Kenya : Inquiétudes concernant la disparition de manifestants alors que des manifestations contre la hausse des impôts éclatent dans le pays

Visto Lange/CNN

Après une semaine de manifestations contre la hausse des impôts proposée dans le projet de loi de finances 2024, les organisateurs ont annoncé mardi « 7 jours de colère » et appelé à un « confinement total » du Kenya.



CNN

Les inquiétudes grandissent au Kenya alors que des informations font état de disparitions de manifestants au milieu de manifestations à l’échelle nationale contre les augmentations d’impôts proposées dans le projet de loi de finances 2024.

Les manifestations, qui se sont étendues à tout le pays, font partie d’un mouvement baptisé « 7 jours de rage », appelant à un « confinement total » du Kenya mardi. Ils disent qu’ils envisagent d’« occuper » le Parlement de la capitale kenyane, Nairobi.

Le mouvement de protestation a pris une ampleur significative sur les réseaux sociaux, les organisateurs appelant tous les Kenyans à participer à la grève nationale.

« La génération Z donne un jour de congé à tous les Kenyans qui travaillent dur », peut-on lire dans une phrase largement diffusée. ci-joint.

Le ministre de l’Intérieur du pays a averti que les manifestations devraient se terminer au coucher du soleil ou à 18h30, heure locale, selon la première éventualité.

Le ministre de l’Intérieur, Kithor Kindami, s’est adressé aux médias à Nairobi, appelant les manifestants à rester pacifiques et mettant en garde contre la destruction de biens.

« Les manifestants ne doivent pas obstruer, bloquer, vandaliser ou détruire toute propriété privée ou publique », a déclaré Kindami lors d’une conférence de presse à Nairobi.

Kindami a ajouté que la police dirigerait les manifestants et restreindrait l’accès aux zones protégées par la loi sur les infrastructures critiques.

READ  Le feu de Marmaris brûle pour le troisième jour près de la station balnéaire en Turquie

Kindami n’a pas répondu aux inquiétudes concernant un certain nombre d’utilisateurs éminents des médias sociaux qui ont été portés disparus ces derniers jours.

Des images récentes montrant un jeune homme emmené de force dans un véhicule à quatre roues motrices ont accru les craintes et suscité une large condamnation.

La Law Society du président kenyan Faith Odhiambo a qualifié l’incident d’enlèvement et a accusé les agents des renseignements de mauvaise conduite.

« Il ne s’agissait clairement pas d’une arrestation car la police ne l’a pas identifié et n’a pas engagé de conversation préalable à son arrestation pour l’informer de ses droits », a écrit la présidente du Barreau du Kenya, Faith Odhiambo, dans une lettre. déclaration. « Ces criminels qui prétendent exercer l’autorité policière doivent être arrêtés. »

L’épicentre des manifestations devrait se trouver à Nairobi.

Le député de l’opposition Babu Owino dans un clip vidéo Publié le XIl a convoqué les manifestants à l’Assemblée nationale.

«Je vais vous ouvrir la porte moi-même pour que vous puissiez entrer et prendre le thé», dit-il. Le gouvernement a toutefois mis en garde contre les tentatives d’intrusion dans les bâtiments gouvernementaux pendant les manifestations.

Les groupes de défense des droits de l’homme et les associations de créateurs de contenu ont exprimé leurs inquiétudes quant à une éventuelle panne d’Internet et des médias, qui pourrait aggraver les tensions.

En commun déclaration27 organisations ont averti que de telles mesures mettraient en danger la vie des citoyens et violeraient leurs droits à s’organiser, à manifester et à participer à l’élaboration des politiques.

READ  Des Népalais gravissent l'Everest pour établir un record pour la 26e fois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *