Theodore Mock et le pianiste Michael Behmann | divertissement

Stonington – Le violoncelliste Theodore Mock et le pianiste Michael Behmann se rendront à Stonington samedi pour présenter un programme de sonates françaises pour violoncelle – comprenant des œuvres de Debussy, Onslow et Poulenc – dans le cadre de la série Music Matters au Centre La Grua.

Le programme comprend « Cello Sonata in C, Op. 16, No. 2 (1820) » de George Onslow ; « Sonate pour violoncelle et piano » de Francis Poulenc et « Sonate pour violoncelle et piano » de Claude Debussy.

Mock, qui vit à Wood River Junction, a joué avec le Rhode Island Orchestra et le Providence Baroque Orchestra, et a enseigné à l’Université de Rhode Island, au College of Rhode Island, à l’Université du Massachusetts à Lowell et à la Rhode Island Philharmonic School. de musique. Interprète polyvalent et à l’aise dans les styles avant-gardistes, classiques, historiques et commerciaux, il est un promoteur particulièrement actif de la nouvelle musique depuis 1980.

Behman, qui vit à Hopkinton, est directeur musical associé à l’église Trinity de Newport, est un membre fondateur de Old Post Road Musicians et s’est produit dans des festivals du monde entier. Il s’est produit entre autres au Chicago Symphony, Bay Chamber and Museum Concerts à Rhode Island, et a fait une tournée avec le Baroque Musica Aeterna Orchestra de Bratislava.

Le concert présentera « trois merveilleuses sonates françaises pour violoncelle » de « trois compositeurs [who] Ils étaient de merveilleux pianistes et ont travaillé avec certains des meilleurs instrumentistes à cordes de leur époque », a déclaré Christopher Greenleaf, conseiller technique et rédacteur en chef de Music Matters, dans un communiqué.

READ  Momin exprime l'intérêt de Dhaka pour l'achat de GNL à l'Algérie

« Leurs écritures erratiques pour les deux instruments mettent en évidence le lyrisme, l’angle gaulois poli et le dialogue cristallisé et ciselé », a déclaré Greenleaf.

George Onslow (1784-1853) a écrit trois sonates pour violoncelle d’une imagination fantastique, a expliqué Greenleaf, « les premières en France de l’âge romantique, dont les textures diaphanes et les lignes sinueuses évoquent Beethoven ».

Il a ajouté: « Les sonates de Debussy et de Poulenc sont compactes, souvent d’un laconisme étonnamment. » Alors qu’ils planent dans les cieux pour épargner des hauteurs d’expression touchantes, chaque action transmet toutes les ressources aux joueurs.

Greenleaf a ajouté : « La musique française est un puissant antidote au cœur de l’hiver. Rejoignez-nous pour la chaleur ! »

Cette célébration de la musique de chambre française, dit-il, dure un peu plus d’une heure et se déroule sans interruption.

– Nancy Burns-Fuzaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *