Face à face avec l'artiste rwandais Muruwanashyaka Nzabonimana, également connu sous le nom d'Isako, basé en France.

L'artiste rwandais Muruwanashyaka Nzabonimana, plus connu sous le nom d'Isako. [Jael Musumba]

Muruwanashyaka Nzabonimana, plus connu sous le nom d'Isaku, est un artiste rwandais basé en France, a parlé à Gael Musumba de sa récente victoire aux Nshuti Awards du meilleur artiste masculin expatrié, de son prochain album et des raisons pour lesquelles il a décidé de participer au bal de charité The Masked. se déroulant soi-disant en France.

Qui est Isako ?

Je suis un musicien rwandais. Je joue de nombreux styles de musique, notamment l'Afrobeat et l'Afro Dancehall. Mon objectif est de faire connaître la musique africaine au monde.

En 2012, vous avez commencé à chanter dans le groupe IC-KS, qu'est-ce qui vous a poussé à chanter en solo ?

Nous avons réalisé quelques projets musicaux ensemble. J'ai beaucoup appris avec le groupe. Au fil du temps, les membres du groupe deviennent très occupés. A cette époque, j’étudiais encore et mes camarades de groupe travaillaient déjà.

J'étais le seul à avoir du temps à consacrer à la musique. Un jour, des membres m'ont appelé et m'ont dit qu'ils voulaient parler de l'avenir de notre groupe. Lors de la rencontre, ils m'ont dit que comme ils n'avaient plus assez de temps pour la musique, il vaudrait mieux que je poursuive ma carrière musicale par moi-même.

Que poursuiviez-vous à ce moment-là ?

J'étudie la gestion des ressources humaines à l'Université Panthéon-Sorbonne en France.

Quel artiste kenyan écoutez-vous ?

Ayant vécu au Kenya, j'écoute presque tous les artistes et je trouve que les artistes kenyans font un travail incroyable. Chaque fois que Sauti Sol vient en France, ils remplissent des salles connues ici, et quand on voit la foule ! Ce ne sont pas seulement les Kenyans ou les communautés d’Afrique de l’Est, mais aussi les Blancs et d’autres communautés africaines qui viennent les voir sur scène.

READ  Les vacances françaises de Shanaya Kapoor avec des amis consistent à rire, à manger des glaces et à cliquer sur des selfies ; Regardez

Ma playlist regorge de morceaux d'artistes kenyans comme Soti Sol, Willy Paul, Nyashinski, Bahati, Nadia Mukami et Femi One. J'adore leur travail et leur design.

Votre parcours artistique a débuté en 2015, lorsque vous avez collaboré avec l'artiste rwandais Udi Kelly. Comment s'est déroulé votre parcours ?

Après avoir quitté le groupe, j'ai juré de ne pas décevoir mes amis qui m'avaient fait confiance. Audie Kelly était une bonne amie à moi. Il m'a donné beaucoup de conseils. Je lui ai demandé si nous pouvions collaborer sur une chanson et il a accepté. La chanson a fini par démarrer ma carrière.

Vous avez récemment reçu le Nashuti Award du meilleur artiste expatrié. Qu’est-ce qui vous passait par la tête à ce moment-là ?

Je me suis dit que toute l'énergie que j'avais dépensée pendant tant d'années n'avait pas été vaine. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que tout est possible quand on travaille dur et qu'on sait ce qu'on veut.

Nous traversons la pandémie de COVID-19, comment cela a-t-il affecté votre carrière ?

Je n’étais pas habitué à une telle vie et je pense que personne ne l’est. J'ai dû transformer mon énergie en musique. Cela m’a beaucoup aidé de ne pas avoir de pensées négatives. Je me suis dit : pourquoi ne pas créer une chanson dansante, qui ferait bouger davantage les gens pour qu'ils puissent se détendre, se dégourdir les jambes et s'amuser en l'écoutant. Zungusha était le single avec une vidéo magnifique et colorée mettant en vedette des danseurs brésiliens.

READ  Tao Jiujiegan Hart se prépare au premier avant-goût du "massacre" du Tour de France

Avez-vous votre propre marque ou êtes-vous produit par une autre maison de production ?

J'ai lancé ma propre marque, Isacco Production. Où j'ai produit ma première chanson Zunguza, une chanson afropop enregistrée en 2021 avec le guinéen Lil Sako. J'ai également produit les huit chansons de mon premier album On S'amuse.

Parlez-nous de votre deuxième album à venir ?

Il est presque terminé et sa sortie est prévue pour la fin de cette année. Il y aura des collaborations surprises pour mes fans. J'ai plusieurs concerts prévus pour le 6 avril 2024, que je donnerai lors de la Soirée Dansante Mascarade. Je serai également sur scène au Cameroun avec d'autres artistes comme la superstar camerounaise Manny Bella.

Avec quel musicien kenyan envisagez-vous de collaborer ?

Si j'ai l'opportunité de travailler avec Sauti Sol, Nyashinski ou Bahati sur un projet, ce sera un rêve devenu réalité. Je prépare mon deuxième album. Il y aura quelques singles avec des artistes kenyans.

Quels défis avez-vous rencontrés dans le domaine de la musique ?

Faire de la musique, surtout ici dans la diaspora, n’est pas facile. Tout est très cher. Rien qu’en créant un morceau en studio ici, l’argent que vous payez équivaut à terminer un album en Afrique. Mais Dieu merci, la technologie nous a sauvés et nous pouvons désormais travailler à distance avec des studios en Afrique.

Cela permet de réduire les coûts de dépenses. Mais juste au moment où vous pensez avoir résolu le problème, celui-ci vous rattrape à nouveau lorsque vous vous préparez à réaliser votre clip. Ici, les vidéos coûtent cher, il faut payer le réalisateur, les modèles, le décor, et ça représente une dépense énorme.

READ  Federation Entertainment renomme le directeur financier de Federation Studios - Date limite

Si vous engagez un mannequin pour un shooting de deux heures et qu'elle ne photographie rien pendant ces deux heures, le mannequin partira et vous devrez payer même si elle ne fait rien. Lorsqu’il s’agit de promotion auprès de la diaspora, il n’existe pas beaucoup de médias africains qui diffuseront votre musique.

Il est difficile d'obtenir une invitation à se produire, surtout lorsqu'on débute, mais c'est la vraie vie des artistes africains de la diaspora.

Que souhaitez-vous laisser en héritage ?

Mon rêve est que les gens se souviennent de moi comme d’une légende de la musique. Je veux que mes œuvres inspirent la jeune génération et rendent les gens heureux. Mon travail doit motiver les gens à savoir que tout est possible dans la vie et que rien n'est perdu quand on pense être dos au mur.

Parlez-nous de votre prochain programme ?

Le Bal masqué, qui se tiendra le 6 avril 2024 en France dans la commune de Pierrevit, est une soirée caritative organisée par les communautés camerounaises et d'autres communautés de France.

Les bénéfices de l'événement seront reversés aux enfants camerounais luttant contre le VIH/SIDA, aux enfants abandonnés et aux orphelins. En tant que réfugié, je connais la souffrance et le sentiment d'abandon. Alors si je peux faire quelque chose pour les aider, ce serait un grand plaisir pour moi. C'est pourquoi elle a accepté de se produire lors de la soirée Bal Masqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *