Google poursuit la France pour 591 millions de dollars “disproportionnés” de lois sur le droit d’auteur

PARIS, 1er septembre (Reuters) – Google (GOOGL.O) a annoncé mercredi qu’il ferait appel d’une amende de 500 500 millions (591 millions de dollars) imposée par l’organisme de surveillance de la France en juillet pour un différend avec les médias locaux concernant le paiement de contenus d’information.

L’amende a été infligée au milieu de la pression internationale pour partager les revenus des médias en utilisant des messages médiatiques sur des sites en ligne tels que Facebook et Facebook (FB.O), qui fait partie d’Alphabet Inc.

“Nous ne sommes pas d’accord avec de nombreux éléments juridiques et nous espérons que nos efforts pour parvenir à un accord et respecter la nouvelle loi seront pénalisés”, a déclaré le président de Google France, Sebastian Misoff.

“Nous continuons à travailler dur pour résoudre cette affaire et passer des contrats. Cela comprend l’extension des offres à 1 200 éditeurs, la clarification des aspects de nos contrats et le partage de plus de données comme demandé par la Commission française de la concurrence.”

Le trust français a imposé une interdiction à Google pour ne pas se conformer à ses directives sur la manière de négocier avec les éditeurs.

Google a indiqué mercredi que l’appel de Google, qui sera tranché par la cour d’appel de Paris, ne retiendra pas l’amende restant à payer par l’entreprise technologique américaine. Il n’est pas possible de dire combien de temps prendra le processus d’appel.

Se concentrant sur la question de savoir si Google avait violé les ordonnances provisoires émises par les autorités, il a déclaré que de telles discussions devraient être entendues par tous les éditeurs de nouvelles dans les trois mois. Lire la suite

READ  L'épidémie n'est pas sous contrôle à Nice, en France, alors que de nouvelles écluses sont abaissées

À la fin du 13 juillet, le chien de garde a déclaré que l’équipe technique américaine devrait proposer des idées sur la manière de rémunérer les agences de presse et les autres éditeurs pour l’utilisation de leur contenu au cours des deux prochains mois. Le non-respect de cette obligation entraînera des amendes supplémentaires pouvant aller jusqu’à 900 000 euros par jour.

(1 $ = 0,8465 euros)

Reportage de Sarah White et Ingrid Melender, édité par Louis Heavens et Pravin Char

Nos normes : Politiques de la Fondation Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *