Frappes aériennes de l’armée du Myanmar sur le concert du groupe ethnique rebelle « Kill 60 » | Nouvelles

Un groupe rebelle a déclaré que des civils figuraient parmi les personnes tuées lors d’une attaque aérienne lors d’un événement marquant la fondation de l’Organisation pour l’indépendance kachin.

Les rebelles ont déclaré que les frappes aériennes de l’armée birmane lors d’un événement festif organisé par un important groupe ethnique rebelle ont tué des dizaines de personnes, dont des civils.

Le colonel Naw Bo a déclaré lundi à l’AFP que « deux avions militaires birmans ont attaqué » la cérémonie organisée par l’Armée de l’indépendance kachin dans l’Etat de Kachin vers 20h40 (14h40 GMT) dimanche.

« Environ 50 personnes ont été tuées, dont des membres de la General Investment Authority et des civils », a-t-il dit, ajoutant qu’environ 70 ont été blessés.

Un porte-parole de la KIA, s’adressant à l’Associated Press par téléphone, a fait le bilan de plus de 60 morts et d’une centaine de blessés lors de l’attaque du premier jour des trois jours de célébration de la fondation de l’Organisation pour l’indépendance de Kachin, qui comprenait un concert.

L’événement a eu lieu dans une base également utilisée pour l’entraînement militaire par la KIA, la branche militaire du groupe.

Le porte-parole a cité des membres de son groupe qui étaient là disant que des avions militaires ont largué quatre bombes sur la célébration. Le porte-parole, qui a demandé à ne pas être identifié car il craignait des représailles de la part des autorités, a déclaré qu’entre 300 et 500 personnes étaient présentes, et parmi les morts se trouvait un chanteur et claviériste kachin.

Il a dit que les morts comprenaient des officiers et des soldats kachins, des musiciens, des mineurs de jade et d’autres civils. Il a ajouté que parmi eux se trouvaient au moins 10 hauts responsables militaires et commerciaux de Kachin assis devant le podium et des chefs travaillant dans les coulisses.

READ  Le président du Sénat brésilien tue le décret de Bolsonaro critiqué par les entreprises technologiques

Les détails de l’incident n’ont pas pu être confirmés de manière indépendante, mais les médias favorables au peuple Kachin ont publié des vidéos montrant ce qui aurait été les conséquences de l’attaque, avec des structures en bois déchirées et aplaties.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part des médias militaires ou d’État du Myanmar dirigé par l’armée, qui a été déchiré pendant des décennies par des insurrections de minorités ethniques en quête d’autonomie.

Le bureau des Nations Unies au Myanmar a déclaré dans un communiqué qu’il était « profondément préoccupé et attristé » par les informations faisant état des frappes aériennes.

« Ce qui semble être un usage excessif et disproportionné de la force par les forces de sécurité contre des civils non armés est inacceptable et les responsables doivent en être tenus responsables », a-t-elle déclaré.

Hannah Young, directrice régionale adjointe d’Amnesty International, s’est dite préoccupée par le fait que les frappes aériennes faisaient « partie d’un ensemble d’attaques aériennes illégales de l’armée, qui ont tué et blessé des civils dans des zones contrôlées par des groupes armés ».

Young a ajouté : « L’armée a montré un mépris farouche pour la vie des civils dans sa campagne croissante contre les opposants. Il est difficile de croire que l’armée n’était pas au courant d’une importante présence civile sur le site de cette attaque. L’armée doit immédiatement accorder l’accès aux médecins et à l’aide humanitaire aux personnes touchées par ces frappes aériennes et aux autres civils dans le besoin.

Le Myanmar est en proie à des troubles politiques depuis le coup d’État militaire de février 2021, qui s’est soldé par des manifestations pacifiques dans tout le pays. Après que l’armée et la police ont tué des manifestants opposés au régime militaire, des civils à travers le pays ont formé des unités armées dans le cadre de la Force de défense populaire pour combattre le régime militaire.

READ  Inondations à Séoul: des pluies record tuent au moins 9 personnes dans la capitale sud-coréenne alors que des bâtiments sont inondés et des voitures inondées

Selon l’organisation de défense des droits humains Aid Political Prisoners, qui documente les meurtres et les violations des droits humains au Myanmar, au moins 2 370 personnes ont été tuées et plus de 15 900 arrêtées depuis le coup d’État.

La KIA se bat régulièrement avec l’armée depuis des décennies, et des combats acharnés ont également éclaté à la suite de la prise de pouvoir de l’armée l’année dernière.

Le gouvernement d’unité nationale en exil du Myanmar, formé par des politiciens démocratiquement élus démis de leurs fonctions lors du coup d’État, a condamné l’attaque signalée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.