La France envisage d’attirer la FIFA avec sa promesse d’un logement exonéré d’impôts

Appelez cela une amitié avec des avantages très généreux.

Les législateurs français examinent cette semaine un plan promu par le gouvernement du président Emmanuel Macron qui encouragerait les organismes sportifs internationaux à s’implanter dans le pays en leur promettant ce que les critiques ont décrit comme un « cadeau fiscal » inaccessible à la plupart des entreprises et des citoyens français.

Le plan, présenté comme un amendement au budget 2024 du gouvernement, récompenserait les organisations qui déménagent en les exemptant, ainsi que leurs employés, d’un large éventail d’impôts sur les sociétés, sur la propriété et sur le revenu – une économie qui pourrait valoir des millions de dollars chaque année.

Les bénéficiaires potentiels comprennent les instances dirigeantes d’un large éventail de sports, dont plus de 30 fédérations internationales reconnues par le Comité international olympique. Mais les partisans et les critiques des allègements fiscaux ont déclaré qu’ils visaient à plaire à une instance dirigeante en particulier : la FIFA.

La FIFA, l’instance dirigeante du football mondial, a son siège à Zurich depuis 1932. Mais ces dernières années, ses dirigeants ont discuté de passer à des pâturages plus verts, dans un contexte de frustration face à la vie en Suisse, qui n’a pas seulement été le théâtre de sa croissance d’un milliard de dollars. Un poids lourd commercial mais aussi son plus gros scandale.

Consciente de ce mécontentement au plus haut niveau, la France espère ramener dans son pays la FIFA, née à Paris en 1904.

Les responsables politiques français qui ont élaboré le projet fiscal ont déclaré qu’ils espéraient qu’il séduirait les instances dirigeantes en offrant des avantages fiscaux qui n’étaient jusqu’à présent disponibles que dans quelques pays européens en dehors de la Suisse. Selon la proposition, les organisations qui déménagent seraient exonérées de l’impôt sur les sociétés, des taxes foncières locales et même des frais sur une partie de leurs revenus. Les cadres et salariés qui viendront seront exonérés d’impôt sur le revenu pendant au moins cinq ans.

READ  Coupe du Monde de la FIFA à 48 équipes en 2026 Plan de groupe à trois équipes Ruiner le dernier tour du match Arsene Wenger Comment y remédier

« Nous ne pouvons pas ignorer la question de la FIFA », a déclaré Mathieu Lefebvre, député d’Ennahda, le parti politique fondé par Macron, et l’un des signataires de l’amendement. « La FIFA est très importante. »

L’amendement accordant aux fédérations sportives un statut fiscal favorable, selon M. Lefebvre, est similaire aux récents changements favorables aux entreprises adoptés par le gouvernement français, notamment les efforts visant à attirer certaines grandes banques de Londres à Paris après que la Grande-Bretagne a voté en faveur de la sortie de l’Union européenne. En 2016. « Nous voulons rendre à la France sa grandeur », a déclaré M. Lefebvre.

Comme d’autres mesures qui ont été critiquées pour favoriser les entreprises au détriment des travailleurs – notamment les modifications apportées cette année au système de retraite français, qui ont repoussé l’âge de la retraite dans le pays – la volonté d’attirer les fédérations sportives par le biais d’avantages fiscaux ne bénéficie pas d’un soutien universel. Le Sénat, chambre haute du Parlement français, a récemment voté la suppression du texte relatif aux fédérations sportives du document budgétaire du gouvernement.

« Les propos des sénateurs ont été très fermes, car tout le monde pensait qu’il s’agissait d’une sorte de scandale, d’absurdités, de quelque chose qui ne devrait vraiment pas être fait », a déclaré Jean-Claude Roux, député de l’opposition. Mais en signe d’engagement envers l’amendement, les législateurs ont réécrit la mesure pour garantir que la proposition soit incluse.

Après que la ministre française des Sports, Amélie O’Dea Castera, ait été interrogée par les législateurs lors d’une récente audience, Défendre le projet de loiIl a rejeté les allégations selon lesquelles il s’agirait d’un « cadeau fiscal » aux fédérations sportives. Au lieu de cela, a-t-elle déclaré, la loi placerait simplement les fédérations sportives internationales dans le cadre dont disposent déjà d’autres organisations internationales basées en France.

READ  La photographe camerounaise de neuf ans Randa ravit les fans avec ses photos d'entraînement de lions indomptables

Mais contrairement à ces organismes, dont l’UNESCO, l’organisme culturel des Nations Unies, la FIFA est une entreprise géante avec près de 2 000 employés, des intérêts commerciaux mondiaux et des revenus se chiffrant en milliards. Elle a récemment estimé que le cycle de quatre ans jusqu’à la Coupe du monde 2026 en Amérique du Nord, par exemple, générerait 11 milliards de dollars de revenus.

Les hommes politiques français, dont Dame Odea Castera, ont pris soin de souligner que les allégements fiscaux seront limités aux activités non commerciales de la FIFA, c’est-à-dire aux parties de l’organisation chargées de gérer et de développer le football dans le monde. Mais on ne sait pas clairement comment la France compte obtenir cette distinction.

La FIFA a refusé de commenter les changements proposés. Mais sous la direction de Gianni Infantino, ses efforts visant à déplacer certaines opérations importantes de son siège social de verre et d’acier à Zurich se sont accélérés ces derniers mois. La FIFA a déjà annoncé qu’elle déplacerait la plupart de son service juridique à Miami. Des succursales ont été ouvertes en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie dans le cadre de l’ambition souvent évoquée de M. Infantino de rendre la FIFA « véritablement mondiale ».

M. Infantino pourrait être l’un des bénéficiaires les plus notables de l’allégement fiscal proposé : son salaire avant impôts et ses primes s’élèvent à 3,9 millions de dollars, selon les derniers comptes de la FIFA. Il a également supervisé l’ouverture d’un autre centre de la FIFA à Paris en 2021. Le bâtiment de la FIFA dans la capitale française, à l’intérieur du luxueux Hôtel de la Marine, abrite un bureau dédié à M. Infantino avec une vue imprenable sur certains des monuments les plus célèbres de la ville, dont la Tour Eiffel. . Il abrite actuellement le département de la FIFA chargé du développement du football mondial.

READ  Le président de la CAF, Constantine Al-Omari, a été interdit de participer à la course de la FIFA

M. Lefebvre, député, a déclaré qu’attirer la FIFA serait un coup pour l’image de la France dans le monde. D’autres étaient moins enthousiastes quant aux implications de cette association.

M. Infantino n’a été promu à la haute direction de la FIFA qu’après qu’un scandale de corruption en 2015 ait entraîné la chute de son précédent leadership. Depuis lors, il a parlé fréquemment et avec insistance d’une organisation réformée. Cependant, des décisions récentes ont conduit à un nouvel examen de la manière dont la FIFA mène ses activités. Un changement récent dans les règles de l’organisation permettrait théoriquement à M. Infantino de rester au pouvoir pendant plus de 12 ans. Les derniers droits d’organisation de la Coupe du monde 2034 ont été attribués à l’Arabie saoudite, à la surprise de certains États membres de la FIFA.

Belkheir Belhaddad, un législateur français opposé à l’amendement fiscal, a déclaré que les opérations de la FIFA devraient être soumises à une surveillance plus étroite si les changements sont approuvés.

« Ces organisations sportives sont importantes, elles sont utiles et elles ont une importance économique, financière et sociale », a déclaré M. Belhaddad. « Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, nous avons besoin d’eux. Mais ils doivent être organisés. Comment faire cela ? Qui s’en occupe ? »

Les propositions visant à instaurer un nouveau statut fiscal pour les organismes sportifs internationaux ont également reçu un avis négatif de la part du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative de France, qui a reçu un projet de version en septembre. Le tribunal a émis un avis négatif au motif qu’une telle décision constituait une « violation de l’égalité fiscale », selon des informations parues en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *