Espagne. Les autorités ne doivent pas expulser le demandeur d’asile Mohamed Benhalima vers l’Algérie


Télécharger le logo

Réagissant à l’annonce de l’intention des autorités espagnoles d’expulser Mohamed Benhalima, demandeur d’asile algérien, lanceur d’alerte et militant anti-corruption, Amna Guellali, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré :

« Les autorités espagnoles sont pleinement conscientes du sombre sort qui attend Mohamed Benhalima si elles l’expulsent. Au cours des deux dernières années, les autorités algériennes ont intensifié leur poursuite éhontée des militants dans leur quête pour écraser toute forme de dissidence.

La communauté internationale a la responsabilité morale de défendre ceux qui dénoncent les violations des droits humains et dénoncent la corruption. L’Espagne doit immédiatement annuler son projet d’expulsion de Mohamed ben Halima et respecter le principe de non-refoulement.

« En vertu du droit international, nul ne devrait être renvoyé dans un pays où il risquerait d’être torturé ou soumis à d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants. L’expulsion de Mohamed Benhalima constituerait une violation grave des obligations de l’Espagne en vertu du droit international des droits de l’homme. »

Distribué par APO Group au nom d’Amnesty International.

Ce communiqué de presse a été publié par APO. Le contenu n’est pas contrôlé par l’équipe éditoriale d’African Business et le contenu n’a pas été vérifié ou validé par les équipes éditoriales, les lecteurs de contrôle ou les vérificateurs de faits. L’émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.

READ  Le pilote vétérinaire de la marine Adam choisit une épée pour le «dernier duel»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.