, plus récemment, la Biélorussie. Leur destination se situe à environ 40 kilomètres au nord-ouest : la côte anglaise.

Le 24 novembre, au moins 27 personnes tentant d’atteindre l’Angleterre sont mortes dans le chavirement d’un bateau. Mais cela n’a pas empêché les immigrants de parcourir des milliers de kilomètres pour atteindre ce qu’ils considèrent être El Torado.

« Je veux gagner ma vie au Royaume-Uni », m’a dit Afghanistan John, 22 ans. « Je ne veux pas rester en France. » Il a déjà fait sept tentatives pour rejoindre l’Angleterre et tentera à nouveau malgré la récente tragédie, a-t-il déclaré.

Le gouvernement britannique insiste sur le fait que la solution à la crise de la traversée de la Manche est une meilleure police. Le Royaume-Uni accuse la France de ne pas avoir pris les mesures adéquates pour empêcher les carrefours. Le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson souhaite que les autorités françaises répriment les immigrés avec l’aide de la police britannique. Le président français Emmanuel Macron a rejeté les propositions comme une violation inacceptable de la souveraineté.

La côte nord de la France où les immigrés commencent leurs bateaux s’étend sur environ 100 kilomètres. Même si la France accepte les propositions du Royaume-Uni, il est matériellement impossible de protéger pleinement la région.

Malgré l’accent britannique mis sur la sécurité, de l’autre côté de la Manche, on comprend de plus en plus qu’une surveillance policière excessive ne fera pas disparaître le problème. L’augmentation récente des traversées par petits bateaux est considérée comme faisant partie d’autres modes de déplacement, tels que la voiture et le camion, ce qui la rend impossible en raison d’une sécurité accrue. Malgré les périls, la diaspora retourne plutôt à la mer, grâce aux défenses fortifiées autour du réseau routier et ferroviaire de Calais.

En conséquence, les appels se multiplient en France pour reprendre les pourparlers sur un accord clé avec le Royaume-Uni. Les 2003 Accord du Touquet Le transfert des restrictions des passeports britanniques sur le sol français a entraîné la démarcation de la frontière avec le nord de la France. Il a été largement critiqué à travers l’éventail politique pour avoir placé le fardeau de la police sur les fonctionnaires français.

Contenu de nos partenaires

Référendum éthique : Westminster est loin de l'Irlande du Nord

Comment l'énergie intelligente peut fournir aux petites entreprises

La voie vers l'énergie intelligente et le zéro net

En raison de l’accord du Touquet, il est presque impossible pour les immigrants demandeurs d’asile au Royaume-Uni d’entrer légalement dans le pays. Pour demander l’asile, les immigrés doivent atteindre le sol britannique. Mais comme le Royaume-Uni a des restrictions de passeport en France, ils seront refusés s’ils tentent d’entrer par les canaux officiels.

READ  L'Algérie continue de soutenir la Libye, en défendant la cause palestinienne

Le fait que le Royaume-Uni ait sous-traité une partie de son contrôle des frontières à des autorités françaises a été un choc pour la politique française. De nombreux candidats de premier plan à l’élection présidentielle de l’année prochaine soutiennent la renégociation de l’accord.

L’ex-croyant de centre-droit Xavier Bertrand, à la tête de la région Hauts-de-France, dont fait partie Calais, le mois dernier Mentionné Immigrés : « Qu’ils aillent en bateau » en Angleterre. Les candidats d’extrême droite Eric Jemmore et Marine Le Pen soutiennent également l’abrogation de l’accord. Macron a également déclaré que lors de la campagne électorale présidentielle de 2017, l’accord devrait être renégocié. Bien qu’il soit en poste, il était l’un des seuls politiciens éminents à soutenir l’accord.

Les proposants de reconsidérer le contrat avancent un certain nombre d’arguments. Premièrement, le traité oblige la grande majorité des immigrants cherchant à atteindre le Royaume-Uni à traverser illégalement le canal dans des bateaux dangereux. Le déplacement des contrôles aux frontières britanniques vers la Grande-Bretagne aiderait à forcer les immigrants à emprunter des moyens plus sûrs pour atteindre le sol britannique où ils ont légalement le droit de demander l’asile. Les partisans de son cas ont travaillé pour rendre la transcription réelle de cette déclaration disponible en ligne. « Il est clair que les gens n’ont pas à risquer leur vie pour venir en Grande-Bretagne et demander l’asile », a déclaré Joe Gardner, du Joint Council for Immigration.

Deuxièmement, les conditions matérielles sur lesquelles reposent les accords ont changé. En 2003, le Royaume-Uni et la France étaient tous deux membres de l’Union européenne. Aujourd’hui, le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne et rejoint la Confédération. »Règlement de DublinEn vertu de celui-ci, les immigrants peuvent retourner dans le premier pays de l’UE où ils sont entrés. Cela stimule la migration à travers la Manche, car les migrants se dirigeant vers la Grande-Bretagne savent qu’ils ne seront plus expulsés vers les pays de l’UE qu’ils ont visités avant d’arriver en Grande-Bretagne.

Le troisième argument est la finance. Placer la frontière britannique sur la France signifiait qu’elle devait être en grande partie policière, et la contribution britannique à cela était estimée comme faisant partie du coût, car la sécurité avait augmenté au cours des près de deux décennies depuis la signature de l’accord du Touquet. En juillet, le Royaume-Uni a annoncé qu’il paierait 63 63 millions de dollars supplémentaires, mais jusqu’au mois dernier, la France a déclaré qu’elle n’avait pas encore reçu de financement.

Quatrièmement, la politique et l’humanité. Les habitants des villes et villages du littoral français se sont habitués à une sorte de coexistence avec les immigrés. Les relations sont généralement civiles; La plupart des habitants sont sympathiques aux immigrants et certains leur sont ouvertement hostiles.

READ  Champagne Wars : Un dé sur le poisson

« Ils se comportent bien », me dit Emily, poissonnière à Boulogne-sur-Mer. Cependant, la plupart des habitants sont fatigués des camps de réfugiés à la périphérie de leurs villes et sont frustrés de voir des gens, y compris des femmes et des enfants, mal dormir dans les parcs et les gares. Les négociations avec Le Touquet devraient à nouveau apaiser les tensions dans cette partie reculée du nord de la France.

L’annulation de l’accord serait lourde, ce qui pourrait être un facteur de traînée supplémentaire pour les immigrants dans la région. « La France [withdrawing] L’unilatéralisme à partir du Touquet aurait un sens politique, mais la migration vers la Manche conduirait à un risque accru de nouvelles tragédies », a déclaré Benjamin Hadad, directeur principal du Centre Europe au think tank de l’Atlantic Council.

Prendre en charge les demandes d’asile sur le sol britannique en Grande-Bretagne pourrait être une solution de compromis, qui éviterait aux immigrés de traverser dangereusement le Royaume-Uni. La Grande-Bretagne a décliné l’offre, affirmant que la plupart des visiteurs devraient être renvoyés directement en France pour empêcher les traversées.

Dans un train régional du nord de la France, j’ai rencontré Ali, un Syrien de 24 ans originaire d’Idlib. Google a déclaré via Translate qu’il avait fait six tentatives pour se rendre au bateau en bateau, dont une tentative lorsque son bateau a chaviré le même jour que 27 migrants sont morts la semaine dernière. « Je pensais que j’allais mourir », a-t-il déclaré. Il a rappelé que son équipe avait tenté d’obtenir l’aide des garde-côtes britanniques, mais qu’on lui avait dit que les navires britanniques ne pouvaient pas entrer dans les eaux françaises. Ils ont été ramenés en France par les autorités françaises. Il a dit qu’il allait réessayer dans quelques jours.

Ali m’a dit que même s’il avait des parents en Allemagne, il n’allait pas immigrer vers autre chose que le Royaume-Uni qu’il disait vouloir. Quand il a découvert que j’étais britannique, il m’a posé une question. « Savez-vous comment je peux demander l’asile ? [in Britain] Sauf par la mer ? » S’ils étaient en route, de nombreux dirigeants français recevraient bientôt une réponse pour lui.

[see also: Humanity, not hostility, will solve the migrant crisis]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *