La communauté marocaine au Canada exhorte le gouvernement à soutenir les agriculteurs en difficulté

La communauté marocaine au Canada exhorte le gouvernement marocain à «changer» son attitude apparemment indifférente envers les incidents fidjiens et à montrer un soutien supplémentaire aux agriculteurs soulevés par les «provocations algériennes».

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés vendredi dans la ville de Figueroa devant le consulat du Maroc à Montréal contre les derniers développements à El Arja, une région à la frontière algéro-marocaine.

Tout en brandissant des affiches en faveur des paysans et de la ville de Fidjian, les manifestants ont exhorté les organisations civiles et de défense des droits de l’homme à soutenir les revendications du peuple fidjien, en particulier les agriculteurs d’El Arja, qui doivent défendre leur histoire et leurs lois et le droit à exploiter leurs terres. ”

Dans un communiqué, une communauté de Marocains de la ville de Fikuik au Canada a déclaré: «Fikuik a suivi avec enthousiasme les événements dangereux et douloureux connus dans notre oasis ces derniers jours, en particulier dans la région d’El Arja.

Ils ont appelé les autorités marocaines et algériennes à reconsidérer “leurs pratiques sur le terrain, en tenant compte des droits des citoyens de la ville sur leurs terres et leurs propriétés”.

Le rapport et la manifestation interviennent au milieu des craintes croissantes d’une résurgence du conflit régional de 1963 entre le Maroc et l’Algérie.

À la fin de la semaine dernière, l’Algérie a lancé un dernier avertissement aux agriculteurs marocains de quitter leurs champs à El Arja – une zone à l’intérieur des frontières algériennes, selon l’accord de courtage de 1972 signé entre les deux pays – d’ici le 18 mars.

READ  La Banque mondiale salue l'aide américaine et française pour aider l'Inde à lutter contre Covit-19

En l’absence de réponse officielle du Maroc à la date limite pour les agriculteurs algériens de quitter leurs terres, les familles de la région d’El Arja ont été arbitrairement interdites de travailler dans leurs champs, après avoir passé des années à essayer de transformer les terres arides en paradis vert. », Selon la communauté marocaine au Canada.

Lire la suite: Scénario: La guerre imaginaire de Policario au Sahara occidental est illustrée

Il a ajouté: «Cet événement nous rappelle aujourd’hui ce qui s’est passé au milieu des années 1970 lors de la prise de contrôle d’un terrain agricole clé, et aujourd’hui nous exprimons clairement notre préoccupation pour le sort et l’avenir des terres restantes dans la ville de Fikuik. . “

Les manifestants ont réaffirmé leur “solidarité totale et inconditionnelle” avec le peuple fidjien, en particulier avec les paysans d’El Arja, dans une situation complexe et préoccupante.

Au milieu de la situation chaotique et enflammée, les réactions au “silence” perçu par les autorités de Moko sur les incidents fidjiens ont été mitigées.

Parmi les commentateurs et commentateurs en ligne, certains s’accordent – parfois admirablement – face à de vaines provocations et parlent du contrôle du Maroc. Du régime algérien Le temps verra les tempêtes juridiques auxquelles il fait face à la maison. Au lieu d’insérer l’Algérie dans sa «politique de prévision de détournement» la plus dangereuse, Rabat choisit de manière responsable de résoudre la crise par des moyens diplomatiques.

D’autres, en attendant Autorités marocaines Il ne se souciait guère des moyens de subsistance des citoyens marocains qui avaient été bouleversés par le «faux» régime algérien et avaient été associés à leurs «domaines ancestraux» pendant des décennies et des siècles. Selon le camp, Alger est plus susceptible de doubler ses demandes car cela expliquerait la réponse diplomatique du Maroc comme indifférente ou peur de s’engager.

READ  En France, le nombre de patients Covid-19 en réanimation est proche de 6000

Troisièmement, des pourparlers sont en cours entre Rabat et Alger pour éviter d’entraîner les combattants les plus puissants d’Afrique dans un conflit qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les régions du Maghreb et du Sahel. Selon eux, l’Algérie et le Maroc peuvent accepter des conditions de compensation pour les agriculteurs au lieu de pousser le Magreb dans un conflit catastrophique sur les moyens de subsistance de quelques dizaines de familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *