La faible participation aux élections tunisiennes révèle une volonté de changement

Au cours des 12 derniers mois, les Tunisiens ont eu des raisons de se réjouir. La star du tennis Anas Jabeur – surnommée « ministre du bonheur » par les fans – a atteint la deuxième place du classement mondial du sport, et les joueurs de football du pays ont dépassé l’ancienne puissance coloniale française lors de la Coupe du monde.

Mais dans le monde de l’économie et de la politique, l’ambiance pourrait difficilement être plus différente.

Les 7 millions d’électeurs tunisiens ont été encouragés à élire des candidats pour les 131 sièges de la chambre basse du parlement du pays. Au lieu de cela, la plupart d’entre eux ont choisi de rester à l’écart des bureaux de vote. Le pays qui a adopté avec enthousiasme l’idée d’une démocratie pluraliste lors d’un soulèvement de masse en 2011 a enregistré un taux de participation de seulement 11,3 %.

Le premier tour des élections législatives, qui a eu lieu en décembre, a eu un taux de participation quasi identique – 11,2 %. Même l’Algérie voisine, qui figure parmi les 10 plus faibles au monde en termes de participation électorale, a enregistré un taux de participation plus élevé aux élections législatives de 2021, à 23 %.

Cette répartition de la participation électorale est d’autant plus troublante que Farouk Bouaskar, le chef de la Haute Autorité indépendante pour les élections de Tunisie, a déclaré que le concours s’était déroulé sans encombres graves des règles, ce qui suggère que les électeurs ont été influencés par une déception plus générale, plutôt que par attentes. de la corruption ou de la fraude.

Bien que ce mépris apparent pour les urnes soit relativement nouveau (le taux de participation aux élections précédentes depuis 2011 était d’au moins 40 %), les problèmes plus larges qui hantent la Tunisie ne le sont pas.

Les défis économiques qui ont alimenté la demande initiale de changement politique en 2011 persistent malgré des années de gouvernements élus promettant de meilleurs niveaux de vie et plus d’opportunités pour le peuple tunisien. Le pays demande 4 milliards de dollars au Fonds monétaire international pour soutenir ses finances. Le chômage a atteint 16 % au premier trimestre de l’année dernière et l’inflation a atteint plus de 10 %, ce qui a entraîné des pénuries de denrées alimentaires de base et de médicaments essentiels.

Ce que veulent vraiment les Tunisiens n’est pas un mystère : du travail, des salaires décents, un gouvernement équitable et la fin de la corruption. Le fait qu’ils voient actuellement peu de valeur dans le vote, même pour les partis d’opposition, montre à quel point ils pensent qu’il est peu probable que quiconque dans la classe politique offre une voie claire pour répondre à ces besoins fondamentaux. Il existe également un risque distinct que le malaise, en outre, puisse renforcer les partis extrémistes désireux de capitaliser sur le mécontentement public. C’est en effet ce qui s’est passé au lendemain du soulèvement de 2011, qui a entraîné la spirale descendante de la division politique qui a amené le pays à ce qu’il est aujourd’hui.

READ  L'économie de la Biélorussie: ce que vous devez savoir

Trop de jeunes Tunisiens brillants votent également avec leurs pieds, fuyant vers l’Europe, un continent avec ses propres difficultés économiques, mais cela semble toujours offrir une amélioration par rapport à ce que les Tunisiens de chez eux ont à offrir.

Le rêve d’une Tunisie meilleure n’est pas mort, bien sûr. La multitude de voix non écrites est elle-même l’expression de l’opinion générale que quelque chose doit changer. Si les dirigeants tunisiens souhaitent gouverner avec le soutien populaire, ils doivent prendre des mesures pour instaurer la confiance non seulement dans le système politique, mais dans d’autres parties du pays. Cela signifie s’engager avec la société civile, les syndicats, les jeunes et toutes les parties qui placent les intérêts de la Tunisie au cœur.

Jusqu’à ce que cela se produise, le spectacle des Tunisiens qui s’éloignent des urnes, et non vers celles-ci, peut continuer.

Publié: 31 janvier 2023, 03h00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *