Hirak élève la voix contre la répression des militants par le régime algérien

La critique monte contre le régime algérien et ses efforts pour endiguer les soi-disant manifestations pacifiques au Hirak, exigeant une rupture nette avec le régime militaire sous-développé du pays, qui repose sur les revenus pétroliers, la transformation démocratique, l’indépendance judiciaire et la construction. De vraies entreprises légitimes.

Ce n’était pas du goût de l’armée du Hirak, qui a pris de l’ampleur en avril après le lock-out imposé par l’épidémie Govt-19, qui montrait des signes d’intolérance à la dissidence et menaçait d’arrêter les troupes contre les civils. Le gouvernement, face au non-gouvernement des commandants militaires, a mis en garde contre la dispersion et l’arrestation de manifestants, ce qui s’est produit ces derniers jours.

Dans le cadre de cela, de violents affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont eu lieu jeudi dans la ville de Nasiriyah (45 km à l’est d’Alger) près de Poumertes, et ce vendredi 28 mai, Alger a été complètement enfermée par une organisation répressive de sécurité à grande échelle. . Les ordres étaient clairs: arrêtez toute personne ayant un contact direct ou indirect avec Hirak. Certains journalistes encore indépendants en Algérie se sont vu interdire l’accès au centre-ville d’Alger car le régime cherche à empêcher la fuite d’images, de vidéos ou de témoignages provoquant les forces de sécurité.

Cependant, malgré ces ordres sévères, la répression sévère des participants au HIRC et des militants des droits de l’homme a été condamnée même par des organisations bénévoles et des avocats algériens.

À cet égard, Human Rights Watch, basé à Paris, a condamné les «restrictions» de Repost International aux libertés individuelles et collectives, ainsi que le droit à des manifestations pacifiques en public en Algérie, et a appelé le régime à «s’étendre». «Répression» et «intimidation».

READ  Le Nigéria, frappé par les bas prix du pétrole, choisit d'emprunter; L'Algérie affame son peuple

Dans un communiqué de presse publié le jeudi 27 mai, l’ONG a condamné la répression à grande échelle et a réaffirmé sa solidarité “pleine” et “totale” avec tous les citoyens, militants politiques, syndicalistes et journalistes.

Repost International a condamné le régime pour avoir alloué d’importantes sommes d’argent pour les élections du 12 juin à un moment où le pays est confronté à une grave crise économique.

L’ONG affirme que les énormes ressources financières allouées au programme électoral du 12 juin contribueront à amener le régime à un statut juridique Facebook.

Pendant ce temps, à l’approche des élections à l’Assemblée du 12 juin en Algérie, plusieurs avocats de la défense des prisonniers d’opinion ont condamné les «violations» des droits de l’homme.

“Le régime contre le Hirak a intensifié sa politique répressive. Nous devons tous condamner ces pratiques qui ont un glissement dangereux”, ont déclaré plusieurs avocats lors d’une conférence de presse, ajoutant que le Hirak était “coupable” et “impliqué dans la confiscation des droits fondamentaux des citoyens. “.

Dans la foulée, le procureur Abdegani Padi a condamné la détention de centaines d’objecteurs de conscience dans les prisons algériennes pour avoir participé au Hirak.

Un autre avocat, Mustafa Pachacci, a nié que la situation des droits humains continue de se détériorer, affirmant que l’heure était “sérieuse” et que l’opinion publique, la classe politique, les syndicats, les médias et les syndicats devraient être informés des mesures et procédures. mobiliser l’ensemble de l’appareil de défense contre les citoyens. “

Il a dénoncé “le pouvoir judiciaire et l’appareil de sécurité comme étant au service d’un régime dictatorial” et a noté que “le régime seul est responsable de cette situation”.

READ  Prévisions Algérie vs Mali, aperçu, actualités du groupe et plus

La répression des manifestations du Hirak s’est accompagnée d’un black-out des médias avant les élections à l’assemblée du 12 juin, qui sont rejetées par une majorité d’Algériens.

À la demande du puissant général du pays, Syed Sangriha, les forces de sécurité continuent de cibler les opposants politiques, les militants, les journalistes et les internautes cherchant à boycotter le scrutin controversé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *