Inauguration du premier projet FSRU public en Turquie

Hatay

Inauguration du premier projet FSRU public en Turquie

Avec 110 millions de mètres cubes de stockage et 28 millions de mètres cubes de capacité de gazéification, le premier navire de stockage flottant de gaz naturel liquéfié (GNL) de Turquie (FSRU) ajoutera une résilience significative à la sécurité de la chaîne d’approvisionnement énergétique de la Turquie, selon Energy and Natural. Le ministre des Ressources Fatih Donmez.

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture d’Ertuğrul Gazi dans la province méridionale de Hatay le 25 juin, Dönmez a déclaré que le navire avait la capacité de gazéification la plus élevée parmi les FSRU existantes au monde.

Donmes a noté qu’avec une intégration rapide dans le système de réseau et sa capacité à se mobiliser rapidement, le navire peut être rapidement envoyé dans des zones qui en ont besoin pour exploiter des points de ressources dans des zones à forte consommation.

Il a confirmé qu’il procédera au premier transfert de GNL de navire à navire le 29 juin.

Le navire contribuera à garantir que le record de la Turquie en matière d’approvisionnement énergétique ininterrompu se poursuive. Il sera en mesure de couvrir 8,2 % de la capacité quotidienne de gaz naturel fournie au réseau.

Le premier FSRU de Turquie a été lancé dans la province égéenne du district d’Aliağa à Izmir en décembre 2016, à un moment où le pays avait besoin d’une capacité de gaz supplémentaire pour répondre à la consommation croissante due aux conditions météorologiques glaciales.

Ertuğrul Gazi FSRU appartient à la société publique turque de pipeline de pétrole brut et de gaz naturel, BOTAŞ.

READ  Algérie: Président Tebboune - La transition vers une économie de richesse nécessite une rupture avec les anciennes habitudes

Il se connectera aux services publics de Hatay et répondra à la demande annuelle d’énergie des ménages dans les provinces de Hatay et d’Osmaniye.

La Turquie importe environ 45 milliards de mètres cubes de matériaux naturels par an et verse près de 12 milliards de dollars aux exportateurs de pipelines Russie, Azerbaïdjan et Iran, ainsi qu’aux fournisseurs de GNL, dont le Qatar, le Nigeria, l’Algérie et les États-Unis.

Près d’un tiers des besoins en gaz du pays sont couverts par des approvisionnements en GNL.

De nouvelles découvertes dans la mer Noire devraient fournir jusqu’à 30% du gaz requis par l’économie turque de 730 milliards de dollars une fois le plateau de production atteint, qui est visé pour 2025.

Les découvertes devraient également permettre à la Turquie d’importer du gaz moins cher et de réduire la facture énergétique annuelle moyenne d’environ 44 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *