La CSEM recrute des enseignants de France pour répondre à l’exigence d’immersion en français

Diane Luillot s’habitue lentement à enseigner aux enfants du primaire à l’école primaire Edinburg à Montréal-Ouest.

L’enseignante d’origine française est arrivée à Montréal en décembre avec la promesse d’un emploi à temps plein à la Commission scolaire English-Montréal (EMSP).

« J’étais encore à l’université quand j’ai reçu un mail disant qu’ils recrutaient au Québec », raconte la jeune femme, qui a grandi à Calais dans le nord de la France.

« Je suis déjà venu ici et je voulais faire l’expérience du vrai hiver, alors j’ai pensé, essayons un an! »

La plupart des conseils scolaires au Canada ont de la difficulté à recruter.

Les professeurs de français sont particulièrement en demande et il n’y a pas assez de diplômés pour pourvoir les postes vacants – un problème pour la CSEM en raison de la vague de licenciements pendant Covid-19.

La CSEM a donc travaillé directement avec des consultants pour les localiser en France.

« Notre objectif est vraiment de trois [French teachers]pour voir comment les choses avancent », explique la directrice adjointe des ressources humaines, Darlene Gehyayan. « Maintenant, vu que c’est un succès et que nous en sommes très fiers, nous espérons embaucher plus de gens.

Luillot dit que la situation de l’emploi dans son pays d’origine comporte ses propres défis. Un permis de travail et la promesse d’un emploi ont scellé son allée.

« La paperasserie était très compliquée, mais la commission scolaire a beaucoup aidé », dit-il.

Le chancelier d’Édimbourg, Gaetano Cifony, a déclaré que la visite d’un professeur de français ne pouvait pas arriver assez tôt.

Après tout, Édimbourg a un programme d’immersion française très apprécié qui attire de nombreux enfants anglophones et francophones dont les parents sont impliqués dans l’éducation bilingue.

READ  Selon Kagame du Rwanda, les relations avec la France sont stables

« Nous avons eu une rotation régulière de remplaçants fiables pendant les six premières semaines de l’année universitaire, nous avons donc été très chanceux d’avoir Madame Diane nous rejoindre de France », explique Siphoni. « Il a développé une relation avec les étudiants très rapidement. »

Bien sûr, le français parlé en France est différent du français parlé au Québec, et Louillot dit qu’il a d’abord été choqué lorsqu’il s’est rendu compte que certains mots signifiaient des choses différentes ici.

Mais pour l’enseignant, il s’agit d’un obstacle temporaire qu’il peut facilement surmonter.

« Certaines expressions sont différentes, avoue-t-elle, et c’est compliqué au début. Mais ce sont des gamins, ils s’adaptent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *