Évaluation rapide : Impact du conflit en Ukraine en tant que multiplicateur de la crise au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, Délégation régionale de la FICR pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, 8 juin 2022 – Yémen

pièces jointes

Résumé

Cette évaluation rapide vise à contribuer à l’analyse et au développement en cours du scénario MENA afin d’anticiper, de se préparer et de répondre à l’évolution des tendances de crise dans la région MENA, avec des considérations spécifiques sur la façon dont le conflit en Ukraine est un multiplicateur de risque pour les tendances de crise actuelles. . L’évaluation a été menée par un consultant externe entre le 25 avril et le 3 juin 2022, à l’aide de données secondaires et d’une enquête de perception auprès de 22 représentants des Sociétés nationales hôtes et des délégations de la FICR au niveau national. Les principales conclusions de l’évaluation comprennent :

environnement global de crise La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord continue de faire face à des crises, des conflits et des déplacements multiples et complexes. Les besoins de la population touchée augmentent en gravité et en ampleur et sont exacerbés par le déclin macroéconomique, le sous-développement chronique, le changement climatique, les catastrophes naturelles et les maladies. Plus de 55 millions de personnes dans la région ont besoin d’aide humanitaire, dont plus de douze millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

L’évaluation a souligné que le conflit en Ukraine exacerbe l’impact des tendances de crise préexistantes et rend les pays plus vulnérables. Plus un pays est déjà affecté par plusieurs facteurs de crise préexistants, plus l’impact du conflit en Ukraine est important. L’évaluation a également soutenu la classification des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord en trois catégories de crises. L’impact global de multiples facteurs de crise combinés est plus élevé en Syrie, au Yémen et en Libye (« crises critiques »), par rapport à la Palestine, au Liban, en Irak (« crises chroniques »), en Tunisie, en Égypte, en Algérie, en Iran, en Jordanie et en Jordanie. Maroc (« contenir les crises »).

financement humanitaire Le conflit en Ukraine ne peut que repousser de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord au bas de la liste des priorités des gouvernements donateurs, des institutions internationales et des médias mondiaux. Pour les millions de Palestiniens, Libanais, Yéménites, Syriens et autres qui vivent dans des pays en proie à des conflits, à un effondrement économique catastrophique et à des besoins humanitaires croissants, ce sera l’arrêt de l’assistance vitale. Même avant le conflit en Ukraine, le manque de financement a conduit à la réduction des programmes et à la réduction des rations alimentaires en réponse.

L’impact du conflit en Ukraine sur la disponibilité du financement humanitaire est jugé particulièrement grave au Liban, en Algérie, au Maroc, en Libye et au Yémen, et fort en Irak, en Égypte et en Syrie. Neuf pays ont déjà vu leur financement diminuer en raison du conflit en Ukraine. Dix des douze pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord s’attendent à ce que cette tendance négative du financement humanitaire se poursuive au cours des six prochains mois, avec une réduction prévue du financement de 25 % et même de 75 % (Égypte).

Troubles civils et conflit potentiel Les retombées du conflit en Ukraine au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pourraient servir de catalyseur à la prochaine vague de soulèvements parmi les États fragiles. Des parallèles peuvent être établis avec la période précédant les soulèvements arabes, où les frustrations sociales et économiques et l’absence de réforme politique poussaient les gens à descendre dans la rue. Avec la flambée des prix des denrées alimentaires et de la fiscalité, combinée à une absence générale de réforme politique, la colère sous-jacente qui a provoqué les manifestations de 2010-2011 pourrait à nouveau se transformer en troubles. Dans neuf des douze pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, le risque de troubles civils et de conflits devrait augmenter, en particulier en Palestine, en Irak, au Liban, en Tunisie, en Libye et au Yémen. Ces niveaux accrus de danger ne peuvent être attribués à l’impact du conflit en Ukraine.

READ  Le revenu du Nigeria par rapport au PIB est mauvais, selon Akabwezi | The Guardian Nigeria Nouvelles

Chaque facteur de crise a un effet cumulatif et contribue à l’environnement de crise global complexe. Cependant, le conflit en Ukraine a été l’un des développements les plus notables au cours des trois derniers mois et pourrait être un contributeur majeur au risque accru de troubles sociaux et de conflits. En ce sens, le conflit en Ukraine et ses conséquences économiques et sécuritaires mondiales pourraient être la dernière goutte qui a fait déborder le vase, poussant des pays déjà fragiles à un point de basculement. La capacité de préparation et de réponse des Sociétés nationales en termes de risques accrus de troubles sociaux et de conflits est considérée comme modérée dans sept pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et élevée au Liban, en Algérie, en Iran et en Jordanie. La capacité d’absorption est considérée comme faible en Palestine.

Sécurité alimentaire – Les économies de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ont été affectées par le conflit en Ukraine, en particulier les pays qui dépendent principalement de ces deux pays pour leurs importations alimentaires. Cela augmente le risque d’une crise alimentaire dans les six prochains mois. Les 12 pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ont connu une augmentation des prix des denrées alimentaires de base. La plus forte augmentation a été enregistrée au Liban (75-100%), suivi de l’Iran et du Yémen (augmentation de 50-75%), tandis que les prix dans les autres pays ont augmenté de 25-50%. Tous les pays attendent que cette tendance négative se poursuive, les prix devant augmenter de 25 à 50 % au cours des six prochains mois.

Le manque de nourriture abordable touche les habitants des douze pays, plus gravement au Yémen, en Libye et en Syrie, mais aussi au Liban, ce qui indique une forte détérioration de la situation socio-économique dans ce pays. En Palestine aussi, la sécurité alimentaire se détériore à un rythme alarmant. Les effets du conflit en Ukraine coïncident avec de graves sécheresses en Iran, en Irak et au Maroc, qui entravent la production locale. L’Égypte, premier importateur mondial de blé, prévoit d’étendre la culture du blé d’ici la fin de 2024, ce qui n’atténue pas les faiblesses immédiates. La Tunisie, dont l’économie est déjà sous tension, reçoit près de 80 % de son blé de l’Ukraine. En conséquence, les prix du blé sont les plus élevés depuis quatorze ans. La Jordanie et l’Algérie sont moins exposées que les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à l’impact économique du conflit en Ukraine. Les capacités de préparation et de réponse des Sociétés nationales en matière de sécurité alimentaire sont diverses. L’amplitude est la plus faible en Palestine, en Libye, en Syrie, au Yémen et en Tunisie, et la plus élevée au Liban, en Irak et en Algérie.

Agriculture – La production agricole dans les pays de la région MENA sera gravement affectée par la combinaison de chaînes d’approvisionnement perturbées, l’augmentation des coûts de l’énergie (tous deux affectés par le conflit en Ukraine), la pénurie d’eau et la hausse des températures (tous deux liés au changement climatique). L’impact de ces facteurs de stress sur la production agricole est le plus élevé dans les contextes de « crise critique » et le plus faible dans les contextes de « crise critique ». Les facteurs de crise combinés affectant la production agricole sont étonnamment élevés en Tunisie et seraient au même niveau qu’en Libye.

READ  L'entreprise "très confiante", le patron de Lyft, remportera une bataille juridique pour classer les travailleurs temporaires comme sous-traitants

Dix pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (tous sauf l’Algérie et la Jordanie) estiment que la production agricole va se détériorer au cours des six prochains mois. La capacité de préparation et de réponse des Sociétés nationales en termes de soutien aux moyens de subsistance agricoles est la plus faible, par rapport à leur capacité dans d’autres domaines thématiques, car la plupart des Sociétés nationales ne se concentrent pas sur ce domaine.

la santé et le bien-être La détérioration de l’accès aux services de santé devrait se poursuivre au cours des six prochains mois au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ce qui devrait avoir de graves conséquences dans de nombreux pays. Le manque de services de santé abordables affecte tous les pays de la région MENA et a été exacerbé par la baisse du pouvoir d’achat des ménages en raison de l’impact de la crise économique, dont la crise ukrainienne est un facteur contributif majeur. Le manque de services de santé abordables a le plus grand impact au Yémen, au Liban et en Syrie. La capacité de préparation et de réponse du HNS en termes de soutien sanitaire est la plus élevée par rapport aux autres domaines thématiques. La capacité d’absorption est considérée comme la plus élevée au Liban et la plus faible au Yémen, au Maroc et en Tunisie.

Migration et émigration La situation déjà désastreuse dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord qui accueillent des réfugiés et des migrants est menacée et devrait encore se détériorer en raison du manque de financement humanitaire, en particulier au Liban. Le pays a absorbé un grand nombre mais n’a pas été en mesure de répondre à leurs besoins, et 70 % des réfugiés syriens n’ont reçu aucune assistance depuis le début de l’année 2021. La situation des migrants et réfugiés vulnérables dans sept pays (Liban, Iran, Jordanie, Tunisie et Yémen) devrait s’aggraver ou s’aggraver. Beaucoup (Algérie et Égypte). La capacité de préparation et de réponse des Sociétés nationales à un tel scénario est considérée comme modérée dans six pays et élevée dans quatre pays de la région MENA. Il n’y a qu’au Yémen que la capacité de la Société nationale à soutenir les migrants et les réfugiés vulnérables est considérée comme faible.

Il convient également de noter que de nombreux pays arabes comptent un grand nombre d’étudiants en Ukraine, notamment le Maroc, l’Algérie, l’Égypte et la Tunisie, dont beaucoup ont été contraints de fuir l’Ukraine, souffrant de racisme et n’ayant pas accès aux droits et à l’assistance, par rapport à . pour les réfugiés ukrainiens.

déplacement interne Les événements en Ukraine augmentent les risques de conflit et de troubles sociaux dans la région MENA, ce qui peut également entraîner des mouvements de population involontaires. Compte tenu des risques accrus de troubles sociaux et de conflits associés à l’augmentation prévue de l’insécurité alimentaire, une telle évolution en tant que scénario à moyen terme pour de nombreux pays ne peut être exclue. Le risque d’un nouvel exode est le plus élevé en Syrie, où la Turquie a annoncé en mai son intention de lancer une nouvelle campagne militaire dans le nord-ouest.

READ  Andrew Cuomo ordonne la confiscation de 5,1 millions de dollars de bénéfices liés aux livres épidémiques | Nouvelles des affaires et de l'économie

Un autre scénario pourrait chercher à faire pression sur la Turquie par une escalade dans le nord-ouest et menaçant un afflux de réfugiés. Un scénario similaire est possible pour la Libye. Dans cinq des six pays accueillant des déplacés internes de la région, la situation humanitaire des déplacés internes devrait se détériorer au cours des six prochains mois. La capacité de préparation et de réponse des Sociétés nationales à un tel scénario est considérée comme élevée dans six pays, modérée dans quatre et très faible au Maroc.

énergie Conséquence directe du conflit en Ukraine, l’Europe est à la recherche de ressources gazières alternatives pour devenir plus indépendante de ses approvisionnements. Les exportateurs régionaux de pétrole et de gaz tels que le Qatar, l’Arabie saoudite, le Koweït, l’Irak et l’Algérie devraient bénéficier de recettes d’exportation plus élevées à court et à moyen terme. À leur tour, les pays importateurs d’énergie et de pétrole de la région souffrent de résultats négatifs qui entraînent des pressions sociales supplémentaires, et des prix plus élevés augmenteront les risques sociaux et économiques. Cette tendance négative devrait se poursuivre au cours des six prochains mois.

En Syrie et au Yémen, les pénuries de carburant et les pénuries d’électricité affectent déjà gravement la fourniture des services de base. Les tendances complexes de la crise au Liban, y compris la forte augmentation des prix de l’énergie résultant de la crise ukrainienne, ont le potentiel de pousser le pays au-dessus du point de basculement pour redevenir une « crise critique ».

Pays du CCG – En tant que pays exportateurs de pétrole et de gaz, les pays du CCG bénéficieront de la hausse des prix du pétrole et du gaz en raison de la crise ukrainienne. Avec de petites populations, des revenus par habitant élevés et de grandes installations de stockage de céréales, les États arabes du Golfe disposent de tampons plus importants que de nombreux autres pays les protégeant des chocs d’approvisionnement et des augmentations des prix des produits agricoles.

Les Sociétés nationales du CCG jouent un rôle de facilitateur important dans le dialogue avec leurs gouvernements et d’autres partenaires locaux pour influencer leurs décisions en matière de financement du pilier rouge. L’impact du conflit en Ukraine sur la disponibilité des financements internationaux nécessite davantage d’efforts de la part des Sociétés nationales des pays du Conseil de coopération du Golfe pour plaider en faveur du financement des Sociétés nationales dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

En outre, les Sociétés nationales du CCG sont également encouragées à explorer les possibilités de fournir davantage d’assistance aux migrants vulnérables, aux travailleurs invités et aux familles à faible revenu dans leurs pays. La capacité des Sociétés nationales à mobiliser l’aide humanitaire aux communautés vulnérables de la région du Golfe et à plaider en faveur d’un financement accru du gouvernement et du secteur privé pour combler les lacunes prioritaires dans les pays MENA est très élevée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.