Exclusif – Eni et BP en pourparlers sur les actifs pétroliers et gaziers algériens

Écrit par Ron Bosso, Dmitriy Zhdanikov et Stephen Geox

LONDRES/MILAN (Reuters) – BP et Eni sont en pourparlers sur l’avenir de leurs actifs pétroliers et gaziers en Algérie, ont indiqué trois sources, alors que les deux groupes intensifient leurs efforts pour recentrer leurs activités afin de faire face à la baisse des marges, à l’augmentation de la dette et au stress climatique . Les grandes sociétés énergétiques européennes réduisent leurs portefeuilles de pétrole et de gaz pour ne détenir que des actifs susceptibles d’être rentables et réaffectent des capitaux à la transition vers une énergie propre alors que l’incertitude monte sur la demande future de combustibles fossiles.

Plus tôt ce mois-ci, ils ont annoncé qu’ils étaient en pourparlers pour former une coentreprise afin de gérer leurs opérations conjointes en Angola.

Les sources, qui ont requis l’anonymat, ont déclaré que BP et Eni étaient en pourparlers précoces pour que le groupe italien rachète les actifs de BP en Algérie.

L’une des sources a déclaré que les deux parties envisageaient une vente directe ainsi qu’une option pour BP d’acquérir des participations dans les actifs d’Eni dans le monde, peut-être dans le développement pionnier du GNL au Mozambique.

Les sources ont déclaré avoir également discuté de l’idée de créer une joint-venture dans le pays d’Afrique du Nord sur le modèle angolais.

BP et Eni ont refusé de commenter.

L’accord aidera BP à céder ses actifs algériens après avoir échoué depuis 2019 à vendre sa participation de 45,89 % dans le terminal de gaz naturel d’In Amenas. BP détient également une participation de 33 % dans l’usine à gaz d’In Salah.

READ  La nouvelle plateforme de divertissement de Snapchat arrive dans la région MENA

Moins de profit, difficile à vendre

En Algérie, comme en Angola, les groupes internationaux exploitant ou détenant des participations dans des champs pétroliers et gaziers perçoivent des redevances fixes basées sur la production des champs, dans ce que l’on appelle des accords de partage de production (PSA).

Cela le rend moins rentable qu’ailleurs et plus difficile à vendre.

Une source a déclaré que BP avait essayé de vendre, mais cela s’était avéré difficile.

Pour Eni, le plus grand producteur étranger de pétrole et de gaz en Afrique avec des intérêts stratégiques en Libye et en Égypte, l’acquisition des actifs de BP fera de l’Algérie une plaque tournante.

La part nette de la production de BP en Algérie en 2020 était de 141 millions de pieds cubes par jour de gaz et de 6 000 barils de pétrole par jour, selon son rapport annuel.

Eni, qui a des contrats d’importation de gaz à long terme dans le pays, a produit 81 barils équivalent pétrole par jour en 2020, dont 152,5 millions de pieds cubes de gaz.

BP et Eni ont élaboré des plans pour transformer leurs activités au cours des prochaines décennies, en passant du pétrole et du gaz aux marchés et aux entreprises des énergies renouvelables et à faible émission de carbone.

Eni, qui s’est engagé à presque quadrupler sa capacité en énergie verte à 4 gigawatts en 2024, dispose de 5 mégawatts d’énergie solaire en Algérie.

Comme les énergies renouvelables génèrent moins de revenus que le pétrole et le gaz, les grandes entreprises sont confrontées à un dilemme alors qu’elles cherchent à réorganiser et à équilibrer leurs investissements dans de nouvelles activités tout en protégeant les notations, en contrôlant une lourde dette et en maintenant les dividendes. Eni a déclaré que sa production de pétrole commencerait à baisser après 2025, tandis que BP s’est engagé à réduire sa production de 40 % d’ici 2030.

READ  La Russie est prête à produire le vaccin COVID-19 en Algérie, selon l'ambassadeur

Dans le cadre de la stratégie, les sociétés visent à concentrer leurs opérations sur les champs les plus rentables, tels que le golfe du Mexique dans le cas de BP, et le gisement géant de gaz naturel offshore de Zohr pour Eni.

Eni a signé une série d’accords avec BP en Afrique, notamment la vente de participations dans les champs de Nour et Shorouk en Égypte et un important contrat commercial de GNL pour le projet Eni Coral South au Mozambique.

(Reportage de Ron Bosso et Dmitri Zhdanikov à Londres et Stephen Jewkes à Milan ; Montage par Barbara Lewis)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *