joueur de judo israélien Tohar avec un tambour répond au boycott olympique | Sportif | L’actualité du football allemand et l’actualité sportive internationale la plus importante | DW

Tohar a déclaré avec des tambours que cela « me pince le cœur » de voir d’autres athlètes forcés de se retirer des Jeux olympiques.

Les judokas soudanais Mohamed Abdelrasoul et l’Algérien Fathi Norine se sont retirés des deux matches contre tambours dans la catégorie des moins de 73 kg aux Jeux olympiques de Tokyo.

Alors que la raison officielle du retrait d’Abdel Rasoul était une blessure à l’épaule, Noureen a été suspendu par la Fédération internationale de judo (IJF) après avoir admis qu’il ne voulait pas affronter un athlète israélien en compétition.

« C’est contre l’esprit du sport », a déclaré Drums à DW.

« Dans de nombreux cas, ce ne sont pas les athlètes qui prennent ces décisions. Les athlètes sont humains, ils veulent concourir. Ils sont les victimes ici, c’est sûr. »

Ce n’est pas rare pour les athlètes israéliens, a-t-il dit avec du tambour.

Le Soudan a normalisé ses relations avec Israël en janvier 2021 dans le cadre des accords Ibrahim. L’accord a été largement protesté dans le pays. Pendant ce temps, il n’y a pas de relations officielles entre l’Algérie et l’Etat juif.

En me retirant, j’ai représenté l’Algérie.

Après s’être retiré des matchs samedi, le judoka algérien Noureen a déclaré qu’il « soutienne pleinement la cause palestinienne ». Le joueur de 30 ans s’est ensuite adressé à Facebook pour répondre aux critiques présumées qui lui auraient été adressées au sein de l’Association algérienne de judo.

Fathi Noureen (photo) a été le premier athlète à se retirer d’un match contre Tohar avec un tambour.

« Le chef de l’Association de judo a été surpris par ma décision de ne pas participer aux combats. Il a dit que je représentais l’Algérie, pas la Palestine », a écrit le trentenaire. « J’ai été honoré de représenter l’Algérie dans diverses compétitions sportives. Avec mon retrait, j’ai également représenté l’Algérie. »

READ  Le Danemark reste parfait ; Le Français Griezmann brille

Plusieurs utilisateurs algériens des réseaux sociaux se sont adressés à Facebook pour critiquer la décision de Norine de se retirer de la compétition, certains considérant son comportement comme « antisportif ».

« Le sport devrait être séparé de la politique, il a été interrompu à juste titre », a déclaré un commentaire sur Facebook. Un autre a déclaré : « Les athlètes doivent garder à l’esprit qu’ils peuvent affronter les Israéliens avant les compétitions. Soit rester jusqu’à la fin, soit ne pas concourir complètement pour éviter tout le cirque.

Une histoire de province

Les athlètes israéliens ne sont pas étrangers aux boycotts qui ont eu lieu principalement dans d’autres sports, et l’attention internationale est souvent attirée lorsqu’il s’agit de judo, un sport pour lequel Israël est célèbre. Israël a remporté cinq des 10 médailles olympiques de tous les temps dans la discipline.

Le boycott le plus célèbre pour des raisons politiques a eu lieu en septembre 2019, lorsque le judoka iranien Saeed Mollai a reçu l’ordre de perdre les demi-finales des Championnats du monde de judo à Tokyo pour éviter un match potentiel contre l’Israélien Sagi Muki en finale. En conséquence, Mollaei a choisi de fuir l’Iran, représente maintenant la Mongolie et est connu pour être un ami proche de Muki.

Capture d'écran Instagram de Saïd Moulay

Le judoka iranien Saeed Mollaei s’est rendu en Israël après avoir fait défection de l’État islamique.

Batboul espère que lui aussi pourra se réconcilier avec des adversaires qui ne se sont pas présentés pour le rencontrer à Tokyo. souhaite obtenir un fichier Tikkun, l’hébreu de subir une correction, en les affrontant à l’avenir.

READ  Algérie : "Il n'y a pas de discrimination entre les athlètes algériens", affirme le président Tebboune

« Je veux montrer que les choses peuvent être différentes, que cela peut être lié au sport », dit-il avec la batterie.

L’expérience olympique éclipsée

Étant donné que ce phénomène n’est pas nouveau, la nouvelle du boycott a suscité une réaction résolument sarcastique en Israël. « Encore quelques comtés et l’or est à nous », a écrit un utilisateur en hébreu sur Twitter.

Potbel a ensuite terminé septième dans la catégorie des moins de 73 kg, clairement déçu du résultat.

Le joueur de 27 ans a déclaré : « Je suis venu ici avec le pur objectif de gagner. C’est ce que j’ai voulu tout au long de ma carrière, mais en judo, il y a parfois un petit écart entre le plan et la réalité. »

Cependant, ce sont les décisions prises par son adversaire et non sa performance athlétique qui ont été au premier plan de son expérience olympique.

Le politicien israélien Yoel Razvozov, un ancien judoka lui-même qui a boycotté les Championnats du monde de judo en 2001, s’est adressé à Twitter pour saluer le commentaire de l’Algérien Fathi Noureen : « Il n’y a pas de place pour la politique dans le sport. Si vous ne voulez pas que nous concourions, restez chez vous. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *