Il y a lieu pour le Nigeria et l’Afrique du Sud de coopérer dans les activités spatiales

le Commission binationale pour le Nigéria et l’Afrique du Sud C’est une idée louable. Il a été créé en 1999 pour renforcer les relations entre le Nigéria et l’Afrique du Sud dans les domaines du commerce, de l’économie, de la politique et de la gouvernance.

Mais il lui manque un ingrédient. Il s’agit de la coopération dans les activités spatiales. La coopération spatiale entre les deux pays renforcerait les efforts du Programme spatial africain.

Le programme spatial est l’un des domaines prioritaires de Agenda 2063Cadre de l’Union africaine pour l’intégration régionale et le développement social et économique.

Les chefs d’État et de gouvernement africains ont adopté Politique et stratégie spatiales africaines En 2016. La politique guide la mise en œuvre du programme spatial africain. Il y a aussi Agence spatiale africaine qui a été créé en 2018 pour coordonner les activités spatiales sur le continent.

Mais la réussite de la mise en œuvre du programme spatial de l’Union africaine dépend de la coopération entre le Nigeria et l’Afrique du Sud. Ce sont les deux plus grands pays de la région en termes d’économie, de science et d’espace.

La coopération spatiale entre le Nigeria et l’Afrique du Sud n’est pas seulement bénéfique en soi. Il peut être utilisé pour atteindre d’autres objectifs, notamment la création d’opportunités d’emploi pour les Nigérians et les Sud-Africains grâce à des recherches conjointes.

Quatre domaines thématiques peuvent soutenir leur coopération. Il s’agit de l’observation de la Terre, des communications par satellite, de la navigation et du positionnement, ainsi que des sciences spatiales et de l’astronomie.

Domaines de coopération possibles

Observation de la Terre : Cela implique de prendre des photos de la surface de la Terre à partir d’une plate-forme surélevée. Ils sont ensuite analysés, interprétés et utilisés pour la politique et la prise de décision.

READ  Le PDG d'Amazon, Dave Clark, démissionne | Actualités économiques et commerciales

Parmi les plates-formes utilisées pour capturer ces images figurent des ballons, des avions, des plates-formes à haute altitude (HAP) et des satellites. Parmi ceux-ci, seuls les satellites sont les plus stables.

Le Nigeria dispose de trois satellites d’observation de la Terre – NigériaSat-1Et le NigériaSat-2 Et le Nigéria SAT X.

Ces satellites en orbite antarctique seront plus utiles à l’Afrique du Sud car ils sont plus proches du pôle Sud. De plus, l’Afrique du Sud a la capacité de traiter, d’analyser et d’interpréter les données.

La coopération spatiale entre les deux pays permettrait à l’Afrique du Sud d’accéder aux images de ces satellites nigérians. Le Nigeria, à son tour, aura accès aux connaissances techniques de l’Afrique du Sud.

Le Nigéria et l’Afrique du Sud font partie des quatre pays signataires Constellation africaine de la gestion des ressources. Les signataires font don d’un satellite à la constellation, leur permettant d’accéder aux données d’autres satellites. Sur les quatre sites (l’Algérie et le Kenya étant les deux autres), seuls le Nigeria et l’Afrique du Sud ont fourni des satellites, même si les satellites ont dépassé leur durée de vie utile. La coopération spatiale entre le Nigeria et l’Afrique du Sud pourrait être une étape vers la relance de l’initiative.

Chaque pays bénéficiera également des réseaux de l’autre. Mais cela nécessite que le Nigeria et l’Afrique du Sud aient un accord de travail pour l’accès et le partage des données. Le Nigéria fait partie Constellation de surveillance des catastrophes (DMC), ainsi que l’Algérie, la Turquie et le Royaume-Uni. L’Afrique du Sud fait partie Groupe BRICS de satellites de télédétection.

Connexions satellites : Ceci est utilisé pour les communications longue distance et pour connecter les régions éloignées du pays. Les services de communication par satellite au Nigéria et en Afrique du Sud sont principalement exploités par des sociétés étrangères.

READ  Poursuite de l'intégration économique de l'Algérie : adhésion à l'Organisation de Shanghai pour promouvoir des relations plus solides

En 2011, le Nigeria a acheté un satellite de communication à la Chine, Nigcomsat-1R. L’objectif était de réduire les coûts de communication et d’accroître la connectivité rurale.

L’Afrique du Sud construit son premier satellite de communication, mais il se fait tard La finance.

L’Afrique du Sud peut licencier Nigcomsat Ltd. Pour opérer ce qui peut réduire le coût des services de télécommunications en Afrique du Sud.

Navigation et positionnement : Système mondial de navigation par satellite Il est utilisé dans un certain nombre d’applications, y compris l’agriculture de précision, le chronométrage précis et l’arpentage.

La Chine et l’Union européenne font pression pour l’utilisation des services de navigation par satellite à travers l’Afrique. L’Union européenne a prolongé les travaux système de surpression spatiale En Afrique. La Chine appelle à l’utilisation de Système Baidu .

L’interopérabilité et la compatibilité des systèmes mondiaux de navigation par satellite n’ont pas été résolues. Cela expose le continent africain au risque d’erreurs, d’incohérences ou de perte complète des services de navigation par satellite.

Ainsi, il est urgent que les pays africains coopèrent, coordonnent et harmonisent les services satellitaires. L’Afrique du Sud et le Nigeria pourraient prendre les devants.

Sciences spatiales et astronomie : L’astronomie est l’étude des choses et des processus qui se produisent en dehors de l’atmosphère terrestre.

L’Afrique du Sud possède de nombreuses installations astronomiques. Ceux-ci inclus Observatoire de radioastronomie Hartebeesthoek; grand télescope sud-africain; Observatoire sud-africain de radioastronomie; Observatoire astronomique sud-africain; Et le Sciences spatiales SANSA (Auparavant appelé Hermanus Magnetic Observatory.)

Les télescopes optiques de l’Observatoire astronomique sud-africain de la station Sutherland ont été modernisés. Il peut désormais être joué à distance depuis n’importe où dans le monde via Internet. Ainsi, les astronomes nigérians peuvent utiliser les télescopes sud-africains à partir de leurs ordinateurs de bureau.

READ  Le Kenya conserve un siège lucratif à l'Union internationale des télécommunications

Il leur suffit de négocier les créneaux d’observation avec l’Observatoire astronomique sud-africain.

On s’intéresse de plus en plus à la façon dont le Soleil affecte la Terre et son environnement, ce que l’on appelle la météo spatiale. Ce phénomène peut perturber l’alimentation électrique et les signaux de navigation par satellite.

Par conséquent, il est mutuellement avantageux pour le Nigeria et l’Afrique du Sud de coopérer dans le domaine de la météo spatiale et de la recherche atmosphérique. Cela leur permettra de mieux comprendre le phénomène météorologique solaire, de prévoir son apparition et de s’y préparer.

Recommandations

Pour faciliter la coopération spatiale, le Nigeria et l’Afrique du Sud peuvent prendre des mesures immédiates.

Il s’agit notamment de la création du Forum spatial nigérian et sud-africain. Cela servira de plate-forme d’interaction et d’échange entre les professionnels des deux pays. Un exemple est Forum spatial américain japonais.

Le forum peut conseiller les gouvernements sur des positions communes, y compris des questions politiques telles que la durabilité à long terme de l’espace extra-atmosphérique et la gestion du spectre.

L’accord de coopération entre l’Agence nationale de recherche et de développement spatial du Nigéria et l’Agence spatiale nationale sud-africaine devrait être renforcé.

Le Nigeria et l’Afrique du Sud peuvent nommer des experts spatiaux comme attachés scientifiques dans leurs ambassades respectives. Cela assurerait des échanges rapides et le soutien nécessaire aux professionnels de passage.

Le Nigéria et l’Afrique du Sud doivent élaborer une stratégie globale pour les connaissances spatiales et le développement de la main-d’œuvre connexe. Cela comprend un examen des programmes d’études ainsi que des programmes de formation pour les institutions dédiées à l’éducation spatiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *