La femme d’affaires Hala Tomasdóttir se prépare à devenir la prochaine présidente de l’Islande | Nouvelles sur les élections

Tomasdottir a obtenu 34,6 % des voix pour devenir la deuxième femme présidente du pays nordique.

Hala Tomasdóttir, femme d’affaires et investisseur, a remporté l’élection présidentielle islandaise, en tête d’un groupe de candidats très nombreux, dans lequel les femmes figuraient parmi les trois premiers, a rapporté la radio nationale du pays.

La fédération a annoncé dimanche que Tomasdóttir, 55 ans, avait été élu à ce poste essentiellement cérémoniel avec 34,3 pour cent des voix, battant l’ancienne Première ministre Katrín Jakobsdóttir, qui a obtenu 25,2 pour cent, et Hala Hrund Lugadóttir, qui a obtenu 15,5 pour cent.

Tomasdottir est actuellement en congé en tant que PDG de The B Team, une organisation mondiale à but non lucratif cofondée par l’entrepreneur britannique Richard Branson pour promouvoir des pratiques commerciales humanitaires et axées sur le climat, avec des bureaux à New York et à Londres.

Le président islandais occupe une position essentiellement honorifique dans la république parlementaire, agissant en tant que garant de la constitution et de l’unité nationale. Cependant, il a le pouvoir d’opposer son veto à une loi ou de la soumettre à un référendum.

Tomasdóttir a fait campagne en tant que personne au-dessus des partis politiques et peut contribuer à ouvrir des discussions sur des questions clés telles que l’impact des médias sociaux sur la santé mentale des jeunes, le développement de l’Islande en tant que destination touristique et le rôle de l’intelligence artificielle.

Elle remplacera la présidente Gudni Johansson, qui n’a pas cherché à être réélue après deux mandats de quatre ans. Tomasdottir prendra ses fonctions le 1er août.

READ  Le président polonais s'engage à opposer son veto au projet de loi sur les dépenses dans le cadre d'une lutte majeure avec le nouveau gouvernement - Politico

La deuxième femme à assumer la présidence de l’Islande

L’Islande, nation insulaire située dans l’océan Atlantique Nord, a une longue tradition d’élection de femmes à des postes élevés.

Vigdis Finnbojadóttir a été la première femme à la tête d’un pays démocratiquement élue lorsqu’elle est devenue chef de l’État islandais en 1980.

Le pays a également vu deux femmes devenir Premier ministre ces dernières années, assurant la stabilité pendant les années de troubles politiques.

Johanna Sigurdardóttir a dirigé le gouvernement de 2009 à 2013, après que la crise financière mondiale ait dévasté l’économie islandaise.

Jakobsdottir, 48 ans, est devenu Premier ministre en 2017, à la tête d’une large coalition qui a mis fin au cycle de crises qui avait conduit à trois élections en quatre ans. Elle a démissionné en avril dernier pour se présenter aux élections présidentielles.

Dans un pays de 380 000 habitants, tout citoyen qui rassemble 1 500 signatures peut se présenter à la présidence.

Même si Jakobsdottir était parfois considérée comme la favorite, les observateurs politiques ont suggéré que son parcours en tant que Premier ministre pourrait l’influencer.

Parmi les autres 13 meilleurs candidats figurent un professeur de sciences politiques, un comédien et un chercheur en arctique et en énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *