Jacob Zuma : l’ex-président sud-africain se rend à la police

Cette décision a mis fin à des jours de spéculations intenses sur la question de savoir si la police et l’ancien président se conformeraient à la cour constitutionnelle du pays pour arrêter et emprisonner Zuma.

Zuma, de A été président de l’Afrique du Sud De 2009 à 2018 jusqu’au 4 juillet pour se rendre à la police. S’il ne se présente pas, la police a jusqu’à la fin de mercredi pour arrêter et amener l’homme de 79 ans.

Juste avant l’expiration du délai de minuit, Zuma a été admis au centre correctionnel d’Estcourt près de son domicile dans la province du KwaZulu-Natal, selon le département des services correctionnels.

“L’ancien président sud-africain, M. Jacob Zuma, était le 7 juillet 2021, en garde à vue par les services de police sud-africains, conformément à la décision de la Cour constitutionnelle”, a déclaré le porte-parole du département de police Lirandzo Themba dans un communiqué. .

Zuma a été reconnu coupable d’un crime outrage au tribunal Il a été condamné à 15 mois de prison le 29 juin, une étape historique dans la longue saga de corruption du pays.

Cela découlait du refus de Zuma de se présenter devant la Commission anti-corruption pour répondre à des questions sur son implication présumée dans la corruption pendant sa présidence.

Zuma a nié à plusieurs reprises longtemps allégations en cours corruption contre lui.
C’est un moment très symbolique que l’ancien président et figure clé de l’African National Congress (ANC), qui a passé dix ans en prison avec un héros anti-apartheid et ex-président Nelson MandelaIl pourrait passer beaucoup de temps en prison.

Cependant, son incarcération peut être de courte durée.

READ  Sichuan, Chine : le séisme fait trois morts et 60 blessés

Vendredi, le juge de la Cour suprême rendra une décision sur la question de savoir si la police doit attendre pour le faire venir après l’audience de la Cour constitutionnelle, prévue le 12 juillet, lorsque ses avocats discuteront des circonstances atténuantes de sa peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *