Judo Inside – Actualités – L’entraîneur algérien de judo Amar Beniklif parle de Kovit-19

Nicola Messner et Leandra Freitas
IJF Gabriela Sabah / Fédération internationale de judo

Le judoka algérien Amar Beniklef a été finaliste olympique de 2008 à Pékin. Beniglif était un champion multi-africain en 2004, 2008, 2010 et 2011, et a été intronisé au Temple de la renommée de l’IJF en 2018. Après sa carrière, il est devenu l’entraîneur-chef de l’Algérie. L’IJF a parlé avec l’entraîneur de la façon dont Kovit gérait la situation.

«En ce qui concerne notre préparation, avec la situation gouvernementale, nous avons eu du mal car nous nous sommes arrêtés pendant près de 8 mois. Nous n’avons rien fait car tout en Algérie était fermé, emprisonnement total. Il y a eu un changement de poids. Par exemple, notre Le judoka U73kg est revenu à 86kg.Ce n’était pas facile car il s’est qualifié pour les Jeux Olympiques en U73kg.Nous avons mis en place un excellent programme de nutrition et utilisé un programme d’entraînement physique pour le faire redescendre.

Un autre gros problème est que l’espace aérien est fermé. Par exemple, pour arriver ici, nous avons fait 8 heures sur la route de la Tunisie, après la Tunisie nous sommes allés en Turquie et avons ensuite volé de Turquie à Tachkent. C’est pour cette raison que nous n’avons assisté qu’aux Masters et à ce concours.

Nous avons progressivement commencé à amener nos athlètes au bon poids, en bonne santé, avec la préparation corporelle la plus courante. La Fédération nationale a à notre disposition un grand centre de formation, certainement avec un protocole sanitaire strict. Avant le camp d’entraînement, bien sûr, nous avons fait des tests PCR et malheureusement notre équipe nationale avait des cas favorables pour nous; Une poignée de camps différents, ce qui limitait ce que nous pouvions réellement faire en termes de formation.

READ  Des milliers de personnes arrêtées pour avoir rejoint les manifestations du 1er mai en France

Notre produit était un peu déroutant, mais maintenant tout va bien. Ensuite, nous espérons pouvoir nous entraîner avec notre équipe senior, tunisiens et égyptiens, en Algérie ou dans l’un des autres pays, avec plus de partenaires et avec un niveau de préparation plus élevé.

À vrai dire, ce n’est pas facile de motiver les athlètes et nous, les entraîneurs, j’essaie de parler à mes athlètes à tout moment pour qu’ils se concentrent sur l’objectif principal et la qualification pour les JO. Ils seront toujours attentifs car même les officiels de la fédération parlent aux athlètes. Bien sûr, cela affecte tout le monde, quand nous regardons les nouvelles et entendons la situation mondiale, cela nous rend triste, mais le jeu est définitivement un moyen de gérer tout cela; Sports en bonne santé! “

L’honnêteté est la marque des réponses que tous les entraîneurs nous donnent. Malgré les difficultés, ils sont tous prêts à travailler plus que jamais pour aider leurs athlètes à réaliser leurs rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *