France: une interview de Macron sème l’alarme

Notre entretien récemment publié avec le président français Emmanuel Macron a offensé les Algériens sur plusieurs fronts, qu’il s’agisse de montrer son soutien à Abdelmadjid Tebboune, sa vision du mouvement Hirak ou sa référence à la supposée division algérienne entre les campagnes et les zones urbaines.

L’organisation nationale algérienne des vétérans, ONM (Organisation nationale des moudjahidines), a été particulièrement virulente dans ses critiques.

Par l’intermédiaire de son secrétaire général, Muhannad et Omar Ben El-Hajj, cette puissante organisation représentant les intérêts des vétérans de la guerre d’indépendance de l’Algérie a qualifié de «incorrect» les propos de Macron sur l’initiative de commémoration de l’époque coloniale. “Nous ne pouvons pas réconcilier notre mémoire du passé avec celle de la France”, a déclaré Ben El Hajj.

Pas d’excuses

Aborder la question de l’histoire collective, de la mémoire et du passé colonial, Macron a déclaré que la France ne pouvait pas s’excuserCertains responsables algériens continuent de revendiquer les erreurs commises en Algérie sous la domination coloniale française.

Lire la suite Président Macron: “Entre la France et l’Afrique, ça devrait être une histoire d’amour”

Le président français a déclaré: “La France, unilatéralement et sans provoquer de réaction ces dernières décennies, a pris de nombreuses initiatives sur cette question”. «Il ne s’agit pas d’excuses […] Ce que nous devons faire, c’est entreprendre une action historique Et nous réparons nos souvenirs du passé. Nous devons affronter l’histoire de front. “

Si l’Algérie et la France se sont entendues pour nommer un historien pour travailler sur ce projet de mémoire collective, la question reste une source de frictions et de tensions entre les deux pays. Mais ce qui a suscité la colère des gens – plus que toute remarque sur le passé – c’est l’affirmation du président français de son soutien au président algérien Abdelmadjid Tebboune et sa vision du mouvement Hirak et du processus de transition.

Courage Tebboune

Macron a félicité son homologue algérien pour le “courage” et a déclaré qu’il ferait tout ce qu’il pourrait pour aider le leader pendant la période de transition, un an après son élection controversée. Ces déclarations ont été considérées comme une ingérence directe dans les affaires algériennes, En tant que tel, c’est une violation du principe de souveraineté et d’indépendance, sujet sensible s’il y a un sujet de ce côté de la Méditerranée. C’était comme si Paris se permettait d’adopter une attitude paternaliste envers le président algérien.

READ  Souhaitez-vous l'empêcher de rester à l'hôpital pendant un mois?

De plus, certains Algériens se méfient encore de l’occupant actuel du palais El Mouradia. Les élections, qui remontent au 12 décembre 2019, qui ont poussé Tebboune à la présidence, ont été largement boycottées par les électeurs, et une grande partie d’entre eux réclame toujours la fin du système existant et un véritable changement démocratique.

Lire la suite Algérie: ceux qui font partie du cercle restreint grandissant du président Tebboune

Le récent référendum sur la nouvelle constitution proposée par le chef de l’Etat algérien illustre le genre de déficit de sentiments et de confiance qui l’afflige depuis son élection. Il a décrit la réforme constitutionnelle comme la pierre angulaire d’une «nouvelle Algérie» et la réponse du gouvernement aux demandes du Hirak, mais elle n’a pas répondu aux attentes en matière de participation électorale. Environ 77% des électeurs ont sauté le référendum.

La “transmission” ne se passe pas bien

Ensuite, il y a le fait que le L’usage par le président français du mot «transition» Je prends mal les Algériens parce que cela arrive à un moment chaotique incertain de la vie politique du pays. Le président algérien est toujours infecté par le nouveau coronavirus à l’hôpital en Allemagne, où il a été admis le 28 octobre.

Alors que les responsables confirment que sa santé s’amélioreSon absence prolongée et le mystère entourant sa maladie ont suscité des doutes, des doutes et des inquiétudes quant à sa capacité à exercer ses fonctions une fois de retour à Alger.

En savoir plus qui dirige l’Algérie pendant que Tebboune se remet de Covid?

D’autres positions exprimées par les responsables français dans le passé – celles qui semblaient assez anodines à première vue – ont suscité la controverse. Prenons par exemple le commentaire de François Hollande, après avoir rencontré l’ancien président Abdelaziz Bouteflika en juin 2015, sur la «vitalité» du chef de l’État de l’époque, à un moment où il souffrait gravement des effets d’un accident vasculaire cérébral en 2013.

READ  Comment regarder le flux en direct de la série Gateshead Diamond League

Là encore, les propos de l’ancien président français revenaient à Ingérence dans les affaires intérieures algériennes Soulignant le soutien du président, qui à l’époque était considéré comme handicapé en raison de ses problèmes de santé et inapte à diriger le pays. La préoccupation de Bouteflika de briguer un cinquième mandat en février 2019 a donné naissance au mouvement populaire qui a conduit à son éviction deux mois plus tard.

Les déclarations de Macron sur cette révolution, Ce qui a arrêté la pandémie de COVID-19, est apparu comme un paradoxe pour les Algériens. «On ne peut pas changer un pays, des institutions et des structures de pouvoir en quelques mois», a-t-il déclaré à Jeune Afrique. Il y a eu un mouvement révolutionnaire, qui a continué jusqu’à ce jour, bien qu’il prenne une forme différente maintenant. Il existe également une volonté de stabilité, en particulier dans les régions rurales de l’Algérie. Aucun effort ne doit être épargné pour réussir cette transition. “

En savoir plus sur Coronavirus en Algérie: le dernier avertissement d’un pays

En termes légèrement amortis, le président français l’a recommandé Les Algériens sont patients pour assurer une transition en douceur De l’ancien régime à une nouvelle forme de gouvernement, une forme que les Algériens n’ont cessé d’exiger depuis le début du mouvement populaire de contestation en février 2019.

En plus d’être considérée comme paternaliste, la position de Macron distingue ceux qui cherchent à répondre à toutes les demandes du Hirak et ceux qui choisissent de jeter une serviette en acceptant la légitimité du président Tebboune.

READ  Découvrez Sofia Boutella et Brooklyn Prince dans le thriller de science-fiction "Settlements"

Attirer les vues de l’ensemble de Daoud

Les commentaires de Macron étaient basés sur la perception du journaliste et écrivain Kamel Daoud Division urbaine et rurale en Algérie. Dans l’une de ses colonnes du magazine French Weekly le pointDaoud a exprimé son opinion que les Algériens vivant dans des régions périphériques, loin d’Alger et de la vie des grandes villes, ont voté pour Tebboune en décembre 2019. De plus, il fait valoir que ces électeurs, qui aspirent à la stabilité, se sont distancés du mouvement de contestation.

Pour en savoir plus, le romancier et activiste Kamal Daoud déclare: “Bouteflika doit être jugé”.

Dans sa chronique, qui a fait sensation sur les réseaux sociaux, Daoud a expliqué que le mouvement Hirak d’origine, qui avait précipité la fin de Bouteflika et de son gang («son gang»), avait pris fin et les dirigeants avaient été expulsés car il ne s’agissait pas d’une plateforme politique. . L’écrivain clarifie son argumentation avec référence Les manifestations de rue n’ont pas empêché la récente élection présidentielle de se poursuivre. Le choix de Macron de l’argumentation de David sur l’existence de deux groupes de citoyens, dans les zones urbaines et ceux dans les zones rurales du pays, ne l’aide pas à gagner un segment particulier de la population.

Certes, les déclarations du président français aux médias doivent être prises en compte, car elles n’ont pas une importance particulière et ne conduiront pas à une nouvelle crise entre l’Algérie et Paris.

Lire la suite, le différend entre Alger et Paris prend fin

Néanmoins, la situation montre à quel point le moindre commentaire de la bouche d’un président français peut déclencher des vagues de l’autre côté de la Méditerranée. Un président français ne peut pas dire ce qu’il veut de l’Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *