La Banque du Japon abolit le taux d'intérêt négatif

Le taux d’intérêt de la Banque du Japon est le premier depuis 17 ans. Photographie : Richard A. Brooks/AFP
Source : Agence France-Presse

La Banque du Japon a décidé mardi de réduire son taux d'intérêt négatif alors qu'elle commençait enfin à mettre fin à l'un des programmes d'assouplissement monétaire les plus agressifs au monde.

Après avoir annoncé sa première augmentation en 17 ans, la Banque du Japon a annoncé qu'elle ferait passer son taux d'intérêt à court terme de -0,1 % à une valeur comprise entre zéro et 0,1 %.

Les responsables « ont évalué le cercle vertueux entre les salaires et les prix et ont estimé que l'objectif de stabilité des prix de 2 % serait atteint de manière durable et stable vers la fin de la période de prévision du rapport sur les perspectives de janvier 2024 ». Il a dit.

La banque a également déclaré qu'elle appellerait à la fin d'autres politiques non conventionnelles, notamment son programme de contrôle de la courbe des rendements obligataires et l'achat d'actifs risqués tels que les fonds négociés en bourse (ETF) et les fonds d'investissement immobilier japonais.

Lire aussi

Le commerce asiatique reste prudent avant les décisions sur les taux d'intérêt directeurs

La Réserve fédérale et d’autres banques centrales ont augmenté leurs taux d’intérêt pour freiner l’accélération de l’inflation après l’invasion russe de l’Ukraine en 2022.

Mais en raison des « décennies perdues » de récession et de déflation dans le pays, la Banque du Japon a maintenu son taux directeur négatif, comme c'est le cas depuis 2016. La dernière hausse remonte à 2007.

Augmenter le taux rendra les prêts plus chers pour les consommateurs et les entreprises.

Cela augmentera également la facture du service de la dette nationale du Japon, qui, avec environ 260 pour cent de la production nationale, est l'une des plus élevées au monde.

READ  Association avec les systèmes politiques hôtes

Étant donné que les taux d’intérêt négatifs entraînent des pertes pour les banques en déposant des capitaux auprès de la Banque du Japon, la politique visait à les encourager à prêter aux entreprises et ainsi à stimuler l’économie et l’inflation.

La Banque du Japon a également dépensé d’énormes sommes d’argent pour acheter des obligations et d’autres actifs afin d’injecter des liquidités dans le système financier.

Lire aussi

La Réserve fédérale américaine fournira de nouvelles preuves de la baisse des taux d'intérêt après la hausse de l'inflation

Cette politique a provoqué une forte dépréciation du yen par rapport au dollar, ce qui est une bonne nouvelle pour les exportateurs mais pas pour les consommateurs car cela rend les importations plus chères.

L'inflation est égale ou supérieure à l'objectif de 2 % fixé par la Banque du Japon depuis près de deux ans.

Mais malgré quelques ajustements extrêmes – comme une plus grande flexibilité concernant la fourchette cible des rendements obligataires – le taux d’intérêt directeur est resté négatif.

En effet, la Banque du Japon souhaitait davantage de preuves du « cercle vertueux » de la hausse des salaires et de l’inflation entraînée par la demande plutôt que par des facteurs temporaires.

La dernière pièce du puzzle est apparue vendredi lorsque le plus grand syndicat du Japon a obtenu une augmentation de salaire de 5,3% de la part des employeurs, la plus importante depuis 1991.

« Le Japon est dans la situation approximative nécessaire pour maintenir un taux d'inflation national de 2% », a déclaré lundi Stefan Angerek de Moody's Analytics.

READ  Les législateurs de Floride votent pour abroger les franchises Disney | Actualités économiques et commerciales

La Banque du Japon se prépare également à abandonner d'autres mesures non conventionnelles, notamment un programme de contrôle de la courbe des rendements obligataires et des achats d'actifs à risque, a rapporté mardi le journal Nikkei.

Lire aussi

Tous les regards sont tournés vers la Banque du Japon alors que les syndicats annoncent d’importantes augmentations de salaires

Le journal cite une source proche du Premier ministre japonais Fumio Kishida : « Nous faisons confiance à la Banque du Japon ». La décision est « entre leurs mains ».

Mais une action trop agressive pourrait également attirer d’importantes quantités de capitaux vers les actifs japonais, ce qui pourrait déstabiliser les marchés financiers.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *