L’Algérie accuse le Maroc de bloquer le retrait du statut d’observateur d’Israël à l’UA

Le conseil exécutif de l’Union africaine à Addis-Abeba a fermé ses 39 emplois hiere Séance normale. Une réunion pour examiner la décision prise, Juillet dernier Par l’intermédiaire de Moussa Faki, Président de la Commission de l’UA pour l’octroi du statut d’observateur à Israël au sein de l’Organisation panafricaine.

Malgré les pressions de l’Algérie, les membres de l’organisation panafricaine n’ont pas réussi à résoudre le problème et ont été renvoyés au prochain sommet de l’UA prévu en février 2022. Le ministre algérien des Affaires étrangères a déclaré lors de la session.

Ramdon Lamamra a imputé l’échec de sa proposition à « certains de ses alliés les plus proches, dont la République démocratique du Maroc et la République démocratique du Congo (RDC) ». Quelques jours avant la réunion des ministres des Affaires étrangères, la diplomatie algérienne a donné la priorité au retrait du statut d’observateur d’Israël au sein de l’UA, à travers de fortes campagnes médiatiques dans les médias du pays.

Israël entretient des relations diplomatiques avec 46 pays africains. Pour rappel, Tel-Aviv avait le statut d’observateur au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), jusqu’en 2002, date à laquelle l’instance est devenue UA. La Palestine connaît déjà la même situation.

READ  Le gouverneur de l'OPEP en Algérie a été nommé nouveau secrétaire général du GECF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *