La Banque mondiale a déclaré que l’économie libyenne était sur la voie de la reprise en 2021 mais qu’elle était confrontée à des défis persistants

La Libye, deuxième producteur de pétrole d’Afrique du Nord, continue de faire face à une myriade de défis économiques alors même que son PIB devrait revenir à 67% cette année en raison de la hausse des prix du pétrole, selon la Banque mondiale.

La Banque mondiale a déclaré dans son rapport que le pays est confronté à une “fragmentation des institutions étatiques” au milieu d’un conflit en cours qui a perturbé les revenus pétroliers, le principal moteur de l’économie. Moniteur économique de la Libye. L’économie libyenne s’est contractée d’environ 31% en 2020.

«La Libye est confrontée à d’énormes défis économiques et a cruellement besoin d’institutions unifiées, d’une bonne gouvernance, d’une forte volonté politique et de réformes attendues depuis longtemps», a déclaré Jesco Henschel, directeur national de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte.

Le peuple libyen a traversé de nombreuses épreuves. L’environnement sécuritaire et politique a vu des signes d’amélioration récemment. La route à suivre ne sera pas facile, mais elle donne l’espoir de paix, de stabilité et de développement. “

Le pays d’Afrique du Nord dépend des exportations d’hydrocarbures pour plus de 60% de la production économique totale et plus de 90% des recettes fiscales et des exportations de marchandises. Cependant, le blocus de près d’un an sur les exportations libyennes a limité le développement de son économie au cours d’une année particulièrement difficile en raison de la pandémie de Covid-19.

Le prêteur basé à Washington a décrit le blocus comme “épuisant” pour l’économie libyenne “gravement indifférenciée”, qui a réalisé l’an dernier ses pires résultats dans le “dernier record”.

READ  Les arts contribuent à plus de 100 millions de dollars à l'économie d'Arlington - NBC 5 Dallas-Fort Worth

Le blocus a coûté à la Libye 11 milliards de dollars en revenus financiers perdus, selon la Banque centrale de Tripoli.

La banque a ajouté que la pandémie en cours avait exacerbé l’impact des troubles économiques et sociaux dans ce pays déchiré par le conflit.

La Libye reste vulnérable aux exportations de pétrole perturbées, selon la Banque mondiale.

La semaine dernière, la National Oil Corporation of Libya a déclaré une situation de force majeure sur les exportations du port oriental de Harika. Elle a déclaré que la fermeture était due au refus de la banque centrale de débloquer le budget nécessaire pour le secteur pétrolier pendant “de longs mois”.

La production libyenne est passée à 1,19 million de b / j en mars, soit une multiplication par dix par rapport aux 121 000 b / j qu’elle a produites au troisième trimestre de l’année dernière, selon des sources secondaires de l’OPEP.

Louise Dickson, analyste du marché pétrolier chez Rystad Energy, a déclaré que si le port de Harika, qui a la capacité d’exporter 120 000 barils par jour, continue d’être fermé, plus de 100 000 barils par jour de production libyenne pourraient l’être.

La Banque du travail a déclaré que la production pétrolière et gazière du pays restera le principal moteur de la croissance économique en 2021. Les prix internationaux élevés du pétrole contribueront à soutenir la reprise générale de la production pétrolière, “en augmentant la consommation et les investissements publics, et en soutenant ainsi la reprise en consommation privée.”

Cependant, la croissance du secteur non pétrolier restera modérée et entravée par le conflit en cours. La mauvaise fourniture de services, y compris l’énergie, et les effets persistants de la pandémie de Covid-19 entraveront également la croissance de l’économie non pétrolière du pays.

READ  Les manifestants algériens font face à une crise alors que la police se prépare à une répression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *