Il est temps pour CleanBC de se pencher sur les technologies propres et la résilience climatique

La Colombie-Britannique est en passe de mettre en œuvre l’un des plans climatiques les plus solides d’Amérique du Nord. Bien qu'un certain nombre de politiques clés continuent d'être élaborées – notamment des plafonds sur les émissions de pétrole et de gaz, des plafonds sur les émissions des installations de gaz naturel et des mesures visant à réduire les kilomètres parcourus par les véhicules de 25 pour cent – ​​de nombreuses politiques de CleanBC sont désormais bien avancées. Le plan fonctionne : la Colombie-Britannique a connu une baisse mesurable des émissions après un pic en 2018 – et malgré une population et une économie en croissance.

Pendant ce temps, la Colombie-Britannique a connu l'une des meilleures croissances du PIB par habitant au pays au cours de la dernière décennie, aux côtés du Québec, l'autre leader canadien en matière de climat. La province abrite sept entreprises parmi les 100 entreprises de technologies propres les plus prometteuses au monde, et des modèles de Clean Energy Canada et de Navius ​​​​Research montrent que le secteur de l'énergie propre de la Colombie-Britannique pourrait croître de 6 % par an jusqu'en 2050, si nos dirigeants politiques saisissaient l'occasion.

Au niveau des ménages, les résidents sont également favorables à l’abandon des combustibles fossiles au profit d’un avenir moins cher et plus propre. La province a le plus grand nombre de véhicules électriques au Canada, et les installations de pompes à chaleur sont passées de 619 en 2019 à plus de 6 000 en 2023.

Ce qui soulève la question suivante : que devrait faire le prochain gouvernement à partir de là ?

READ  Lutter contre la pseudoscience au milieu de la pandémie de COVID-19

L'accent mis par CleanBC sur la réduction des émissions doit évoluer pour maintenir le soutien des Britanno-Colombiens et des entreprises. Nous pensons que la prochaine phase de CleanBC – ou quel que soit son nom – devrait aborder trois domaines hautement prioritaires : s'appuyer sur les efforts visant à introduire des technologies propres permettant d'économiser de l'argent dans les foyers, soutenir la croissance des industries propres et aider les Britanno-Colombiens et la province de la Colombie-Britannique. mieux. Les industries s’adaptent aux impacts climatiques.

Même si l'inflation a diminué par rapport à ses sommets du début de l'année, il ne fait aucun doute que les problèmes d'abordabilité font qu'il est difficile pour les familles britanno-colombiennes de joindre les deux bouts. Relever ce défi doit être une priorité majeure pour tout gouvernement. Les thermopompes, les véhicules électriques, les améliorations éconergétiques et même les petites installations comme les thermostats intelligents peuvent faire économiser de l’argent aux Britanno-Colombiens, tout en réduisant les émissions. Fixer des objectifs ambitieux pour leur déploiement et contribuer directement à réduire les coûts initiaux de ces technologies devrait figurer en bonne place sur la liste des priorités de la politique climatique.

Le gouvernement doit intensifier ses efforts pour attirer et bâtir des industries propres qui offrent des opportunités économiques dans toute la province. Le rythme de la transition énergétique mondiale s’accélère et nos concurrents et partenaires commerciaux s’efforcent d’obtenir des investissements importants et de donner une nouvelle vie aux secteurs plus anciens ayant accès à une énergie propre.

La Colombie-Britannique abrite depuis longtemps des startups prometteuses, mais jusqu'à récemment — avec l'annonce d'une usine de fabrication de batteries d'un milliard de dollars à Maple Ridge — la province n'a pas reçu le même montant d'investissement que celui que nous avons vu dans des endroits comme l'Ontario et le Québec. . la différence? Concentrez-vous sur des secteurs spécifiques offrant des opportunités significatives, puis alignez les politiques et les incitations pour conclure ces accords. Nous avons besoin du même type de stratégie industrielle ciblée en Colombie-Britannique, une stratégie qui exploite notre électricité propre pour développer des secteurs comme les minéraux essentiels et les batteries et garantir des investissements dans de nouvelles installations de fabrication.

READ  Libyan Haftar et l'envoyé de l'ONU discutent des moyens d'accélérer le processus de paix

Enfin, la Colombie-Britannique doit intensifier ses efforts pour aborder et rendre compte des véritables coûts du changement climatique dans la province. Au cours des deux dernières années seulement, les inondations et les incendies de forêt ont fait des ravages, causé des milliards de dégâts et contraint les gens à quitter leurs maisons. N'oublions pas que plus de 600 personnes sont mortes dans le dôme thermique de 2021, un événement qui, selon les scientifiques, aurait été presque impossible sans le changement climatique d'origine humaine.

Le gouvernement actuel a fait un excellent travail pour répondre à ces crises au fur et à mesure qu’elles surviennent, en prenant des mesures crédibles pour contribuer à renforcer la résilience, mais cela doit constituer une partie plus importante de son message. Les coûts de l’inaction sont énormes, et ce truisme devrait être au centre de tous les débats et analyses sur la politique climatique.

Après tout, l’action climatique consiste autant à protéger notre mode de vie qu’à bâtir une économie plus durable. Rien ne devrait être moins partisan que de protéger nos voisins, les entreprises locales et les passe-temps que nous aimons.

Mark Zacharias est PDG et Evan Pivnik est gestionnaire du programme d'énergie propre à Clean Energy Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *