Espagne. Les autorités ne doivent pas expulser le demandeur d’asile Mohamed Benlima vers l’Algérie

Le directeur régional adjoint d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord a déclaré :

Les autorités espagnoles sont bien conscientes du terrible sort qui attend Mohamed Benlima s’il est expulsé. Au cours des deux dernières années, les autorités algériennes ont multiplié les poursuites honteuses contre des militants alors qu’elles cherchent à réprimer toutes les formes de dissidence.

« La communauté internationale a la responsabilité morale de défendre ceux qui dénoncent les violations des droits humains et dénoncent la corruption. L’Espagne doit immédiatement annuler son projet d’expulsion de Mohamed Penlima et respecter la politique de non-réexamen.

« En vertu du droit international, nul ne doit retourner dans un pays s’il risque d’être torturé ou soumis à d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Contexte

Mohamed Benhlima, citoyen algérien et ancien officier militaire, est devenu un dénonciateur en 2019 qui a dénoncé la corruption parmi les hauts responsables militaires algériens.

Il s’est enfui en Espagne en septembre 2019 après que son nom ait été signalé sur la liste des militaires recherchés après avoir participé au mouvement anti-Hirak. Il a depuis demandé l’asile en Espagne et en France.

La communauté internationale a la responsabilité morale de défendre ceux qui dénoncent les violations des droits humains et dénoncent la corruption.

Amna Guellali, Amnesty International

Le 7 janvier 2021, il a été condamné à 10 ans de prison pour avoir partagé en ligne des vidéos dénonçant la corruption au sein de l’armée.

Amnesty International a documenté le recours à la torture et à d’autres actes répréhensibles par les forces de sécurité algériennes dans au moins quatre cas de militants arrêtés au cours des trois dernières années pour avoir participé au Hirak.

READ  "En Afrique, il n'y a plus de petites équipes"

Dans une affaire similaire, le 20 août 2021, les autorités espagnoles ont expulsé Mohamed Abdella, un ancien officier militaire et demandeur d’asile qui avait demandé l’asile en Espagne en novembre 2018 après avoir publiquement accusé l’armée algérienne de corruption. Après avoir été extradé vers l’Algérie, Mohamed Abdella a été conduit directement au centre de haute sécurité « Andar » à Alger. Il est toujours en garde à vue aujourd’hui. Lors d’une audience au tribunal le 2 janvier 2022, il a déclaré publiquement qu’il avait été détenu, torturé et maltraité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.