« Froide vérité de la loi »: la France ne signale pas l’extradition de Rivoire

Des représentants inuits sont partis frustrés après avoir rencontré des responsables du ministère français de la Justice

Paris – Colère, tristesse, désespoir.

Tels étaient les sentiments sur les visages des représentants inuits à Paris alors qu’ils sortaient d’une réunion avec des responsables du ministère de la Justice mardi soir.

Le groupe a rencontré Isabelle Jagousseau, conseillère auprès du ministre français de la Justice, et des responsables du ministère de la Justice.

S’adressant aux journalistes à l’extérieur du bâtiment du ministère de la Justice, le président de Nunavut Tungavik Inc., Aluki Kotierk, a déclaré qu’il s’agissait d’une « réunion frustrante ».

« Nous avons été interrompus et interrogés, et le message général était que les ressortissants français ne peuvent pas être expulsés », a-t-il déclaré.

Un prêtre catholique romain qui a travaillé au Nunavut pendant plus de 30 ans, le Rév. Johannes Rivoire, 91 ans, un révérend de 91 ans accusé d’avoir abusé sexuellement d’enfants en 1998. Des représentants de Coutierque et des Inuits sont à Paris et à Lyon cette semaine pour exhorter le gouvernement français à extrader Johannes Rivoire. À l’époque.

Aluki Kotierk et d’autres représentants inuits tiennent mardi une réunion avec des responsables du ministère de la Justice à Paris. (Photo par Emma Tranter)

Rivoire a quitté le Canada pour la France en 1993 et ​​y est resté depuis.

Ces accusations initiales ont été abandonnées en 2017, mais en 2022, la GRC a accusé Rivoire d’une autre accusation d’avoir abusé sexuellement d’une fille à Arviat et Whale Cove entre 1974 et 1979.

Le Canada a demandé à la France d’extrader le prêtre et un mandat d’arrêt a été émis dans tout le Canada pour son arrestation.

READ  Islam Slimani : premier sceau algérien en provenance du Sporting CP

Le groupe a émergé après avoir passé plus d’une heure et demie à l’intérieur du bâtiment du ministère de la Justice dans le centre de Paris, leur troisième réunion.

« Il y avait des mots qui exprimaient à quel point ils comprenaient notre sort, mais au final, il était clair qu’il n’y avait aucune volonté politique d’expulser des ressortissants français », a déclaré Kodierk.

Nunatsiaq News a envoyé une demande d’entrevue au ministre français de la Justice mais n’avait pas reçu de réponse mardi après-midi.

Outre Kotierk, la délégation comprenait le PDG de NTI, Kilikwak Kaplona, ​​​​la victime d’abus de Revoir, Steve Mapsalak, et les enfants de la victime d’abus de Rivoir, Marius Tungilic, Tanya et Jesse Tungilic.

David Aklugark Jr., gestionnaire du programme pour les enfants inuits disparus des pensionnats à NTI, et Ivaluarjuk Merritt, l’adjointe administrative de Kotierk, se sont également joints à la délégation en France.

Lieve Halsberghe, une avocate belge et avocate des droits de l’homme travaillant avec NTI pendant son séjour en France, a déclaré que la réunion avait été difficile.

« Nous avons essayé de les supplier pendant longtemps », a-t-il déclaré.

« J’ai trouvé que c’était une rencontre très difficile pour affronter cette réalité, la froide réalité de la loi. »

Bien que la France ait un traité d’extradition avec le Canada, la France n’extrade généralement pas ses citoyens.

Tanya Tungilik (à gauche) et le président de la NTI, Aluki Cotierk, informent les médias à la suite d’une rencontre avec l’ambassadeur du Canada en France, Stéphane Dion, mardi. (Photo par Emma Tranter)

La délégation a commencé sa journée par une rencontre d’une heure avec l’ambassadeur du Canada en France, Stephen Dion.

READ  Les Rochers du Carnaval - Uchon, France

La délégation est restée discrète après la rencontre avec Dion, refusant de répondre aux questions des journalistes et ne faisant une déclaration qu’à leur sortie.

Kotierk a déclaré que Dion avait aidé à organiser une réunion avec des responsables du ministère de la Justice.

« Nous sommes très reconnaissants de l’opportunité de rencontrer l’ambassadeur du Canada et nous apprécions son soutien », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait en dire plus sur ce que Dion a dit lors de la réunion, Cotierc a répondu: « Je vais en rester là. »

Tanya Tungilik a dit qu’elle était reconnaissante que Dion les ait rencontrés, mais n’a pas précisé.

« Il semble très favorable », a déclaré Tunglik.

« Nous lui avons demandé d’informer la France que la France ne peut pas être un pays de refuge pour les fugitifs recherchés par l’Église qui ont échappé à la justice au Canada », a ajouté Halsberge.

Mercredi, la délégation se rendra à Lyon, où elle prévoit rencontrer des responsables de la confession catholique traditionnellement impliqués dans l’éducation, dont le père Vincent Gruber, qui dirige les Oblats de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.