La Banque européenne pour la reconstruction et le développement se prépare à investir plus de 2 milliards d’euros dans la région MENA en 2021

Un dirigeant de banque basé à Londres a déclaré que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) prévoyait d’investir au moins 2,1 milliards d’euros (2,47 milliards de dollars) au Moyen-Orient et en Afrique du Nord cette année, principalement dans les secteurs des énergies renouvelables et des technologies.

La banque a déjà investi dans un certain nombre de pays de la région, dont l’Égypte, le Maroc, la Tunisie, le Liban, la Jordanie, la Cisjordanie et la bande de Gaza.

«L’année dernière, nous avons réalisé 2,1 milliards d’euros dans la région MENA et ce sera à peu près la même chose que ce que nous ferons cette année, mais nous sommes une organisation axée sur la demande et nous avons le désir de grandir», a déclaré Heike Harmgart, Managing Directeur de la Méditerranée méridionale et orientale à la banque. Reconstruction et développement européens le National Dans une interview.

Mme Harmgart a déclaré que les investissements de la BERD “porteront sur la technologie verte grâce aux sources d’énergie renouvelables, le financement vert par le biais des banques et l’investissement vert dans les villes et l’autre accent sera mis sur l’inclusion financière”.

“Nous examinerons également de manière opportuniste la numérisation dans la mesure du possible.”

Les pays de la région MENA investissent davantage dans les énergies renouvelables afin de diversifier leur mix énergétique. Les Émirats arabes unis développent actuellement la plus grande centrale solaire au monde dans la région d’Al Dhafra à Abu Dhabi avec une capacité totale de 2 GW, tandis que l’Égypte a récemment achevé la construction de Benban – le plus grand parc solaire d’Afrique avec une capacité de 1,5 GW. .

READ  Le Fonds monétaire international affirme que l'Irlande ne fait pas assez pour lutter contre la crise du logement

D’autres pays, dont le Maroc, la Jordanie et l’Arabie saoudite, ont également de grands programmes d’énergie renouvelable.

Nous avons joué un rôle important dans la première phase de production d’énergie solaire et éolienne dans la région MENA. Nous avons financé plus de la moitié du projet Benban en Egypte, et nous avons financé la plupart des projets d’énergie solaire et renouvelable avec nos partenaires en Jordanie. “

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement est un important prêteur multilatéral créé en 1991, initialement pour aider à financer la reprise post-soviétique en Europe de l’Est. La banque, qui avait un actif total de 68,2 milliards d’euros à la fin de 2019, a par la suite élargi ses transferts pour inclure des investissements dans la région Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale.

Il appartient à 69 pays des cinq continents, ainsi qu’à l’Union européenne et à la Banque européenne d’investissement. Les Émirats arabes unis sont récemment devenus l’un de ses membres les plus récents, alors que le cheikh Mohammed bin Rashid, vice-président et souverain de Dubaï, a annoncé qu’il rejoindrait à la fois la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la nouvelle banque de développement basée à Shanghai le mois dernier.

Mme Harmgart a déclaré que l’adhésion des EAU à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement «soutiendra ses activités pour qu’elle soit plus active et qu’elle ait des partenaires supplémentaires dans les pays voisins de la région MENA, mais aussi en Europe de l’Est et en Asie centrale où nous travaillons activement. ».

READ  Le président algérien dissout le parlement et convoque des élections anticipées

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement prévoit également d’investir en Algérie cette année après que les actionnaires de la banque ont approuvé l’adhésion du pays d’Afrique du Nord l’année dernière.

“L’Algérie pourrait démarrer cette année comme un nouveau pays où l’on peut regarder des opportunités d’investissement notamment dans le secteur privé ainsi que dans la zone verte.”

Le prêteur élabore une série de plans d’action climat avec les villes où il identifie les investissements potentiels qui lui apporteront un rendement tout en contribuant à la réduction des émissions de carbone.

«Amman est en effet une ville verte où nous avons développé un plan d’action climatique, mais cette année, nous ajouterons le Caire, Alexandrie et peut-être la Tunisie au réseau des villes vertes. Cela comprend l’élaboration de plans complets pour les villes où elles peuvent investir dans l’évolution de la prestation de services vers des investissements dans la mobilité électrique verte et dans les systèmes de métro “, a déclaré Mme Harmgart. Et les réseaux d’eau et d’assainissement.”

Banque européenne pour la reconstruction et le développement mentionné Le résultat net des actionnaires s’est établi à 1,3 milliard d’euros en 2019, contre 210 millions d’euros l’année précédente, les provisions pour dépréciation des placements bancaires ayant diminué et les revenus nets d’intérêts augmentant.

Elle a ajouté que la banque devrait enregistrer des bénéfices en 2020 malgré la pandémie de coronavirus.

Nous avons réalisé un bénéfice pour 2020 que nous annoncerons bientôt. Le premier trimestre a été lamentable avec des marchés boursiers complètement baissés. Nous pensions terminer l’année avec une perte, mais nous avons réalisé un profit, mais le profit est inférieur à celui des autres années. “

READ  Algérie: Président Tebboune - La transition vers une économie de richesse nécessite une rupture avec les anciennes habitudes

Le prêteur voit également des opportunités de prendre des participations dans des investissements appropriés. Il a acquis des participations dans des fonds d’actions émergents et un certain nombre de prêteurs régionaux ces dernières années, notamment Armenian Ameriabank et Libanese Bank Audi, ainsi que le consortium propriétaire de la franchise pour l’exploitation de l’aéroport international Queen Alia en Jordanie.

Harmgart a déclaré que la banque visait à augmenter son investissement en actions à 8% en 2021, contre 4% l’année dernière.

«Les marchés boursiers ont été faibles l’année dernière en raison de l’épidémie [but this year] Les deux fonds d’actions nous contactent ainsi que les entreprises qui cherchent à diversifier leur base d’actionnaires ou à se préparer à une offre publique initiale.

À l’échelle mondiale, l’investissement total de la banque est passé à 11 milliards d’euros en 2020, soit une augmentation de 10% par rapport à l’année précédente. Il a investi dans 411 projets au cours de la période.

Date de publication: 10 avril 2021 10h39

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *