judoka algérienne Norine se retire des JO pour éviter d’affronter les Israéliens | Sportif | L’actualité du football allemand et l’actualité sportive internationale la plus importante | DW

La Fédération internationale de judo a confirmé, samedi, le retrait de l’athlète algérien Fathi Norine et de son entraîneur des compétitions de judo aux JO de Tokyo pour éviter d’affronter un athlète israélien.

La Fédération internationale de golf, dans un communiqué, a déclaré que Noreen et l’entraîneur Ammar Benkhlef « ont fait des déclarations individuelles aux médias, annonçant leur retrait de la compétition pour éviter de rencontrer un athlète israélien pendant l’événement ».

« Nous avons beaucoup travaillé pour atteindre les Jeux olympiques, mais la cause palestinienne est plus importante que tout cela », a déclaré Noreen, 30 ans, à la télévision algérienne. Benikhlef a soutenu sa déclaration, admettant qu' »ils n’ont pas été aussi chanceux à la loterie. Nous avons un adversaire israélien et c’est pourquoi nous avons dû nous retirer. Nous avons pris la bonne décision ».

Le syndicat a déclaré que les deux avaient été temporairement suspendus après que le comité d’enquête eut « confirmé tous les faits ». Il a ajouté que l’affaire avait été renvoyée à sa commission de discipline « pour une enquête plus approfondie et l’imposition de peines et de sanctions définitives après les Jeux olympiques ».

Le communiqué de la Fédération algérienne indique que le Comité olympique algérien a retiré l’accréditation de Noureen et Benikhlef et « prévoit de les renvoyer dans leur pays et d’appliquer des sanctions en conséquence ».

Pas la première fois

Noreen, qui devait participer à l’épreuve des moins de 73 kg, s’était auparavant retirée d’autres compétitions de judo pour éviter l’opposition israélienne – plus récemment aux Championnats du monde à Tokyo il y a deux ans.

Le phénomène des athlètes israéliens confrontés à un boycott en raison de leur nationalité n’est pas nouveau. Aux Jeux olympiques de Tokyo, le judo international espérait marquer des progrès, mais a maintenant subi un autre revers général.

READ  Orleans Masters 2021, jour 1: les aventuriers indiens Ajay Jayaram et Subhankar Dai inaugurent la campagne

La fédération a déclaré que les déclarations des Algériens « contredisent totalement la philosophie de la Fédération internationale de judo. La Fédération internationale de judo a une politique stricte de non-discrimination et de promotion de la solidarité en tant que principe fondamental renforcé par les valeurs du judo ».

Des athlètes d’autres pays comme l’Égypte et l’Iran ont également refusé auparavant de rivaliser avec les Israéliens, l’histoire de Saïd Moulay étant la plus célèbre. Mollaei s’est depuis retiré en Mongolie et pourrait affronter l’Israélien en question, Sagi Muki, en demi-finale des -81 kg hommes à Tokyo 2020.

jt / rc (dpa / sid)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *