Étude: le torchage du gaz diminuera en 2020

En plus de contribuer au réchauffement climatique de l’atmosphère, le gaz carbonique de routine peut nuire à la santé des personnes qui vivent à proximité des sites gaziers. Il gaspille également une source d’énergie potentiellement utile, ce qui est un problème particulièrement aigu dans les pays pauvres.

Selon le rapport de la Banque mondiale, 700 millions de personnes n’ont actuellement pas d’accès durable à l’énergie, et plus de 620 millions, dont la grande majorité en Afrique subsaharienne, pourraient rester sans énergie fiable en 2030.

Le rapport de la Banque mondiale a déclaré que le Nigéria, le plus grand producteur de pétrole en Afrique et le plus grand pays de torchage de gaz en Afrique subsaharienne, a réduit le torchage de gaz de 70 pour cent au cours des 15 dernières années. Cette réduction est en partie due à la Projets qui ont aidé l’État à convertir le gaz gaspillé En carburants liquides destinés à l’exportation.

Récemment, cependant, le Nigéria a souffert de l’ampleur du torchage de gaz Ça monte un peu Entre 2018 et 2019. La promesse d’éliminer les incendies d’ici 2020 n’a pas été tenue et deux autres échéances ont été manquées, l’une en 2004 et l’autre en 2008. C’est aussi une épidémie. Les projets visant à capter plus de gaz ont ralenti.

Mais le principal problème, selon Avolabe Elebigo, un avocat d’entreprise basé à Lagos qui suit le secteur de l’énergie, est qu’en vertu de la loi nigériane, souvent mal appliquée, l’allumage non autorisé entraîne des sanctions relativement légères.

M. Ellipigo a qualifié la combustion de «bête» au Nigéria. “Le gouvernement pense que si nous poussons durement ces gens, ils se présenteront”, a-t-il dit, faisant référence aux compagnies pétrolières étrangères opérant au Nigeria. “Mais dans de nombreux autres pays où la force est utilisée, les opérateurs sont obligés, y compris dans leur pays d’origine.”

READ  Le président Tebboune annonce l'ouverture de la frontière entre l'Algérie et le Niger pour faciliter les échanges commerciaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *