Étude du FMI : le Moyen-Orient a besoin d’une fiscalité plus équitable pour stimuler la croissance et lutter contre les inégalités

Ankara

Selon une étude du Fonds monétaire international, les gouvernements du Moyen-Orient doivent mettre en place des systèmes fiscaux modernes et équitables pour relever des défis tels que l’augmentation des dépenses afin de protéger les pauvres contre des problèmes tels que la hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant.

Le journal a indiqué que les recettes fiscales en proportion du PIB restent relativement faibles dans la région, malgré l’expansion des assiettes fiscales dans de nombreux pays.

« En d’autres termes, les gouvernements ont la possibilité d’augmenter leurs recettes en rapprochant les taux d’imposition des niveaux qu’ils peuvent atteindre compte tenu de leurs structures économiques », indique le rapport.

Les chercheurs ont souligné que la suppression des larges exonérations et des incitations inefficaces « élargirait les assiettes fiscales et rendrait les systèmes fiscaux plus transparents ».

« La différence entre la perception fiscale réelle et potentielle équivaut à environ 14% du PIB (hors pétrole et gaz), en moyenne », indique l’étude.

Il a cité des exemples de pays qui ont fait des progrès dans l’élargissement de leur assiette fiscale ou qui font des efforts à cette fin.

Selon l’étude, l’Égypte « vise à réformer la loi sur l’impôt sur le revenu pour simplifier le cadre juridique et simplifier les exonérations ».

En ce qui concerne la pression pour produire des déclarations de revenus électroniques dans des pays tels que l’Algérie, l’Azerbaïdjan, le Pakistan et l’Iran, la recherche du FMI a déclaré que la modernisation des processus rend les systèmes plus efficaces et améliore l’application et la conformité.

« Davantage d’efforts sont encore nécessaires, notamment pour simplifier les structures organisationnelles, améliorer les processus commerciaux et tirer parti des technologies numériques », indique l’étude.

READ  Le Forum économique libano-algérien s'achève à Alger

Elle a ajouté qu’une coopération étroite pour améliorer l’échange mondial d’informations entre les juridictions fiscales serait également bénéfique.

La recherche a cité les efforts de lutte contre la corruption en Géorgie et au Tadjikistan comme une réussite, affirmant que les deux pays ont doublé leurs ratios impôts/PIB au cours des 20 dernières années en simplifiant les systèmes et les procédures fiscales.

« Les pays du Moyen-Orient et d’Asie centrale peuvent utiliser la politique fiscale pour promouvoir le développement économique, accroître l’inclusion sociale et atténuer l’insécurité alimentaire », indique le document de recherche.

Le site Web de l’agence Anadolu ne contient qu’une partie des nouvelles fournies aux abonnés du système de diffusion d’informations AA (HAS), et en résumé. Veuillez nous contacter pour les options d’abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.