La France a fermé son ambassade au Niger cinq mois après le coup d'État

La France a fermé son ambassade au Niger jusqu'à nouvel ordre, a annoncé mardi le ministère des Affaires étrangères, deux semaines après le départ des dernières troupes françaises du pays à la suite du coup d'État qui a renversé un allié clé de Paris.

La fermeture de l’ambassade à Niamey est l’un des derniers chapitres de la fin de la présence française dans son ancienne colonie, à la suite du coup d’État de juillet 2023 qui a laissé le pays aux mains des chefs militaires.

« L'ambassade de France au Niger est désormais fermée jusqu'à nouvel ordre », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué obtenu par l'AFP, précisant que les opérations depuis Paris se poursuivraient.

Il a indiqué que depuis cinq mois depuis le coup d'Etat, « notre ambassade s'est heurtée à de sérieux obstacles qui l'empêchent d'exercer ses fonctions ».

La plupart du personnel a quitté le pays peu avant, y compris l'ambassadeur, qui a été évincé par les nouveaux chefs militaires.

L’armée a évincé le dirigeant élu Mohamed Basoom le 26 juillet et annulé les accords de sécurité avec la France, son partenaire traditionnel en matière de sécurité. Basoom est assigné à résidence à Niamey.

Malgré le retrait français, d'autres pays occidentaux sont présents au Niger.

Selon l'AFP, les États-Unis ont déclaré en décembre qu'ils étaient prêts à reprendre leur coopération avec le Niger à condition que le régime militaire nigérien promette une transition rapide vers un régime civil.

Un responsable américain a déclaré en octobre que Washington disposait d'environ 1 000 soldats au Niger, mais ne formait ni n'assistait les forces nigériennes.

READ  Les auteurs de l'assassinat du général Suleimani devraient être jugés par des tribunaux internationaux : un universitaire algérien

Un petit nombre de forces allemandes et italiennes restèrent également, et l’Occident, désireux d’éviter la Russie, chercha à combler le vide créé par le retrait français.

Tous droits réservés. Ce contenu et tout autre contenu numérique de ce site Web ne peuvent pas être reproduits, publiés, diffusés, réécrits ou redistribués en tout ou en partie sans l'autorisation écrite expresse de PUNCH.

Contact : [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *