La chanteuse pop iranienne Shirvin Hajipour fait ses débuts en vidéo après son lancement – News 24

par Agence France Presse

TÉHÉRAN: Le chanteur pop iranien Shervin Hajpour est apparu dimanche dans une vidéo Instagram pour la première fois depuis sa libération après avoir été arrêté pour une chanson diffusée en soutien aux manifestations contre la mort de Mohassa Amini.

Le chanteur, célèbre pour sa chanson « Pray », a nié tout lien avec un « mouvement ou une organisation à l’extérieur du pays » et a déclaré que sa chanson ne visait qu’à « exprimer la solidarité avec le peuple ».

Une vague de troubles a secoué l’Iran depuis la mort de la femme kurde de 22 ans le 16 septembre après son arrestation par la police des mœurs à Téhéran pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique pour les femmes.

Les violences de rue ont fait des dizaines de morts, principalement des manifestants mais aussi des membres des forces de sécurité. Des centaines ont également été arrêtés.

Hajipur, le chanteur pop et auteur-compositeur de 25 ans, a été arrêté fin septembre après que sa chanson « Baraye » – « Pour » ou « parce que » en farsi, soit devenue virale.

La chanson a recueilli 40 millions de vues sur Instagram avant d’être supprimée après son arrestation. Les médias officiels ont annoncé qu’il avait été libéré sous caution mardi.

Dans la dernière vidéo, Hajpour a cherché à expliquer sa récente absence à ses deux millions de followers, affirmant que depuis que sa chanson est devenue virale, il y a eu « des inquiétudes quant à savoir si j’appartiens à un mouvement ou à une organisation particulière à l’extérieur du pays ».

« Dieu merci, ce malentendu a été dissipé et il est clair que j’ai écrit et chanté cette œuvre uniquement pour exprimer ma solidarité avec les personnes qui critiquaient l’état de la société », a-t-il déclaré.

READ  L'Algérie, le Nigeria et le Cameroun dans les éliminatoires. Côte d'Ivoire à l'extérieur

Lire aussi | Le chanteur pop iranien a été réduit au silence, mais sa chanson « Parai » reste un hymne de protestation

Les agences de presse locales ont publié le clip vidéo, dans lequel Hajipour est apparu sur le siège avant d’une voiture enregistrant lui-même la vidéo.

Pray consiste en des tweets sur les manifestations et met en lumière le désir des gens pour des choses qui manquent à l’Iran frappé de sanctions ou des activités quotidiennes qui pourraient causer des ennuis aux gens avec les autorités de la République islamique.

Pour danser dans les rues, pour la peur que l’on ressent en s’embrassant, pour ma sœur, ta sœur, nos sœurs, dit la chanson.

« Je vis en Iran et je veux rester ici, je vis ici et je chante ici, et si je veux dire quelque chose, ou si je veux critiquer, je veux que ce soit fait ici », a déclaré Hajipour dans la vidéo qu’il a publiée dimanche. .

Le chanteur a également appelé les autorités à « adopter une approche paternaliste envers les personnes dans des situations similaires comme moi », ajoutant qu’il ne mènerait « aucune interview avec qui que ce soit ».

Hajipur avait posté un message sur Instagram après sa libération, cherchant à se distancier de la politique.

« Je suis ici pour dire que je vais bien », a-t-il écrit, ajoutant : « Je n’échangerai pas ce (pays) contre un autre endroit et je resterai pour mon pays, mon drapeau, mon peuple et je chanterai ».

READ  L'Arc de Triomphe à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.