La principale mine d’uranium du Niger revient sous contrôle public (le gouvernement)

Les dirigeants militaires du Niger ont rompu les liens avec la France, ancienne puissance coloniale et partenaire traditionnel. Photographie : AFP
Source : Agence France-Presse

Le Niger a confirmé lundi que l’une des plus grandes mines d’uranium au monde était revenue sous contrôle public après la révocation de l’autorisation d’exploitation du producteur français de combustible nucléaire Orano.

La société a annoncé la semaine dernière qu’elle avait été exclue de la mine d’Imorarin, dans le nord du Niger, une décision qui a mis en lumière les tensions entre la France et les dirigeants militaires de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le gouvernement n’a eu aucune réaction avant de publier lundi un communiqué selon lequel la mine d’Imuraren était revenue « dans le domaine public de l’État ».

Elle a justifié l’annulation du permis en affirmant qu’Orano « n’a jamais respecté ses obligations » malgré les « deux notifications officielles » qui lui ont été délivrées par le ministère des Mines en février 2022 et mars de cette année.

Orano a indiqué jeudi avoir « pris acte » du retrait de licence de sa filiale Imurarin.

Lire aussi

Le géant de l’énergie Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) a proposé 12 milliards d’euros pour racheter la société allemande Covestro

Cette décision intervient malgré la récente reprise des « activités » sur le site, qui ont été menées conformément aux souhaits du gouvernement, selon Orano.

Je remarque: Vérifiez exactement quelle actualité a été sélectionnée pour toi ➡️ Trouver « Recommandé pour vous » Bloquez sur la page d’accueil et profitez-en !

La société a ajouté qu’elle était « prête à maintenir tous les canaux de communication ouverts » avec les autorités tout en se réservant le droit de faire appel de la décision devant les tribunaux nationaux ou internationaux.

READ  Rapport du CBER : l'économie du sud du Nevada s'améliore, liée à la trajectoire pandémique | Centre d'Information

La mine d’Imorarin contient environ 200 000 tonnes d’uranium utilisé dans l’énergie nucléaire et dans l’armement.

Mais le développement a été suspendu après l’effondrement des prix mondiaux de l’uranium suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon en 2011.

Les dirigeants militaires du Niger se sont engagés à revoir les concessions minières du pays depuis qu’ils ont pris le pouvoir lors d’un coup d’État en juillet 2023, dans le cadre de leur concentration sur la souveraineté nationale.

Lire aussi

Barcelone vise à devenir une zone sans Airbnb d’ici 2029

Ils ont également rompu leurs liens avec la France, ancienne puissance coloniale et partenaire traditionnel, et se sont tournés vers la Russie, qui cherche à étendre son influence dans la région.

En 2022, le Niger a acquis environ un quart de l’uranium naturel fourni aux centrales nucléaires européennes, selon les données de l’organisation atomique Euratom.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *